Affluences informe en temps réel des files d’attente

Dans le cadre du salon Viva Technology du 16 au 18 mai, focus sur plusieurs start-up parisiennes. Parmi elles, Affluences, une application qui recense la fréquentation des bibliothèques, musées, piscines et autres lieux à visiter. Nos questions à Paul Bouzol, fondateur de la jeune pousse.

L'application Affluences promet d’en finir avec les files d’attente. Comment cela est possible?

Notre solution mesure le temps d’attente ou taux d’occupation des bibliothèques, piscines, musées et autres lieux de visite. Elle donne en temps réel la durée d’attente. Celle-ci est mesurée soit en installant notre capteur sur le site, soit en récupérant l’information auprès des systèmes de mesure déjà existants. Ensuite, un algorithme analyse les données récoltées et fournit ses prédictions à la demi-heure près.

L’affluence est disponible sur notre application smartphone (gratuite et sans publicité) et elle est parfois directement disponible sur les sites web des villes via des web API. Cela permet aux utilisateurs de privilégier les heures creuses et aux visiteurs d’éviter d’attendre.

Sur quoi repose votre innovation?

Différentes technologies sont utilisées pour nos capteurs, selon les contraintes d’installation. Cela peut varier de l’infrarouge fonctionnant avec des piles et fixé en dix minutes, à des capteurs 3D plus complexes. Nous nous aidons aussi de l’analyse vidéo ou des technologies déjà en place sur les sites, comme le comptage des entrées pour les piscines.

Les prévisions calculées par l’algorithme reposent sur la météo, l’historique, le calendrier de la semaine et des vacances scolaires et la consultation de notre application.

Comment est né ce projet?

Etudiant en école d’ingénieur à l’IMT-Lille Douai (école des Mines Télécom), j’ai été confronté avec mes amis d’enfance sur le manque de places en bibliothèque. Puis, aux piscines bondées, à l’attente pour accéder à une exposition… Nous avons compris qu’il y avait à la fois un enjeu pour le visiteur et également pour l’établissement, qui pouvait mieux gérer les heures de pointe.

J’ai commencé à travailler sur l’idée à l’été 2013, en parallèle de mon emploi dans un cabinet de conseil. Début 2014, deux amis d’enfance, Grégoire Tabard et Micaël Pais Novoet, m’ont rejoint. Nous avions testé notre première version à la bibliothèque Georges-Pompidou puis nous nous sommes installés à la Bibliothèque nationale de France.

Nous n’avons jamais fait de levée de fonds. Notre business model repose sur la location du matériel par nos clients. Certaines bibliothèques avaient déjà le matériel, il n'y avait pas besoin de les louer. L’application est gratuite, il n’y a pas de revente des données des usagers.

Quels sont vos projets pour le futur ?

Nous travaillons aujourd’hui avec plus de 500 établissements. Notre solution est disponible dans sept pays. En quatre ans d’existence, nous avons désormais 29 collaborateurs. Tous les mois, on compte près de 600 000 consultations. Nous proposons nos services aux monuments mais aussi aux consulats et aux services administratifs. D’autres types d’établissements sont aussi intéressés comme les salles de sports. Nous sommes actuellement en train de tester une solution pour connaître l’affluence des lignes d’eau dans la piscine Château-des-Rentiers (13e), pour savoir selon sa pratique (type de nage, d’accessoires) si la ligne est bondée ou non.

Dernière mise à jour le jeudi 16 mai 2019
Crédit photo : Affluences

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute sur twitter

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.