Ouvrir la recherche
Équipement

Esplanade Gaston-Monnerville

Mise à jour le 23/10/2020

Horaires

 

vendredi 23/10 08:00 à 18:30
samedi 24/10 09:00 à 18:30
dimanche 25/10 09:00 à 17:00
lundi 26/10 08:00 à 17:00
mardi 27/10 08:00 à 17:00
mercredi 28/10 08:00 à 17:00
jeudi 29/10 08:00 à 17:00
vendredi 30/10 08:00 à 17:00
samedi 31/10 09:00 à 17:00

Tous les horaires

01 octobre 2020 au 24 octobre 2020
Lundi 08:00 à 18:30
Mardi 08:00 à 18:30
Mercredi 08:00 à 18:30
Jeudi 08:00 à 18:30
Vendredi 08:00 à 18:30
Samedi 09:00 à 18:30
Dimanche 09:00 à 18:30
25 octobre 2020 au 28 février 2021
Lundi 08:00 à 17:00
Mardi 08:00 à 17:00
Mercredi 08:00 à 17:00
Jeudi 08:00 à 17:00
Vendredi 08:00 à 17:00
Samedi 09:00 à 17:00
Dimanche 09:00 à 17:00

Accès

Esplanade Gaston-Monnerville
7, place André-Honnorat
75006 PARIS
RER
Luxembourg, ligne B
Bus
Lignes 82,83 ou 91
Velib
Station 6104, 7 rue herschel
Station 5010, 1 rue henri barbusse
Station 6018, 13 rue michelet

Labels et signalétiques

Accessibilité

  • Accessible aux personnes à mobilité réduite
Partiellement accessible aux personnes à mobilité réduite : les espaces verts sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, mais certaines zones restent difficiles d’accès.

Contact

Nom : Esplanade Gaston-Monnerville

Services

  • Tables de ping-pong : 3
  • Toilettes publiques : 1
  • Points d'eau potable : 1
  • Aire de jeux : 1

Les extras

Chiens interdits.

Photos

Présentation

INFORMATION :
REFECTION DE LA PELOUSE DU 28.9.2020 au 23.10.2020
Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries.
Un peu d'histoire L’avenue de l’Observatoire est occupée sur toute sa partie centrale par une série de jardins, dont cette esplanade. Vous apercevez au loin le célèbre observatoire. Construit sous Louis XIV, en 1672, l’architecte Claude Perrault n’utilisa ni fer, pour ne pas influencer l’aiguille aimantée, ni bois par crainte d’incendie et sa solidité a défié le temps.
Le jardin occupe une partie de l’enclos des Chartreux qui formait un triangle entre le boulevard Saint-Michel, la rue de Vaugirard et la rue d’Assas. Les moines respectaient une ligne de vie particulièrement austère : jeûne, silence quasi perpétuel, absence de viande dans la nourriture, ceinture de crin portée par pénitence (silice), tête rasée…Ils s’installèrent ici, dans les murs du château de Vauvert, grâce à l’aide de Saint-Louis, en 1257. Les sinistres rumeurs qui couraient sur le château depuis le 11ème siècle ne les effrayèrent pas. On racontait à son sujet toutes sortes de légendes (réunions de diablotins, de fantômes, de démons…) qui donnèrent l’expression « au diable Vauvert ». Il s’agirait en réalité de voleurs qui s’étaient emparés des lieux et laissaient courir la rumeur, afin de préserver la tranquillité de leur refuge. La popularité des chartreux alla grandissant jusqu’à sa fermeture, en 1790. A la révolution, leur ordre comptait 77 couvents dans le royaume et 95 dans le reste de la chrétienté
Se promener Vous vous promenez sous une allée de marronniers à fleurs blanches dont la taille en marquise ajoute à l’élégance naturelle de l’avenue, qui vous offre une magnifique perspective sur le jardin du Luxembourg et l’Observatoire.
Au centre, de vastes pelouses aux parterres fleuris sont ponctuées par deux groupes en marbre : « La Nuit » par Charles Gumery et « Le Crépuscule » par Gustave Crauk. Vous arrivez ensuite au jardin Marco-Polo, qui le prolonge.
L'une de ses allées, à l'est du jardin, rend hommage depuis 2016 à Denise Vernay (1924-2013), résistante. Un autre allée rend hommage depuis 2019 à Nicole Fontaine (1942-2018), présidente du Parlement européen de 1999 à 2002.

Un peu d'histoire

L’avenue de l’Observatoire est occupée sur toute sa partie centrale par une série de jardins, dont cette esplanade. Vous apercevez au loin le célèbre observatoire. Construit sous Louis XIV, en 1672, l’architecte Claude Perrault n’utilisa ni fer, pour ne pas influencer l’aiguille aimantée, ni bois par crainte d’incendie et sa solidité a défié le temps.

Le jardin occupe une partie de l’enclos des Chartreux qui formait un triangle entre le boulevard Saint-Michel, la rue de Vaugirard et la rue d’Assas. Les moines respectaient une ligne de vie particulièrement austère : jeûne, silence quasi perpétuel, absence de viande dans la nourriture, ceinture de crin portée par pénitence (silice), tête rasée…Ils s’installèrent ici, dans les murs du château de Vauvert, grâce à l’aide de Saint-Louis, en 1257. Les sinistres rumeurs qui couraient sur le château depuis le 11ème siècle ne les effrayèrent pas. On racontait à son sujet toutes sortes de légendes (réunions de diablotins, de fantômes, de démons…) qui donnèrent l’expression « au diable Vauvert ». Il s’agirait en réalité de voleurs qui s’étaient emparés des lieux et laissaient courir la rumeur, afin de préserver la tranquillité de leur refuge. La popularité des chartreux alla grandissant jusqu’à sa fermeture, en 1790. A la révolution, leur ordre comptait 77 couvents dans le royaume et 95 dans le reste de la chrétienté

Se promener

Vous vous promenez sous une allée de marronniers à fleurs blanches dont la taille en marquise ajoute à l’élégance naturelle de l’avenue, qui vous offre une magnifique perspective sur le jardin du Luxembourg et l’Observatoire.

Au centre, de vastes pelouses aux parterres fleuris sont ponctuées par deux groupes en marbre : « La Nuit » par Charles Gumery et « Le Crépuscule » par Gustave Crauk. Vous arrivez ensuite au jardin Marco-Polo, qui le prolonge.

L'une de ses allées, à l'est du jardin, rend hommage depuis 2016 à Denise Vernay (1924-2013), résistante. Un autre allée rend hommage depuis 2019 à Nicole Fontaine (1942-2018), présidente du Parlement européen de 1999 à 2002.

Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.