Gay Games : les temps forts en images

Les 10e Gay Games se sont achevés ce week-end : retour en images sur les grands moments, avec un final haut en couleur devant l'Hôtel de Ville ! Et retrouvez les témoignages d'athlètes rencontrés à Charléty et à l'Institut du judo. 

Clap de fin pour les Gay Games : après une semaine de compétitions amateures et d'événements culturels, ces mondiaux de la diversité se sont achevés devant l'Hôtel de Ville par la cérémonie de clôture. Rendez-vous à Hong-Kong en 2022 pour la prochaine édition !

Une cérémonie de clôture haute en couleur!

La cérémonie de clôture était organisée samedi 11 août sur le parvis de l'Hôtel de Ville : un final joyeux et coloré. Retour en images.

Un bal devant l'Hôtel de Ville

Le parvis de l'Hôtel de Ville accueillait le 10 août un bal ouvert à toutes et à tous.

Finale de water-polo à la piscine Georges-Vallerey (20e)

Pink Flamingo : un show aquatique

C'était l'un des incontournables de la semaine : le Pink Flamingo est un spectacle nautique où l'humour est omniprésent. L'épreuve se déroulait à la piscine Georges-Vallerey (20e). Fil rouge des performances : le French Kiss !

Les Gay Games vus... du stade Charléty

Martin (Etats-Unis) : "Difficile d'affirmer son identité homosexuelle dans le monde sportif"

Martin, participant américain aux Games Games

Mardi, 9h : un soleil de plomb règne déjà sur le stade Charléty. Pas de quoi décourager les athlètes : l'enceinte du 13e arrondissement accueille toute la semaine les épreuves d'athlétisme et de squash (en intérieur). Dans les gradins, Martin, 66 ans, prépare la finale du 5000 mètres. "Je viens de San Francisco, témoigne-t-il. Après Sydney (en 2002), c'est ma deuxième participation aux Gay Games : l'organisation parisienne est excellente, notamment le réseau des transports en commun". 

"On se prend moins au sérieux qu'aux Jeux olympiques"

Lui apprécie l'ambiance détendue de compétitions ouvertes à toutes et à tous, sans souci de la performance, et sans exclure quiconque : "On se prend moins au sérieux qu'aux Jeux olympiques", sourit-il. Martin arbore les couleurs de son club californien, le "San Francisco track and field",  très représenté dans les différentes épreuves.

Gay Games au stade Charléty : les Américains du San Francisco Track and field

Mais pourquoi des Gay Games ? "Dans le monde sportif, il reste difficile de dire "Je suis gay" ou "Je suis lesbienne". Aux Etats-Unis, par exemple, le sport professionnel, comme le basket-ball, dépend de sponsors qui n'aiment pas qu'on en parle". Et l'homophobie reste tenace dans le monde sportif, estime-t-il.

A quelques mètres, Marc prépare aussi son 5000 mètres. Pour l'équipe de France. "J'habite en région parisienne, et j'apprécie le côté international des Gay Games", glisse-t-il. Une bulle d'oxygène pour ce féru de course à pied, inscrit au Paris front runners.

"En Allemagne, l'homophobie a reculé"

Uwe, participant allemand aux Gay Games

Au bord de la piste de Charléty, Üwe a sorti un bouquin. "Je me suis blessé pendant les épreuves du décathlon, regrette-t-il. Je continue à participer en coachant quelques athlètes". Ce passionné de sport et de compétition est venu de Cologne. "Je cours depuis une dizaine d'année à un niveau national. C'était important pour moi d'être présent aux Gay Games". Et l'exemple allemand l'incite à l'optimisme sur le sujet des discriminations : "En Allemagne, l'homophobie a reculé, principalement dans les villes", estime-t-il. 

Le succès des marches des fiertés en Allemagne

L'importance des marches des fiertés, organisées dans de nombreuses métropoles (plus de 50 en 2018) a contribué à ce changement de mentalités selon lui. Mais le sport professionnel résiste... Seul un joueur international de football - Thomas Hitzlsperger- a révélé en 2014 son homosexualité. Et c'était après la fin de sa carrière professionnelle.



En images : athlétisme et squash à Charléty

La pétanque à l'honneur aux Arènes

Récit en images des finales de pétanque. Dans un cadre... antique : aux Arènes de Lutèce (5e).

Les Gay Games... côté ring et tatamis

Gay Games : Boxe

Des tatamis et des rings : à l'Institut du judo (14e), les sports de combats sont à l'honneur toute la semaine. De la boxe anglaise, du judo, mais aussi la palette des arts martiaux (dits multi-style) : karaté, taekwondo, ninjutsu, wushu, kung fu, jujitsu... Avec une adaptation des règles pour les Gay Games. "Les combattants ne doivent, par exemple, pas porter de coup dangereux, explique Michel, un bénévole. Il s'agit surtout de toucher l'adversaire". Sur le ring, deux jeunes femmes se mesurent à coups de pied et de poing : c'est une une version adaptée de la savate (boxe française), mélangée avec des techniques de kick-boxing. Casque, protège-dents : la sécurité est maximale.

Boxeuses irlandaises aux Gay Games

A quelques mètres, un second ring : place à la boxe anglaise ! Une spécialité de la délégation féminine...irlandaise, facilement identifiable avec ses maillots verts. Là aussi, la compétition est prise très au sérieux, et l'engagement des compétitrices est total. 

Etats-Unis, Grande-Bretagne, France...

Mais d'où viennent-ils ? Des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Suède, d'Allemagne... et bien sûr de France. "On a réussi, année après année, à fédérer de plus en plus de monde", se réjouit Christophe, qui salue le rôle moteur de la Fédération sportive gaie et lesbienne. Et les clubs sont ouverts à toutes et à tous, souligne Nicolas, membre du Paname boxing club, organisateur des compétitions de boxes aux Gay Games : "Des filles hétérosexuelles s'inscrivent dans notre club, car elles s'y sentent plus à l'aise que dans des structures traditionnelles".

La joie des médaillés du judo

C'est l'heure du podium pour le judo. Bronze, argent, or, trois couleurs qui font le bonheur des médaillés ! Et des hymnes chantés à capella et en version originale par une bénévole : la Marseillaise, "The Star-Spangled Banner" (Etats-Unis), "Advance Australia Fair" (Australie) et même celui de Suède !

Concert des Funambules au Jardin du Palais-Royal

Les Gay Games s'apprécient aussi... en musique ! Reportage dans le jardin du Palais-Royal, le 8 août.

Inauguration du Village des Gay Games

Plus de 10 300 participants inscrits, plus de 40 000 visiteurs attendus, venus de 80 pays différents: le monde entier est présent pour ces Jeux de la diversité : et un village accueille le public sur le parvis de l'Hôtel de Ville. Découvrez les images de l'inauguration, le 4 août dernier, par Anne Hidalgo, maire de Paris, et Laura Flessel, ministre des sports.

En images : la cérémonie d'ouverture

Le stade Jean-Bouin (16e) accueillait la cérémonie d'ouverture le 4 août. 

En images : ultimes entraînements pour la natation synchronisée

Paris.fr a assisté aux entraînements de l'équipe de France de natation synchronisée. Les compétitions se déroulent au stade nautique Maurice Thorez (Montreuil).

Les Gay Games : un grand événement sportif et culturel

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Outre le village des Gay Games sur le parvis de l’Hôtel de Ville (du 4 au 11 août), inauguré par la maire de Paris et une soirée spéciale pour les femmes (le 8 août), de nombreux événements sportifs et culturels étaient organisés.

Le Village des Jeux à l'Hôtel de Ville

Installé sur le parvis de l'Hôtel de Ville, il comptait plus de 12 000 m². Au menu, de nombreuses animations sportives et culturelles gratuites aux visiteuses et aux visiteurs. À partir de 18h, deux spectacles et une soirée à thème s’y sont succédés tous les jours. Du 4 au 11 août. Métro : Hôtel de Ville

36 sports et 14 événements culturels

Ce sont plus de 36 sports qui étaient représentés lors de cette 10e édition, qui se déroule dans de nombreux sites de la capitale. Une des spécificités des Gay Games : les compétitions sportives sont non discriminantes et donc ouvertes à toutes et tous, sans sélection ! La majorité des événements sportifs sont gratuits. 

Côté culture, 14 événements sont proposés : un grand bal (le 10 août sur le parvis de l'Hôtel de Ville), des cafés philosophiques, des randonnées, du cheerleading, un parcours cinéma, des conférences...

    Une charte d'accueil pour les commerces

    Gay games logo accueil commerçants

    Les organisateur.trice.s des Gay Games, en lien avec la Ville de Paris, proposaient aux commerçants qui le souhaitaient de s’identifier comme soutien des Gay Games.

    Les signataires s'engagent notamment à accueillir "toute personne LGBT+ et tout couple de même sexe" avec "le même respect et le même professionnalisme que toute autre catégorie de clientèle". Les commerces participants pourront apposer un autocollant « Bienvenue Paris 2018 Gay Games 10 All equal ».

    Retrouvez ci-dessous les commerces déjà inscrits

    Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

    accepter


      Dernière mise à jour le lundi 13 août 2018
      Crédit photo : Guillaume Bontemps/Mairie de Paris

      Votre avis nous intéresse

      Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

      Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

      Restez connecté

      La newsletter

      Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

      Je m'abonne

      Paris j'écoute

      Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.