Avec «Les Talents d'Alphonse», le savoir-faire ne part pas à la retraite

 À Paris, 410 000 personnes ont plus de 60 ans, soit 19% de la population parisienne. Thibault Bastin et Barthélemy Gas, eux, ont 24 ans et ils ont décidé de mettre les séniors au cœur de notre société et de valoriser leurs compétences. En janvier, ils ont créé «Les Talents d’Alphonse», une plateforme de mise en relation entre retraités passionnés et jeunes curieux, pour des échanges autour d’une activité commune. Explication avec Barthélemy Gas.

C’est en école d’ingénieur en BTP à Lille que Barthélemy, Parisien d’origine, rencontre Thibault, Toulousain. Ils deviennent vite amis. Pour leur année de césure, le premier part aux Philippines, l’autre au Congo puis au Mexique. Chacun, à un bout du monde, est fasciné par le respect et l’entraide accordés aux anciens. Revenus à Paris, Barthélemy et Thibault font le constat que nos aînés ne connaissent pas le même sort en France où ils sont plutôt mis à l’écart. Ils cherchent à les mettre en valeur. Barthélemy explique: «Toute la vie on apprend des choses, à l’école, au travail et puis un jour, ça s’arrête et toute la richesse des retraités disparaît alors qu’ils pourraient continuer à partager un savoir-faire ou une passion et la transmettre à des plus jeunes.»


Avec son ami, ils creusent alors l’idée d’une plateforme de mise en relation de retraités talentueux avec des jeunes «curieux». Les Talents d’Alphonse naîtra quelques mois plus tard, en janvier 2016. «On avait des propositions d’embauche dans notre domaine du BTP mais on a préféré vivre cette aventure et on ne regrette absolument rien» ajoute Barthélémy enthousiaste. Alors comment ça marche? Un retraité a une passion, un savoir-faire ou une compétence particulière: restauration de vieux meubles, bricolage, photographie, mécanique, couture, jardinage ou même musique. Il a envie de la transmettre. Il postule sur le site. Les deux compères le rencontrent et évaluent sa motivation. Il intègre alors le groupe d’Alphonse ou d’Alphonsine. De l’autre côté, ils ont des demandes de curieux: Max veut réparer sa moto, Adeline apprendre à tricoter. Ils cherchent alors le retraité le plus près de chez eux et les mettent en relation. Si le courant passe, ils prennent rendez-vous et commencent l’activité.

Créer des liens intergénérationnels et de proximité

L’Alphonse recevra 15 euros pour sa transmission de savoir. Le paiement se fait en ligne. «Nous prenons une commission de 18%. qui est payée, en plus, par le curieux. C’est un tarif abordable par rapport à un cours particulier. Et c’est plus de l’ordre de l’indemnisation pour les retraités, même si ces derniers sont bien contents d’avoir un complément d’une retraite parfois faible.» Mais l’idée derrière tout cela est surtout de mettre en lien des personnes qui peuvent être voisines mais qui ne se seraient peut- être jamais rencontrées sans cela. En partageant une activité commune, la communication est facilitée et en habitant tout près, peut-être se reverront-ils et échangeront d’autres services ou d’autres liens. C’est aussi cette idée qui a motivé le choix du nom des «Alphonse». «On voulait personnaliser et éviter de tomber dans les appellations classiques comme séniors, retraités ou jouer avec le mot «âge». Alphonse, c’est un prénom ancien mais qui revient à la mode et il peut se décliner joliment en Alphonsine. Et puis on a testé auprès d’un focus groupe de retraités et ils l’ont adopté assez rapidement. Et puis cela humanise et donne plus l’idée d’une communauté.» explique Barthélémy.

L’entreprise est d'ailleurs estampillée «Entreprise sociale et solidaire». Et c'est à ce titre qu’ils viennent de remporter  l’un des dix trophées –un prix de 23.000 euros– des entreprises sociales et solidaires accordés par la Mairie de Paris. Ils sont aussi parrainés et accompagnés aux quotidien par la MAIF. Ils commencent aussi à créer des contacts avec des grandes entreprises qui veulent mettre en place des ateliers pour leurs employés sur le temps du midi, par exemple. Créée donc il y a dix mois, l’entreprise a franchi la très dure sélection de l’incubateur Make Sense (rue Biscornet, 12e) qui les héberge gracieusement six mois. Après ce temps, ils devront se trouver des locaux ou passer dans l’espace coworking du site, moyennant un prix attractif, et ils pourront bénéficier de six mois de plus d’accompagnement. Depuis ils ont été rejoints par Marie, Guillaume, Annelise et Robin qui les aident à la communication, au développement ou dans la gestion de la communauté.

Alphonse et Alphonsine, montrez vos talents 

 À l’heure actuelle, ils ont 50 Alphonse recensés à Paris et 200 en France (ils n’opèrent qu'à Paris et en région parisienne pour le moment, mais un site à Lille sera bientôt ouvert). Ils font face à beaucoup de demandes (plus de 1.200 depuis l’ouverture), alors l’objectif est vraiment d’agrandir la communauté des Alphonse et Alphonsine. «Toucher des retraités ce n’est pas aisé reprend Barthélemy, car ils ne sont pas trop présents sur les réseaux sociaux par exemple. Même si au début on a écumé des groupes Facebook d’amoureux de tricot ou de couture –oui cela existe–souligne-t-il en riant. Après c’est aussi du bouche à oreille: les Alphonse eux-mêmes essayent de convaincre leurs amis. On crée aussi des événements –le prochain dans un bar à pétanque qui devrait être très sympa– où on réunit curieux et Alphonse et chacun peut inviter quelqu’un. On est en recherche permanente, pas tant pour multiplier les talents que pour avoir un maillage important dans les quartiers, afin de créer ces liens sociaux de proximité. Alors on «recrute» tout le temps, vous pouvez le signaler dans votre article» conclut-il en souriant.

Alors, si vous avez ou si vous connaissez un super papi ou une mamie enthousiaste, n’hésitez pas à leur parler de cette nouvelle communauté de talents. Et pourquoi ne pas vous mettre enfin au bricolage ou au tricot, c’est très tendance.

Dernière mise à jour le vendredi 25 novembre 2016
Crédit photo : Talents d'Alphonse

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris