Entreprise responsable

Paris a pour ambition de devenir « la Capitale solidaire, dynamique et innovante » en soutenant la création et le développement de structures d’insertion par l’activité économique et des modes de production coopératifs.

L'économie sociale et solidaire, c'est quoi?

L’Economie sociale et solidaire (ESS) est un secteur économique à part entière qui crée des biens et des services, répondant, grâce à l’innovation sociale, à des besoins peu ou pas couverts par l’économie classique.

L'objectif de L’Economie sociale et solidaire (ESS) n’est pas de dégager des profits mais de répondre à ces besoins, selon un mode de gouvernance plus démocratique et en employant des personnes éloignées de l’emploi. Ces activités recréent ainsi du lien social, à la fois pour les salariés et pour les clients.

Lorsqu'une entreprise d'insertion remet sur pied quelqu'un en difficulté et le réinsère dans le monde du travail, elle lui apporte un mieux-être, comme à son entourage, et permet à la collectivité d'économiser des allocations chômage ou des minima sociaux. Lorsqu'un agriculteur en bio diffuse moins de pesticides dans l'environnement, il contribue à un meilleur environnement pour tous. Il a donc une utilité sociale, même si celle-ci ne se traduit pas, pour lui, par un revenu supplémentaire.

En France, l’économie sociale et solidaire représente environ 10% du PIB et 13% des emplois, qui sont le plus souvent non-délocalisables. Son dynamisme lui a permis de créer 440 000 emplois nouveaux depuis dix ans, et ses besoins en recrutements sont estimés à 600 000 emplois d’ici 2020. Ces entreprises plus détachées du court-terme ont démontré leur forte résilience à la crise et continuent à créer des emplois.

Les actions de Paris pour l’économie sociale et solidaire

Paris a pour ambition de devenir « la Capitale solidaire, dynamique et innovante » en soutenant la création et le développement de structures d’insertion par l’activité économique et des modes de production coopératifs.

Paris soutient l’économie sociale et solidaire (ESS) à travers trois actions prioritaires : 

le soutien aux structures d’insertion par l’activité économique (SIAE)

  • l’accompagnement des porteurs de projets et des entreprises socialement innovantes
  • la promotion de la consommation responsable

En 2012, Paris a investi plusieurs millions d’euros en faveur de l’ESS. Cette aide prend la forme d’un financement des structures comme Paris Initiative Entreprise (PIE), les boutiques de gestion (BGE) ou l’ADIE, qui soutiennent des projets ESS. Paris a également lancé « Les Trophées de l’ESS » , un appel à projets qui récompense des initiatives parisiennes innovantes qui relèvent de l’ESS, pour un montant total de 150 000 euros.

L’appui technique aux porteurs de projet dans leurs démarches est un autre pilier de l’action de la ville, par exemple en participant à la création d’un pôle ESS au 204 de la Rue de Crimée dans le 19eme arrondissement, qui sera un hôtel d’entreprises de l’ESS. Enfin, Paris a obtenu le label « Territoire du commerce équitable » grâce au soutien accru au marché du commerce équitable et à son engagement dans une démarche d’achat et de consommation responsable.

Les grands principes de l’économie sociale et solidaire

Voici 4 principes que nous avons retenus pour définir l'économie sociale et solidaire :

  • La gestion démocratique
  • L’utilité collective ou l’utilité sociale du projet
  • La mixité des ressources
  • La non-lucrativité individuelle

Gestion démocratique
Les décisions stratégiques se prennent en assemblée générale selon le principe « une personne = une voix ». Chaque membre compte pour une voix, quel que soit son apport en capital (pour une coopérative) ou en temps (pour une association).

Utilité collective ou utilité sociale du projet
Une structure de l'économie sociale et solidaire est nécessairement au service d'un projet collectif et non d'un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre.

Ce collectif peut être :

  • un territoire : les sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC), par exemple, sont généralement des outils de développement local.
  • un groupe social : les mutuelles et les banques coopératives se sont créées pour répondre aux besoins spécifiques des artisans, des commerçants, des instituteurs, etc.
  • un collectif de travail : les salariés des sociétés coopératives de production (SCOP) s'unissent pour valoriser ensemble le fruit de leur travail.
  • une idée : des associations se constituent pour promouvoir un projet, etc.
Mixité des ressources
Les ressources de ce secteur sont soit privées (coopératives et mutuelles), soit mixtes (associations). Les organismes de l'économie sociale sont indépendants des pouvoirs publics. Mais ils peuvent être reconnus comme interlocuteurs privilégiés dans la mise en œuvre de politiques d'intérêt général (emploi, santé, développement local, citoyenneté, solidarité Nord-Sud, etc.) et avoir droit en conséquence à des subventions, des aides spécifiques à l'emploi ou des avantages fiscaux.

Non-lucrativité individuelle
Ce principe n'interdit pas de faire des profits, mais il en empêche l'appropriation individuelle - à des actionnaires par exemple. Cette règle est absolue dans les associations, où aucun dividende ne peut être versé aux adhérents. Elle est relative dans les coopératives, où les salariés peuvent recevoir individuellement jusqu'à la moitié du bénéfice réalisé.

Les événements parisiens

Chaque année, la ville de Paris organise des événements concernant l’économie sociale et solidaire.

La quinzaine du commerce équitable

Des centaines d’animations, petits déjeuners équitables, concerts, débats, projections de films, rencontres avec des producteurs sont organisés à Paris, avec le soutien de la Ville, pour témoigner des engagements des acteurs du commerce équitable.

A cette occasion, Paris.fr vous propose de découvrir les boutiques responsables situées près de chez vous sur une carte dédiée.

FAIRPRIDE : « Tous made in monde »

La Fairpride est un événement festif et ouvert à tous, invite les parisiens à partager un moment convivial pour découvrir ou exprimer leur sensibilité ou leur engagement en faveur du commerce équitable.

« + d’équitable dans mon magasin »

Pendant la Quinzaine du Commerce Equitable: les militants de FAIR[e] un monde équitable ont été présents dans la rue et dans les magasins pour motiver les citoyens à :

  • Voter en ligne sur l’engagement pour le commerce équitable de vos magasins : assez de produits équitables ? Suffisamment d’informations ? Les citoyens sont invités à parcourir les rayons de leur magasin de proximité et à les noter via leur smartphone ou depuis leur ordinateur sur www.faire-equitable.org.

Le mois de l’ESS (chaque année, en novembre)

Pendant un mois, les citoyens peuvent rencontrer et partager l’enthousiasme des acteurs de l’économie sociale et solidaire, ceux qui agissent tous les jours pour une société plus juste et plus respectueuse de la dignité humaine.

La semaine du microcrédit

L'insertion par l'activité économique (IAE)

L'insertion par l'activité économique (IAE) est une des composantes de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS). Elle a pour objectif de favoriser le retour à l’emploi de personnes cumulant des difficultés sociales et professionnelles.

L'insertion par l'activité économique (IAE) propose dans le cadre du code du travail, des modalités spécifiques de travail. Les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) sont agréées par le Comité Départemental de l’Insertion par l’Activité Economique (CDIAE) puis reçoivent des financements de l’Etat. A ces aides peuvent s’ajouter des financements des Collectivités.

Ainsi, le Département de Paris intervient dans l’aide au financement de la présence des bénéficiaires parisiens du RSA socle dans ces structures via des délibérations cadre correspondant à chaque type de SIAE (Atelier chantier d’insertion, Association intermédiaire, Entreprise de Travail Temporaire d’Insertion et Entreprise d’insertion).

Les structures d'insertion par l'activité économique (SIAE) partagent des valeurs communes et placent l'humain au centre de leur activité. Le terme SIAE regroupe : Les entreprises d'insertion (E.I.), les associations intermédiaires (A.I.), les ateliers chantiers d'insertion (A.C.I.), les entreprises de travail temporaire d'insertion (ETTI).


Les entreprises et les structures

Les structures d'insertion par l'activité économique (SIAE) partagent des valeurs communes et placent l'humain au centre de leur activité. Le terme SIAE regroupe : Les entreprises d'insertion (E.I.), les associations intermédiaires (A.I.), les ateliers chantiers d'insertion (A.C.I.), les entreprises de travail temporaire d'insertion (ETTI)

Le référentiel développement durable

Le référentiel est un document cadre pour l’ensemble des acteurs de l’aménagement : services municipaux, aménageurs, opérateurs, bailleurs sociaux, maîtres d’oeuvre.

Il donne des outils pour réaliser ou réhabiliter les quartiers. Il se présente sous forme de fiches pratiques regroupant toutes les informations utiles et donnant des exemples applicables à Paris.

La démarche

Elle consiste à appliquer les principes du développement durable dans chaque opération d’aménagement. Chaque projet doit en effet bénéficier d’une conception, d’un suivi et d’une évaluation sur mesure. Pour cela, il convient d’établir dès le départ son “profil développement durable” avec un diagnostic, et des priorités définies au cas par cas. Ce “profil développement durable” constituera une “feuille de route” à respecter tout au long de la conception, de la réalisation et de la gestion de l’opération.

Des réponses ciblées

Ce référentiel doit permettre l’amélioration globale de la conception et de la mise en oeuvre des opérations d’aménagement. Il s’applique quel que soit l’avancement de l’opération et répond aux besoins suivants :

  • Disposer d’un cadre de référence pour intégrer les objectifs de développement durable dans les aménagements
  • Suivre et évaluer l’intégration du développement durable à tous les stades d’une opération, depuis les intentions politiques jusqu’à la réalisation et l’évaluation
  • Assurer une cohérence avec les certifications existantes à l’échelle du bâtiment (démarche HQE®)
  • Développer la transversalité entre la Direction de l’Urbanisme et les autres services de la Ville
  • Anticiper la gestion à venir

Le référentiel constitue un outil quotidien pour un aménagement durable de la capitale. Il se présente sous forme de fiches pratiques regroupant toutes les informations utiles et donnant des exemples concrets applicables à Paris.

Consulter le référentiel 

Le cahier de recommandations environnementales

Le cahier de recommandations environnementales s'adresse à tous ceux qui interviennent dans la réhabilitation ou la construction de bâtiments.

Au-delà de la législation en vigueur, il a pour objectif de susciter, favoriser et encadrer la mise en oeuvre d’un ensemble de pratiques et de modalités d’intervention sur le cadre de vie plus respectueuses de l’environnement.

Une valeur contraignante pour les projets de la Ville de Paris et incitative pour les autres projets

Adopté par le conseil de Paris en juin 2006 et joint au Plan Local d'Urbanisme, le cahier de recommandations environnementales a une valeur contraignante pour les projets de la Ville de Paris, qu’ils soient portés directement par les services ou indirectement (notamment au travers de conventions d’aménagement), pour les projets dans lesquels elle intervient en tant que partenaire ou ceux dans lesquels elle assure un financement, ainsi que pour les projets faisant suite à la cession de terrains lui appartenant.

L’objectif ainsi visé est l’obtention d’un haut niveau de performances environnementales dans les opérations de construction et d’aménagement auxquelles la Ville de Paris prend part. Il a aussi et surtout une vocation pédagogique et incitative pour les projets développés sur le territoire parisien par des acteurs indépendants de l’action de la Ville de Paris.

Le cahier des recommandations environnementales est diffusé aux acteurs de la construction et de l’aménagement par tous les moyens adaptés (envoi aux professionnels concernés, diffusion à l’occasion de concours, remise aux demandeurs d’autorisations d’urbanisme, mise à disposition dans les lieux de réception du public liés aux autorisations d’urbanisme…).

Il est complété par des fiches pratiques pour aider les demandeurs d’autorisations d’urbanisme à formuler et à faire connaître leurs choix en matière de protection de l’environnement.

Un contenu évolutif, en deux parties

Ce document est évolutif dans la description des enjeux environnementaux à prendre en compte dans la conduite des projets de construction, de rénovation et/ou d’aménagement à Paris et formule des recommandations environnementales modulées en fonction de l’importance des projets, de leur localisation et de leurs impacts potentiels sur l’environnement.

Le cahier de recommandations environnementales se présente en deux parties :

  1. La démarche préconisée par la Ville de Paris pour faciliter la prise en compte de l’environnement dans la conduite des projets de construction, de rénovation et/ou d’aménagement à Paris. Ce chapitre comprend donc la méthode à suivre et les aspects relatifs aux chantiers et aux matériaux.
  2. Les principaux enjeux environnementaux à prendre en compte, présentés sous forme de notices, qui décrivent pour chacun la situation à Paris, les raisons de prendre en compte cet enjeu, des éléments de réglementation (articles du PLU et autres réglementations), les recommandations, des contacts, organismes et sites Internet pour en savoir plus. Le cahier de recommandations environnementales est l’un des outils de la Ville de Paris, relatif à l’aménagement et à la construction durable, labellisé Agenda 21.

Conseils et subventions pour les économies d'énergie des copropriétés

Isolation, chauffage, ventilation, énergies renouvelables… De nombreux travaux d’économies d’énergie sont envisageables pour diminuer votre facture d’énergie, réduire votre impact environnemental et améliorer le confort de votre logement.
Dans le cadre du dispositif "Copropriétés : Objectif Climat !", la Ville de Paris vous aide à améliorer la performance énergétique de votre immeuble en 3 étapes :

Montez votre dossier avec un conseiller Info Energie

Méthodologie, communication au sein de la copropriété, mobilisation des aides financières, suivi, conseils techniques… Pour vous guider dans toutes vos démarches, les conseillers info énergie de l'Agence parisienne du climat se tiennent à votre disposition. 

Réalisez l'audit énergétique de la copropriété

Bénéficiez d’une subvention de 70% sur le diagnostic de votre immeuble accordée par la Ville de Paris, l'Ademe et la Région Île-de-France. Les conseillers du dispositif "Copropriétés : Objectif Climat" vous aident dans le choix des bureaux d'études pour l'audit.

Financez vos travaux avec l’aide des partenaires publics

Sous certaines conditions, les travaux d’économie d’énergie décidés par votre copropriété peuvent être subventionnés par la Ville de Paris et l'Agence nationale de l'Habitat (Anah) pour les occupants modestes mais aussi par la Région pour le syndicat des copropriétaires. Les conseillers info énergie vous accompagneront dans vos démarches.

  • Résultat : des économies d’énergie permettant également de diminuer les charges de votre immeuble.
  • Copropriétés : Objectif Climat" : la Ville de Paris a mis en place ce dispositif en collaboration avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Face aux enjeux environnementaux et à l’augmentation du coût de l’énergie, ce programme a pour but de faciliter l’amélioration énergétique des logements privés parisiens.

Astuces et conseils sur le site des Acteurs du Paris durable pour aider à rénover thermiquement sa copropriété.

Cartes du bruit routier à Paris

Depuis le 30 juin 2007, toutes les grandes agglomérations doivent disposer de cartes de bruit de leur territoire. Consultez les cartes de bruit pour Paris…

Soutien à des projets innovants

Le Département de Paris tient à soutenir des projets relevant de l’innovation sociale. Ces initiatives citoyennes ont vocation à apporter des réponses nouvelles, ingénieuses et originales à des besoins sociaux contemporains : emploi, exclusion sociale, insertion… Ces réponses peuvent être portées par le produit, l’organisation ou encore le modèle économique développé pour atteindre un objectif social.

Quelques exemples de projets sociaux innovants soutenus par la Ville de Paris

Le déploiement du dispositif « Premières heures »

En 2010, le Département de Paris a initié un dispositif à caractère expérimental sur 2 ans intitulé « Premières Heures ». Ce dispositif vise à permettre à des parisiens en grande exclusion sociale, notamment des sans domicile fixe de s’insérer de façon très graduelle dans l’univers professionnel en travaillant pour des ateliers ou des chantiers d’insertion. L’objectif est de s’adapter aux capacités des personnes employées en leur proposant un parcours personnalisé et progressif.

La durée hebdomadaire des missions est ainsi ajustée de manière individuelle, jusqu’à ce que le salarié atteigne la capacité de travailler 16 heures par semaine sur un contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE - type de contrat permettant faciliter l’insertion professionnelle des personnes sans emploi qui rencontrent des difficultés sociales et professionnelles particulières d’accès à l’emploi, grâce à des actions d’accompagnement professionnel dans le secteur non-marchand). Le salarié peut ainsi être recruté dans le chantier d’insertion de la structure qui l’emploie ou ailleurs. En mars 2013, Premières Heures a été pérennisé par le Département de Paris.

Le Département soutient chaque structure qui participe au dispositif via le versement d’un montant forfaitaire plafonné par personne embauchée, incluant :

  • un forfait mensuel par bénéficiaire et ce, dès son entrée dans le dispositif dès lors qu’il travaille au moins une heure ;
  • deux paliers en fonction du nombre d’heures réalisées dans le mois correspondant à un forfait supplémentaire par bénéficiaire (de 5 à 22 heures travaillées ou de 23 à 72 heures travaillées) ;
  • une prime de retour à l’emploi et à la formation.

Deux partenaires, en exemple

Le « Bric à brac » d’Emmaüs Défi

Emmaüs Défi est une association régie par la loi 1901 visant à l’insertion par l’activité économique et rattachée à l’association Emmaüs France. Son objet est de promouvoir l’insertion professionnelle ou sociale des personnes en difficulté, jeunes et/ou adultes, notamment en situation de grande exclusion, à travers des activités de collecte et de vente de biens de consommation collectés auprès des particuliers (vêtements, meubles, déchets d’équipement électriques et électroniques etc..). L’association a expérimenté le travail à l’heure dès 2008 en employant des personnes très éloignées de l’emploi dans leurs ateliers et chantiers d’insertion.

« Bric à brac » d’Emmaüs -
Vente le samedi, de 10h à 18h. 
40, rue Riquet (19e)
Métro : ligne 7, station Riquet

Association ATOLL 75

Les actions développées par l’association Atoll 75 visent à permettre l'insertion sociale de personnes sans domicile fixe depuis de nombreuses années. Atoll 75 appréhende la personne dans sa globalité (situation administrative, psychologique, sociale).

Les éducateurs d'Atoll 75 travaillent dans la rue, auprès de personnes démunies et tentent de reconstruire avec elle une vie, ou tout au moins de s’organiser pour un « mieux vivre ».

Association ATOLL 75 -15 rue Riquet (19e)
Plus d’infos : Tél. : 01 46 07 28 40 - Fax : 01 40 36 01 49

L’accompagnement des créateurs d’entreprises sociales

Les Sociétés coopératives et participatives (SCOP) et l’URSCOP

Travailler dans une entreprise bénéficiant d’une gouvernance démocratique : les SCOP
Les Sociétés coopérative et participative (SCOP) sont des entreprises ou des sociétés sous statut SARL ou SA, qui obéissent à des règles particulières : capital détenu majoritairement par les salariés de l’entreprise, égalité de pouvoir des associés, élection du dirigeant, part du bénéfice impartageable qui reste dans l’entreprise. Ce type de statut favorise la création, la reprise et la transmission d’entreprise par des équipes qui adoptent des règles de fonctionnement démocratique.

A l’échelle de la métropole parisienne, Paris soutient le développement des coopératives en lien étroit avec l’union régionale des SCOP et encourage ainsi la transmission des PME aux salariés sous forme coopérative. Il s’agit d’une solution efficace en temps de crise pour le maintien des entreprises et des emplois sur les territoires, tout en privilégiant la rémunération du travail (pas de plus-value en capital).

Le partenariat de la Ville de Paris avec l’URSCOP

L’Union Régionale des Sociétés Coopératives d’Ile-de-France a pour mission de représenter et de faire connaître les SCOP de la région, d’encourager la création et le développement, tout en favorisant les échanges entre les entreprises adhérentes elles-mêmes. L’association propose à ses adhérents des conseils, des audits et des séminaires de formation.

Le Département de Paris encourage vivement la création de SCOP à Paris via un partenariat avec l’URSCOP depuis 2008.

Le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves)

Le Mouvement des entrepreneurs sociaux, Mouves, est né d’une initiative de l’Agence de valorisation des initiatives économiques et sociales (Avise).

Le Département soutient les associations intervenant dans le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) dont l’action concerne le territoire parisien, notamment, obtenir une meilleure visibilité du secteur, soutenir le développement de l’Economie Sociale et Solidaire sous toutes ses formes, et appuyer concrètement les entreprises du secteur dans Paris. En ce sens, la collectivité parisienne soutient cette initiative fédératrice portée par les entrepreneurs sociaux.

Le Mouves est un mouvement de personnes qui fédère et représente des dirigeantes et dirigeants d’entreprises sociales partout en France. Leurs entreprises sont de taille très variées (de la micro-entreprise au grand groupe) et sont positionnées sur tous types de secteurs (commerce équitable, la prise en charge de la dépendance, filières de la croissance verte, filières de la santé, de l’informatique, etc.) avec différents statuts : SA(S), association, coopérative, mutuelle, etc. Elles respectent toutes les critères de l’entreprise sociale du Mouves et assurent leur finalité sociale par une lucrativité nulle ou limitée. Dispersés, parfois isolés, les entrepreneurs sociaux ont souhaité se rassembler en 2010, dans la lignée d’un premier Livre blanc pour développer l’entrepreneuriat social, (puis d’une deuxième édition accessible en ligne ) pour faire connaitre leurs modèles, leurs solutions, mobiliser l’opinion et peser politiquement.

Rédigé par le Mouves et ses adhérents, le Livre Blanc des entrepreneurs sociaux est un ouvrage court qui met en lumière les bonnes pratiques, les objectifs et les propositions d’un secteur en pleine expansion. Il s’adresse à l’ensemble des acteurs de notre société qui souhaitent agir pour une économie plus humaine.

Construit autour de 4 idées (« qu’est-ce que l’entrepreneuriat social », « pourquoi le développer », « comment le développer », « trois défis pour une politique en faveur des entreprises sociales »), c’est à la fois un ouvrage pédagogique tous publics et un outil de plaidoyer politique opérationnel pour les décideurs.

Partenariat avec les Coopérative d’Activités et d’Emploi (C.A.E.) et les couveuses

Les Coopératives d’Activités et d’Emploi

Les Coopératives d’activités et d’emploi (CAE) permettent de développer son activité tout en bénéficiant d’un statut original d’entrepreneur- salarié. Comme les couveuses, les CAE offrent une possibilité au porteur de projet du création d’entreprise de tester la viabilité de son projet en grandeur réelle sans rencontrer d’emblée l’ensemble des risques liés à une création réalisée dans des conditions classiques, tout en conservant, conformément à la réglementation, son statut (allocataire ASSEDIC, bénéficiaires RSA, etc…) et les indemnités qui y sont liées.

Le Département de Paris soutient 8 CAE. En 2012, plus de 1750 personnes ont pu être accueillies par l’ensemble des structures.

Les couveuses

Ces couveuses apportent une réponse originale au développement de la création d'activités et d'emplois. Ces structures permettent aux porteurs de projet de tester leur activité en grandeur réelle sans supporter d'emblée l'ensemble des risques liés à la création dans les conditions classiques. Elles peuvent avoir un statut de Coopérative d’Activités et d’Emploi ou d’association.

Dans le cadre de sa politique de soutien à la création d’entreprise, le Département de Paris apporte son aide à une couveuse parisienne, créée en tant que CAE.

(>> Liste des couveuses à Paris)

La coopérative ALTER BATIR

Une CAE qui intervient dans les secteurs du bâtiment et de l'écoconstruction. Afin de remédier au manque d'entrepreneurs qualifiés dans le domaine de l'écoconstruction en Ile-de-France, Alter Batir propose un espace aux créateurs d'entreprise en écoconstruction afin de leur permettre de tester leur projet avant de se mettre à leur compte ou d'intégrer la coopérative. Ces entrepreneurs sont des demandeurs d'emploi bénéficiaires de Pôle Emploi, des minima sociaux ou également tout professionnel en recherche d'une nouvelle orientation.

Plus d’infos : Coopérative ALTER BATIR, 11, rue de l’Escaut (19e) - Tél. 01 42 01 89 59

Les coopératives CLARA et CLARA BIS

Ces deux coopératives permettent aux artistes, aux professionnels du secteur artistique et culturel et/ou créateur de produits et services de bénéficier d’un hébergement juridique, social, comptable et fiscal. Mais, elles leur offrent aussi la possibilité d’appréhender concrètement l’ensemble des réseaux et marchés culturels par un accompagnement au développement économique de leurs activités et de leur emploi.

La coopérative CLARA

Coopérative qui intervient dans les secteurs artistiques, culturels, du spectacle vivant. CLARA facilite la multi-activité des professionnels des arts vivants aux arts plastiques, des arts visuels à l’art floral, des arts numériques aux arts de la table, des arts d’hier aux créations de demain.

La coopérative CLARA BIS

Coopérative qui intervient dans les secteurs de l'audiovisuel, du multimédia et du numérique. Première société de production organisée en Coopérative d’Activité et d’Emploi pour les professionnels de l’audiovisuel, du Numérique et du Multimédia.

Paris a soutenu la création de CLARA BIS. Elle est destinée à accueillir des professionnels de disciplines et d’horizons différents, réunis autour des activités de création culturelle par le biais des médias de l’audiovisuel, du numérique et du multimédia autant comme support que comme moyens d’expressions. Les publics concernés sont divers : réalisateurs, techniciens du numérique, webmaster, metteurs en scènes, théâtre, acteurs, danseurs, musiciens, compositeurs, interprètes, cinéastes, réalisateurs, auteurs, créateurs sonores, plasticiens.

Plus d’infos : CLARA, 9-11, rue de la Charbonnière (18e) - Tél. : 01 44 92 96 36

Les coopératives COOPANAME (coopérative généraliste) et COOPÉRATIF (spécialisée dans le secteur des services à la personne) : Coopaname COOPAME

Coopaname offre une alternative à la création d'entreprise classique pour tous ceux qui souhaitent « se mettre à leur compte ». Sa proposition est simple : plutôt que de créer votre propre entreprise, créez votre emploi salarié au sein d'une entreprise que nous partageons.

« Travailler pour soi / Réussir ensemble », cela signifie : être professionnellement et économiquement autonome, tout en étant juridiquement et socialement salarié d'une entreprise coopérative que l'on partage avec d'autres entrepreneurs et dont on a vocation à devenir l'associé.

Plus d’infos : Coopaname Paris Est, 3-7, rue Albert Marquet (20e) -Tél. : 01 43 71 82 69 et Coopaname Paris Sud, 17 bis rue Jenner (13e) - Tél. : 01 43 71 82 69

COOPÉRATIF

Coopérative d’activités et d’emplois d’Ile-de-France dédiée aux services à la personne, filiale de Coopaname. Sur le modèle de Coopaname mais avec les spécificités réglementaires des services à la personne, Coopératif accompagne les entrepreneurs qui travaillent aux domiciles des particuliers. Cette CAE permet à des personnes ayant un savoir-faire et une volonté de créer leur propre activité dans le secteur des services à la personne, de tester et développer leur projet au sein d’une entreprise qu’ils partagent.

Plus d’infos : COOPÉRATIF, 3-7, rue Albert Marquet (20e). Tél. : 01 43 71 82 69
www.coopaname.coop
- Courriel : cooperatifs@coopaname.coop

La coopérative PORT PARALLELE

Une CAE qui intervient dans les secteurs des technologies de l’information, de la communication et du multimédia.

Plus d’infos : Port Parallèle 70, rue Amelot (11e) - Tél. : 01 53 19 96 15

COOPETIC

Une coopérative dédiée aux professionnels des TIC, de la communication et de l’audiovisuel.

COOPETIC se donne trois objectifs :

  • Permettre l'accompagnement et le test d'activité de professionnels du multimédia.
  • Structurer des réseaux de professionnels afin de permettre l'entraide, la complémentarité, la mutualisation et le développement de leurs activités.
  • Relier ces réseaux de compétences, internes à Coopetic, aux professionnels à l'extérieur de la coopérative, plus particulièrement sur l'ensemble du territoire francilien. Et ce, quel que soit leur statut (free-lance, auto-entrepreneurs, entreprises, intermittents du spectacle...).

Plus d’infos : COOPETIC, 8, rue du Faubourg Poissonnière (10e). Tél. : 09 54 73 15 46

Astrolabe Conseil (couveuse)

Astrolabe Conseil est une couveuse d’entreprises à destination des demandeurs d’emploi porteurs d’un projet de création d’entreprise.

Organisme de formation, de conseils à la création d’entreprise, Astrolabe Conseil, vous permet de préparer et de tester en grandeur réelle votre projet de création d’entreprise. Pendant ce test, le créateur d’entreprise bénéficie d’un accompagnement à la création d’entreprise et au métier d’entrepreneur par un suivi individuel et personnalisé, un suivi collectif (formation, ateliers pratiques) et de mises en réseaux.

Astrolabe Conseil, 17 rue Pasteur (11e) – Tél. : 01 55 28 86 70 - Fax : 01 55 28 84 90

Soutien aux financements solidaires

Paris a développé plusieurs partenariats avec les organismes spécialisés dans la micro-finance afin de développer un accompagnement accru et rapproché des créateurs d’entreprise parisiens, avec un accent envers les allocataires des minimas sociaux.

Partenariat avec l’Association pour le Droit à l’Activité Economique (ADIE)

Le Département de Paris soucieux du développement économique sur son territoire souhaite favoriser la création d’activités, avec une attention particulière sur celles développées par des personnes en difficultés que sont les demandeurs d’emplois de longue durée et les bénéficiaires Parisiens de minimas sociaux souhaitant installer leur entreprise à Paris.

L’Association pour le Droit à l’Activité Economique (ADIE) est une association reconnue d'utilité publique, qui aide des personnes exclues du marché du travail et du système bancaire classique à créer leur entreprise et donc leur emploi grâce au microcrédit. En complément du microcrédit, l'ADIE propose aux micro-entrepreneurs un accompagnement adapté à leurs besoins.

Depuis plusieurs années, le Département de Paris apporte son soutien à l’association pour mettre en œuvre 2 actions ciblées en faveur de la création d’entreprise ou d’activité sur le territoire parisien.

L’ADIE a pour mission de promouvoir le droit à l’initiative économique des personnes les plus défavorisées qui souhaitent créer ou développer une activité. Ces projets, même viables économiquement, ne présentent pas les garanties socio-économiques exigées par le crédit bancaire traditionnel. Grâce à ce partenariat Département-ADIE, les allocataires du RSA parisiens, créateurs de projets peuvent obtenir un prêt Microcrédit professionnel de 5 000 € maximum auprès de l’ADIE, et bénéficier d’un accompagnement individuel. L’ADIE organise également des réunions d’informations collectives à destination des créateurs usagers de la Maisons de l’Entreprise et de l’Emploi (MDEE) des 10e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissements.

Le Département de Paris soutient l’ADIE pour l’accompagnement de chaque allocataire du RSA parisien ayant obtenu auprès de l’association un Microcrédit professionnel.

L’ADIE soutient également l’association Paris Initiatives Entreprises (PIE), principal organisme de financement des Très Petites Entreprises (TPE), des associations ou entreprises solidaires à Paris (pour en savoir plus, consulter partie consacrée au partenariat de la Ville de Paris avec PIE)

Si vous êtes concerné, c’est Pôle emploi qui établira l’agrément entre l’employeur et vous. Parlez-en à votre référent.

Partenariat avec l’association des Clubs d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Local de l’Epargne Solidaire (CIGALES)

CIGALES est un club de capital risque solidaire mobilisant l'épargne de ses membres au service de la création et du développement de petites entreprises locales et collectives (SARL, SCOP, SCIC, SA, association).

Le club est constitué d'une vingtaine de personnes qui mettent une partie de leur épargne en commun. Ils se réunissent plusieurs fois par an pour recevoir les créateurs, décider des placements et affecter cette épargne collective au capital des entreprises. Sa durée de vie est de cinq ans.

C'est un lieu d'échange et d'auto-formation sur les questions économiques et de développement local, où investisseurs et porteurs de projet font l'expérience d’une économie socialement responsable et solidaire. Les CIGALES sont au carrefour de l’épargne de proximité, de l'épargne éthique et de l'épargne solidaire.

La Fédération des CIGALES, association de loi 1901 a pour objet l’animation et le développement du mouvement constitué par les CIGALES, leurs Associations Régionales, Territoriales et de Soutien. Elle est garante de l’utilisation du nom CIGALES et de la charte des CIGALES. Elle favorise le partenariat entre les CIGALES et les autres réseaux d’aide à la création d’entreprise et de financements solidaires (notamment ceux dont elle a été à l’origine comme Garrigue). Elle est responsable de la politique de communication à destination des acteurs institutionnels et socio-économiques.

A Paris, nous avons actuellement 16 Cigales implantées sur notre territoire.

Partenariat avec l’association Paris Initiatives Entreprises (PIE) et France Active Garantie

La Ville de Paris soutient Paris Initiative Entreprise, représentant de France Active et de France Initiative à Paris.

Principal organisme à Paris de financement des Très Petites Entreprises (TPE), des associations ou entreprises solidaires, Paris Initiative Entreprise, association loi 1901, a été créée en 2000 avec le soutien de la Mairie de Paris, de la Région Île-de-France et de la Caisse des Dépôts.

Paris Initiative Entreprise (PIE) a pour mission d’identifier et de favoriser la création, la reprise, et la croissance des entreprises et des associations génératrices d’emplois, de développement économique, social et durable à Paris. PIE intervient auprès des structures par un accompagnement et un financement ou tout autre aide contribuant à la création et à la consolidation d’emplois.

PIE bénéficie également du soutien financier d’organismes privés, notamment de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, de la Société Générale et du Crédit Agricole et a développé de nombreux partenariats bancaires et économiques.

Les adhérents de l’association sont des organismes d’appui à la création d’entreprises (URSCOP,..), des banques (Crédit Coopératif, Caisse d’épargne Ile-de-France, BRED, Banque Populaire) et des entreprises privées (ERDF, Etam, Hammerson…) ainsi que de nombreux cadres et chefs d’entreprises bénévoles.

PIE proposent des prêts à taux 0% (prêt d’honneur et prêt Nacre) d’un montant de 5000€ à 30000€ pour financer des investissements ou des besoins de trésorerie lors de la création d’une activité, et jusqu’à 60000€ en cas de transmission. Des garanties bancaires d’un montant maximum de 45000€ peuvent être accordées pour limiter les cautions personnelles demandées par les banques.

Aide à la création d'entreprises pour les allocataires RSA

Les Boutiques de gestion ont pour vocation de promouvoir et soutenir la création et le développement des petites entreprises, de favoriser les initiatives individuelles, d’accompagner les créateurs tout au long du projet et d’assurer un suivi de la jeune entreprise, de conseiller les chefs d'entreprises, de proposer des formations adaptées et de participer activement à la revitalisation du tissu économique et du développement local.

Créée en 1979, l’association Boutique de Gestion Paris Ile-de-France (BGE Parif) est cofondatrice du Réseau national BGE, devenu le premier réseau français indépendant d’appui à la création d’entreprise qui couvre aujourd’hui le territoire national et les DOM-TOM avec 400 lieux d’accueil.

Le Département de Paris a financé les actions de BGE Parif sur 2 axes : le soutien destiné à tous les créateurs parisiens et des actions spécifiques à destination des créateurs bénéficiaires du RSA.

L’accompagnement à la création d’entreprise ou d’activité des publics les plus éloignés de l’emploi par BGE Parif se traduit par des permanences individuelles et des animations collectives thématiques auprès des usagers de la Maison des Entreprises et de l’Emploi du 18e. Des réunions ou des permanences régulières au sein des Mairies des 4e, 11e, 12e, 15e arrondissements et des « Ateliers de Paris » sont également assurées. Ces prestations s’inscrivent dans un cadre plus général de promotion de l’initiative économique pour tous : un Pôle d’information «Créer son activité» a ainsi été créé à la Cité des Métiers (Cité des Sciences de La Villette).

Les futurs créateurs d’entreprises peuvent également être accompagnés au sein d’une couveuse d’entreprises «Le Geai», créée par BGE Parif. Les porteurs de projets ont la possibilité d’y tester « en grandeur réelle » leur projet tout en conservant leur statut social et un revenu de base.

Pour les porteurs de projets-allocataires du RSA, la BGE Parif évalue la fiabilité économique à la demande de leur référent social, via un accompagnement de 20 heures réparties sur une période de 6 mois, l’objectif étant, d’adapter l’accompagnement aux besoins de chacun (de la préparation du plan comptable à la recherche de locaux par exemple). Il s’agit de permettre aux référents sociaux d’obtenir une évaluation objective des projets des créateurs d’entreprises ou d’activités qu’ils accompagnent, afin qu’ils soient à même de les soutenir et de faire en sorte qu’ils puissent démarrer leur activité dans les meilleures conditions possibles.

Si vous êtes concerné, c’est Pôle emploi qui établira l’agrément entre l’employeur et vous. Parlez-en à votre référent pour assister à une réunion collective d’information.

Rejoindre la communauté des lauréats des « Trophées de l'ESS »

Depuis 2009, la Ville lance chaque année un appel à projets pour développer l'économie sociale et solidaire qui vise à stimuler l’émergence de projets nouveaux et à développer des structures existantes. Pour l'édition 2015, sept lauréats remportent un trophée.

LUTESS : un Pôle dédié aux structures de l’ESS 

Paris et la Région Île-de-France ont souhaité augmenter le parc immobilier destiné aux structures de l’ESS, afin de pouvoir accueillir tous les projets en développement dans ce secteur. Situé au 204 rue de Crimée - 75019 Paris (Métro : ligne 7 Crimée), cet espace collaboratif est accessible aux entreprises, associations, coopératives, mutuelles et fondations de l’ESS, avec une priorité accordée aux entreprises.

Ce pôle d’entreprises offre un programme d’environ 1 940 m² utiles, la création de 37 lots pour l’accueil des entreprises et permettant à une centaine d’emplois de se développer sur le site. Il offre des lots flexibles et modulables, pour répondre à l’évolution des sociétés et met en commun des locaux techniques, de services et de convivialité adaptés aux entreprises. La présence de plusieurs salles de réunion, d’une cafétéria, de locaux pour l’impression et le rangement a été particulièrement pensée en fonction du besoin de ces entreprises de l’économie sociale et solidaire.

L'appel à candidature

La ville de Paris la Région Île-de-France lancent un appel à candidature pour intégrer dans un pôle immobilier de l’est parisien, au 204 rue de Crimée dans le 19ème arrondissement, des structures innovantes dans le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire.

Espaces collaboratifs dédiés aux structures de l'économie sociale et solidaire 

  • 2400 m² divisibles en 37 lots de 20 m² à 68 m² environ (espaces communs inclus : salles de réunion, caféteria, ...)
  • Redevance de 315 € à 1 275 € / mois (charges comprises) Tarifs inférieurs de 30% par rapport au prix du marché privé
  • 24 Emplacements de stationnement couverts : 100 €/ mois


Accueil de l'entreprenariat social

  • 2 niveaux de bureaux dont un accessible aux Personnes à Mobilité Réduites
  • 4 salles de réunion mutualisées
  • 9 box de réunion
  • Espace repas pour 24 personnes
  • Fibre optique

Information pratiques

204 rue de Crimée (19e)Métro ligne 7 : Crimée
Vélib : Mathis ou Ourcq-Flandres

Dépôt de candidature 

Le »dossier de candidature pourra être remis selon deux modalités :

Par voie postale à l’adresse suivante :
RIVP
A l’attention de Sandrine LEBKIRI
Tél : 01 77 75 11 99
13, avenue de la Porte d'Italie
75621 PARIS CEDEX 13

Par courrier électronique: sandrine.lebkiri@rivp.fr

Descriptif de la rue Crimée


Côté pratique

Informations et dépôt de candidature : sandrine.lebkiri@rivp.fr
Contact et visites : Sandrine Lebkiri - 01 77 75 11 99

Dernière mise à jour le mardi 29 novembre 2016
Crédit photo : © François Grunberg / Marie de Paris

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris