Ouvrir la recherche
Équipement

Clos Montmartre

Mise à jour le 06/03/2021

Horaires

 

dimanche 07/03 ouvert 24h/24
lundi 08/03 ouvert 24h/24
mardi 09/03 ouvert 24h/24
mercredi 10/03 ouvert 24h/24
jeudi 11/03 ouvert 24h/24
vendredi 12/03 ouvert 24h/24
samedi 13/03 ouvert 24h/24
dimanche 14/03 ouvert 24h/24
lundi 15/03 ouvert 24h/24

Tous les horaires

01 mars 2021 au 27 mars 2021
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
28 mars 2021 au 30 avril 2021
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
01 mai 2021 au 31 août 2021
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
01 septembre 2021 au 30 septembre 2021
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
01 octobre 2021 au 30 octobre 2021
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24
31 octobre 2021 au 28 février 2022
Lundi ouvert 24h/24
Mardi ouvert 24h/24
Mercredi ouvert 24h/24
Jeudi ouvert 24h/24
Vendredi ouvert 24h/24
Samedi ouvert 24h/24
Dimanche ouvert 24h/24

Accès

Clos Montmartre
14, rue des Saules
75018 PARIS
Complément d'adresse

Accès 14-18 rue des Saules

Métro
Lamarck-Caulaincourt, ligne 12
Bus
Montmartrobus
Velib
Station 18017, 93 rue coulaincourt
Station 18016, 1 rue francoeur
Station 18020, 31 rue francoeur

Labels et signalétiques

Contact

Nom : Clos Montmartre

Photos

Présentation

Cet espace planté de vignes est fermé au public.
Un peu d'histoire La vigne est apparue en Transcaucasie dès le troisième millénaire avant J.C. Elle peuplait les forêts, sous forme de liane pouvant atteindre 10m de longueur et aurait été introduite en Europe par les Etrusques, qui l'ont plantée pour la première fois en Italie. Le vin était réservé à une élite dans l'Antiquité. Les Grecs le consommaient coupé d'eau et rehaussaient bien souvent son goût avec de la myrrhe, de l'encens, de l'anis, du poivre, de la cannelle... Mais c'est au Moyen Age, que la culture de la vigne devint un art cultivé par les moines, à qui l'on doit les premiers cépages nobles. Ils découvrirent que plus les sols étaient pauvres, formés de cailloux, de sable et de pierre, plus les racines s'enfonçaient, jusqu'à 7m de profondeur, afin de puiser leur sève. Le raisin pouvait ainsi mûrir lentement, sans pourrir et sans se dessécher.
Au 10e siècle, elle était déjà assez répandue sur les pentes de la Butte Montmartre. Mais le clos n'existait pas encore. Sur ses coteaux se trouvait un bosquet baptisé « parc de la Belle Gabrielle », transformé par la suite en parc de divertissement et qui, laissé à l'abandon, devint un terrain vague...jusqu'à ce que la vigne vienne recouvrir les flancs de la colline.
Se promener A Montmartre, ce sont 2 000 pieds de vignes, qui sont vendangés chaque année. La récolte peut être particulièrement fructueuse, les vignes de Montmartre pouvant produire 1 300 kilos de raisin certaines années. Ces vendanges donnent lieu à une grande fête populaire où les traditionnels défilés des confréries bachiques, vineuses et folkloriques traversent la butte, sous un joyeux concert d'applaudissements. Les millésimes sont baptisés différemment selon les années. Le premier cru, vendangé en 1934, fut parrainé par Mistinguett et Fernandel, celui de 1999 rendait hommage au Moulin-Rouge.
Une tonnelle de plantes vivaces et de vigne vierge et quelques massifs fleuris donnent au clos Montmartre un charme unique, qui a conquis un Saint-Vincent statufié. Il veille sur une stèle à la mémoire du dessinateur montmartrois Francisque Poulbot (1879-1946), qui affectionnait particulièrement ce lieu. Il avait baptisé en 1929 le terrain vague qui existait alors, « square de la liberté ». 
Un savoir-faire
Au sein de la Direction des Espaces verts, ce sont les agents de maîtrise, qui, avec en poche un diplôme de jardinier, un BTS ou un BEP horticole, s'occupent des vignes de Paris. Certains ont reçu une formation spécifique sous l'oeil averti d'un oenologue. D'autres, guidés par leur seule passion, ont appris ces gestes en observant les professionnels.
C'est l'occasion pour eux d'entrer en contact avec des mondes différents : des étudiants en viticulture intéressés par l'existence de cette culture en plein Paris, des équipes de tournage du monde entier friands de ce genre d'activité pittoresque et typiquement française.
Les vendanges ne sont pas l'étape la plus difficile...beaucoup plus délicate est la taille de la vigne et l'entretien phytosanitaire, qui sont des points déterminants dans la bonne maturation du raisin. Ils veillent tout au long de l'année à sa bonne santé. Très convoité par d'indésirables champignons, comme le mildiou, mais aussi par les acariens et les oiseaux, le raisin peut parfois être détruit en totalité !

Un peu d'histoire

La vigne est apparue en Transcaucasie dès le troisième millénaire avant J.C. Elle peuplait les forêts, sous forme de liane pouvant atteindre 10m de longueur et aurait été introduite en Europe par les Etrusques, qui l'ont plantée pour la première fois en Italie. Le vin était réservé à une élite dans l'Antiquité. Les Grecs le consommaient coupé d'eau et rehaussaient bien souvent son goût avec de la myrrhe, de l'encens, de l'anis, du poivre, de la cannelle... Mais c'est au Moyen Age, que la culture de la vigne devint un art cultivé par les moines, à qui l'on doit les premiers cépages nobles. Ils découvrirent que plus les sols étaient pauvres, formés de cailloux, de sable et de pierre, plus les racines s'enfonçaient, jusqu'à 7m de profondeur, afin de puiser leur sève. Le raisin pouvait ainsi mûrir lentement, sans pourrir et sans se dessécher.

Au 10e siècle, elle était déjà assez répandue sur les pentes de la Butte Montmartre. Mais le clos n'existait pas encore. Sur ses coteaux se trouvait un bosquet baptisé « parc de la Belle Gabrielle », transformé par la suite en parc de divertissement et qui, laissé à l'abandon, devint un terrain vague...jusqu'à ce que la vigne vienne recouvrir les flancs de la colline.

 

 

Se promener

A Montmartre, ce sont 2 000 pieds de vignes, qui sont vendangés chaque année. La récolte peut être particulièrement fructueuse, les vignes de Montmartre pouvant produire 1 300 kilos de raisin certaines années. Ces vendanges donnent lieu à une grande fête populaire où les traditionnels défilés des confréries bachiques, vineuses et folkloriques traversent la butte, sous un joyeux concert d'applaudissements. Les millésimes sont baptisés différemment selon les années. Le premier cru, vendangé en 1934, fut parrainé par Mistinguett et Fernandel, celui de 1999 rendait hommage au Moulin-Rouge.

Une tonnelle de plantes vivaces et de vigne vierge et quelques massifs fleuris donnent au clos Montmartre un charme unique, qui a conquis un Saint-Vincent statufié. Il veille sur une stèle à la mémoire du dessinateur montmartrois Francisque Poulbot (1879-1946), qui affectionnait particulièrement ce lieu. Il avait baptisé en 1929 le terrain vague qui existait alors, « square de la liberté ». 

 

Un savoir-faire

Au sein de la Direction des Espaces verts, ce sont les agents de maîtrise, qui, avec en poche un diplôme de jardinier, un BTS ou un BEP horticole, s'occupent des vignes de Paris. Certains ont reçu une formation spécifique sous l'oeil averti d'un oenologue. D'autres, guidés par leur seule passion, ont appris ces gestes en observant les professionnels.

C'est l'occasion pour eux d'entrer en contact avec des mondes différents : des étudiants en viticulture intéressés par l'existence de cette culture en plein Paris, des équipes de tournage du monde entier friands de ce genre d'activité pittoresque et typiquement française.

Les vendanges ne sont pas l'étape la plus difficile...beaucoup plus délicate est la taille de la vigne et l'entretien phytosanitaire, qui sont des points déterminants dans la bonne maturation du raisin. Ils veillent tout au long de l'année à sa bonne santé. Très convoité par d'indésirables champignons, comme le mildiou, mais aussi par les acariens et les oiseaux, le raisin peut parfois être détruit en totalité !

Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question