Des ateliers périscolaires aux notes musicales 

Les 17 conservatoires de la Ville de Paris proposent depuis cinq ans des ateliers périscolaires d’apprentissage de la musique aux écoliers parisiens. À l’école élémentaire Keller (11e), une vingtaine de musiciens en herbe sont formés deux fois par semaine dans l’un des quatre ateliers proposés. Reportage.

Des instruments prêtés

Depuis cinq ans, la Ville de Paris s’investit dans l’éducation musicale de plus de 6000 élèves du CE2 au CM2, via 507 ateliers proposés dans le cadre des Temps d’activités périscolaires (TAP). « Ils doivent s’engager pour une année, contrairement aux autres ateliers qui se font sur un trimestre », détaille Jean Chaudron, prof de contrebasse et coordinateur des relations scolaires à la Direction des affaires culturelles (DAC) de la Ville.

Une convention de prêt passée entre la Ville et les parents permet aux enfants de garder leur instrument tout au long de l’année. « À eux de les entretenir ! » Un engagement et un sérieux de rigueur qui ne semblent pas effrayer les élèves des quatre ateliers (saxophone, flûte traversière, clarinette et rythmique) de l’école Keller. « Le concert de fin d’année est passé, l’ambiance est plus détendue, mais ils sont toujours très motivés ! », s’enthousiasme Jonathan, prof de clarinette bluffé par « le niveau de progression en une année » de ses jeunes pousses. 

Une création originale

À l’élève de décider s’il veut poursuivre l’année prochaine ou non, voire s’inscrire au conservatoire. Pour Halimatou, le dilemme se situe ailleurs : « J’ai envie de continuer la flûte traversière, mais j’aimerais bien me mettre à la clarinette ! », explique l’élève de CE2. Un engouement pas surprenant pour Jean Chaudron, qui constate que « beaucoup d’enfants découvrent des instruments auxquels ils n’avaient même pas pensé ».


Quant à l’apprentissage du solfège, il se fait également dans le cadre des TAP, mais de manière intuitive, « par transmission orale, matérialisée par une concrétisation immédiate sur l’instrument », explique Jonathan. « Ré, Fa, La, Fa, Sol… Allez Coralie, concentre-toi ! », reprend le clarinettiste sur un ton bienveillant, en tiquant sur une fausse note de son élève. Imperturbable, le quatuor formé par Coralie, Anouk, Tidjane et Sarah enchaîne les notes d’un morceau créé par Jonathan spécialement pour l’école : « Le Keller blues ».

En pratique

En 2017

110 985 enfants ont participé à 16 727 ateliers périscolaires des mardis et vendredis après-midi.

Dans le cadre du Projet éducatif de territoire (PEDT) 2016-2019, les ateliers proposés sur les temps périscolaires s’appuient sur des méthodes pédagogiques innovantes et définies en fonction des besoins. Les objectifs sont multiples : favoriser la socialisation et l’acquisition de l’autonomie ; promouvoir une école de l’égalité des droits ; renforcer la cohérence éducative ; associer et accompagner les parents dans la démarche éducative, etc. 

Proposés les mardis et vendredis de 15 heures à 16 h 30, les ateliers des Temps d’activités périscolaires (TAP) sont entièrement gratuits et ouverts à tous les enfants scolarisés en maternelle et en élémentaire. À la rentrée, les ateliers sont présentés aux enfants lors de séances dédiées ou sur deux semaines afin qu’ils expérimentent. Plusieurs thématiques sont proposées : sciences, environnement, arts plastiques, langues, spectacles vivants, sport, etc.

Dernière mise à jour le mercredi 5 septembre 2018
Crédit photo : Emilie Chaix/ Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.