Open data: la RATP libère ses données

La RATP a choisi de s’associer à la démarche globale d’ouverture des données publiques (« open data »), initiée par l’État avec la mission Etalab et certaines collectivités et administrations, dont celles de la Ville de Paris, en rendant accessibles et utilisables par tous certaines de ses données.

La fourniture des données de la RATP en temps réel est en marche pour l'ouverture totale de toutes les informations «voyageur», de tous les acteurs de la mobilité. La RATP s’est investie depuis le début sur ce sujet afin que la démarche open data se fasse au plus grand bénéfice des voyageurs.

Depuis mai 2013, la RATP a déjà ouvert de nombreuses informations de transports: une quantité considérable de données qui permet notamment la réalisation d’une recherche d’itinéraire complète.

L’engagement de la RATP dans l’open data date de juillet 2012 : l’entreprise donne la liste des stations et correspondances, liste des arrêts de bus, données de qualité de l’air… Elle permet aussi la réutilisation digitale des éléments relevant de la propriété intellectuelle, tels que les plans de réseau, les indices de réseaux et de lignes… Pour l’ouverture de ces données, à l’instar de la Ville de Paris, la RATP fait le choix d’une ouverture sous licence ODbL, afin de garantir que les réutilisateurs jouent bien le jeu de l’open data.

Principe de gratuité totale et de sécurité technique

Se préparer techniquement pour faire face aux requêtes massives attendues dans le cadre de la démarche open data en évitant ainsi des épisodes de dégradation du service dus à des sollicitations incontrôlées est l'obsession constante de l'entreprise publique qui s'attend à un «rush» considérable.

Les transporteurs (RATP, SNCF, Air France et Transdev) travaillent actuellement à l’élaboration des « codes de conduite » en cours d’homologation par le ministère de l’Écologie et le ministère de l’Économie. Ceux-ci pourront préciser certaines modalités telles que :

  • La gratuité est de principe, mais seuls les surcoûts générés par les utilisateurs de masse pourront donner lieu à des redevances, afin de ne pas faire supporter au contribuable les frais des politiques open data.
  • Les données peuvent être ouvertes sous licence ODbL, afin de garantir que les réutilisateurs jouent bien le jeu de l’open data.
  • Les engagements sur des délais permettant la mise en place des infrastructures requises pour assurer la continuité du service.

Comme la Ville de Paris, la RATP soutient les start-up

Hackathon, Opendatalab… visent à stimuler en les primant, les services les plus innovants intégrant des données RATP. La RATP est donc active auprès de la communauté des développeurs. Elle a notamment soutenu Handistrict (devenu accessible.net), NeverBLate et Time Reader. 

La RATP soutient y compris financièrement, certains événements open data de la Ville de Paris, et remet à Open Paris le prix RATP récompensant le meilleur service de valorisation du mode Bus.


Dernière mise à jour le jeudi 5 janvier 2017
Crédit photo : © L'autre Image - RATP

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.