Le premier garde-manger solidaire de Paris est dans le 12e 

Au 295, rue de Charenton dans le 12e, un mobilier insolite attire l’oeil. On y trouve des salades et des brocolis, quelques conserves, un pain de campagne. Sur un des pans de bois, on peut lire "Garde-manger solidaire." Créé et implanté depuis fin décembre 2016, à l’initiative de l’association Cap ou pas Cap? il est en phase d’expérimentation. Rencontre avec Jean-Christophe Taghavi, co-fondateur de l’association et à l’initiative de ce mobilier urbain d’un nouveau genre.

«L’idée n’est pas nouvelle ni très originale, elle existe déjà dans d’autres pays : on a repris le principe du frigo solidaire que l'on peut trouver à Berlin ou à Madrid par exemple." souligne d'emblée modestement, Jean-Christophe.  N’empêche qu’il fallait une belle énergie pour mettre en place ce garde-manger, ici, à Paris. Le principe est ultra simple : n'importe quel citoyen peut venir déposer tout surplus alimentaire qu’il a chez lui, autre que les produits frais (en résumé tout ce que vous n’avez pas dans votre frigo) et le mettre à disposition de tout le monde. Il peut aussi se servir s'il a besoin de quelque chose. 

garde manger solidaire

De la boite à dons au garde-manger solidaire 

L’histoire commence dans le 12e arrondissement, avec l’installation en septembre 2015, d’une boite à dons. « C’était une expérimentation, elle était un peu faite de bric et de broc, raconte Jean-Christophe « Mais cela a bien pris ». A tel point que la Mairie du 12e les sollicite pour en construire une autre, plus belle et plus solide en leur demandant qu’elle s’inscrive dans un équipement existant, le kiosque citoyen de la place Felix Eboué (Daumesnil) déjà animé par des associations.

boite à dons

«Dans la proposition à la mairie on avait mis la reconstruction de la boite à dons mais aussi la création d’un garde-manger solidaire. Les services techniques ont tiqué pour le garde-manger." continue Jean-Christophe. Mais l'association y tient et cherche une structure qui aurait assez d’usagers pour être en mesure d'accueillir le garde-manger, dans ses locaux. Après une petite campagne de crowfunding et quelques tweets pour lancer un chantier participatif, le buzz fait son effet et l'association peut créer le mobilier. Finalement c'est le Centre Social de la CAF de la rue de Charenton qui accepte d'accueillir le garde-manger. "Nous nous sommes appuyés sur eux et sur le collectif d'architectes: "On a pensé à un truc", qui a réalisé les plans, Benenova pour un apport de bénévoles et les Nouveaux Robinson, un réseau de supermarchés coopératifs bio dans lesquels on peut collecter des invendus alimentaires." Et le mobilier tout en bois, a pris forme, lors d’un chantier convivial et engagé.

garde manger solidaire

Dans les premiers jours, le mobilier intrigue, il y a peu de mouvement et il n'est pas clairement identifié. "C'est un peu normal vu l'originalité de la chose" explique Jean-Christophe, "donc on a constitué un groupe moteur pour l’alimenter au moins au début. On a identifié avec le centre social un groupe local qui collecte des aliments chez les Nouveaux Robinson et sensibilise les habitants du quartier à ce nouvel outil. On insiste bien que tout citoyen peut venir se servir. Après, chacun peut faire la part des choses en se posant la question : est-ce que j’en ai vraiment besoin?"

Cap ou pas cap? le catalyseur d'initiatives citoyennes

Cette création est l’illustration de ce que peut initier ou aider à mettre en place l’association Cap ou pas cap? co-créée par Jean Christophe en décembre 2013. Y travaillent aujourd'hui deux salariés, quatre volontaires en service civique, cinq ou six bénévoles très impliqués et une nébuleuse de dix à vingt cinq bénévoles pour des événements particuliers. L'association se présente clairement comme un catalyseur d'alternatives citoyennes et souhaite mettre les citoyens, au cœur de la réalisation de ses projets, 

« On l’a fondée sur un constat simple » explique Jean-Christophe « il y a de plus en plus de citoyens qui créent des initiatives locales mais elles ne sont pas forcément connues du plus grand nombre". L’idée de l’association est ainsi de favoriser la diffusion et le développement de ces initiatives. Un site internet est à disposition où une carte interactive et participative recense toutes les initiatives. 

Carte cap ou pas cap

"Nous sommes aussi pro actifs : nous démarchons des partenaires potentiels, des mairies, des maisons des associations ou des structures sociales ou associatives. Il arrive que nous soyons aussi sollicités directement. Après, le travail est d’identifier les citoyens qui peuvent participer : bénévoles, habitants ou bénéficiaires de centres sociaux et de mettre en place des actions simples : une boite à dons, une boite à livre ou un garde-manger solidaire, donc. Nous pouvons aider à créer des actions ponctuelles pour animer et faire vivre les actions. Mais par la suite, il est nécessaire que le groupe puisse devenir autonome et prendre le relais."

Aux citoyens de créer la société de demain

L'objectif est vraiment de mettre en oeuvre des actions qui permettent aux citoyens, à côté de l’Etat et de l’entreprise, de constituer une autre force vive et de construire une société qui soit plus humaine, plus solidaire, plus écologique. Après un an et demi d’existence, la boite à dons fonctionne bien. "Les résultats sont même bien au delà de nos espérances" ajoute Jean-Christophe, ravi. "On s’est posté à certaines heures pour observer ce qu’il s’y passe et on a remarqué que, par heure, il peut y avoir une vingtaine de personnes avec 50 à 100 objets qui sont mis en circulation. Et il y a différents usages: bien sûr des personnes à la rue mais aussi des personnes isolées par l’âge par exemple ou aussi des personnes qui veulent simplement donner. On a remarqué aussi des habitants qui viennent pour ranger la boite. Un certain nombre de personnes se sentent co-porteurs du projet et s’y investissent."

Et après ?

Pour aller plus loin, l'association travaille, avec la mairie du 12e et dans le cadre du Budget Participatif sur un projet de 12 boites sur le 12e, adossées à des structures existantes : foyer de jeunes travailleurs, établissements qui travaillent dans la grande précarité, résidences du CROUS, centres sociaux mais aussi des bars pourquoi pas?

 Et Jean-Christophe de conclure : "On veut procéder par étapes et voir comment cela prend, surtout ne rien brusquer car autant la solution est très simple autant c’est un changement de mentalité -pour une boite à dons et à fortiori pour un garde-manger- qui est long à mettre en place" 

Rejoindre Cap ou pas cap?

Pour alimenter le garde-manger c'est au 295, rue de Charenton 75012

Dernière mise à jour le lundi 27 février 2017
Crédit photo : cap ou pas cap

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris