la protection des équipements et des espaces verts

La nécessité de protéger les propriétés domaniales de la Ville de Paris (équipements, bâtiments), les usagers qui les fréquentent et les personnels qui y travaillent, a amené la Municipalité à recruter et à former des personnels en charge de la sécurité.

les agents en charge de la sécurité des parisiens

Les inspecteurs de sécurité patrouillent à pied ou à vélo

Les 600 inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris patrouillent, 24 H sur 24, dans les équipements municipaux (espaces verts, crèches, stades, gymnases, musées, bibliothèques, conservatoires, équipements sociaux, cimetières,...) afin de mener une action préventive et dissuasive. Ils effectuent leurs rondes essentiellement à pied ou à vélo.

En 2014, ils ont réalisé 61 328 missions, patrouillé pour un total de 153 220 heures dans les équipements municipaux et effectué 2 172 interventions (sur appel). Ces missions sont priorisées au quotidien en fonction des demandes des maires d'arrondissement, des services municipaux et des signalements d'atteintes à la tranquillité publique recensées par l'Observatoire Parisien de la Tranquillité Publique.

Les agents d'accueil et de surveillance sont au contact des usagers

Au sein des équipements, les agents d'accueil et de surveillance sont au contact des usagers

A la porte des mairies d'arrondissement ou des bâtiments administratifs, dans les jardins et espaces verts ou dans les cimetières, près de 1 000 agents d'accueil et de surveillance accueillent, orientent le public, et interviennent en cas de difficultés. 


Le recours à des prestataires externes de sécurité

Afin de compléter l'action des agents municipaux, la Mairie de Paris a par ailleurs recours à des prestataires externes (budget 8 M€ en 2014) afin d'assurer des missions de sûreté ou de sécurité incendie dans bon nombre d'équipements municipaux (maisons des associations, salles municipales, centres d'action sociale, bibliothèques, conservatoires, centres de loisirs, immeubles et terrain communaux en cours de réaffectation, gymnases mis à la disposition des sans-abri dans le cadre du Plan d'Urgence Hivernal, etc.).

Le groupement parisien inter bailleurs de surveillance (GPIS)

Créé à l'initiative de la Mairie de Paris en avril 2004, le groupement parisien inter bailleurs de surveillance (GPIS) est un système original de surveillance des ensembles immobiliers sociaux, prioritairement situés dans les quartiers "politique de la Ville". Les agents du GPIS interviennent quotidiennement de 19 heures à 5 heures dans 10 arrondissements parisiens (10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 15e, 17e, 18e, 19e et 20e), par rondes ou sur appels des locataires. Le numéro d'appel du GPIS se trouve dans votre hall d'immeuble, le service est gratuit et il n'est pas indispensable de donner votre identité.

Ce dispositif concerne plus de 75 000 logements sociaux répartis sur environ 500 sites. Le budget du GPIS est alimenté par les cotisations des bailleurs. La Ville y participe par le biais du versement d'une subvention représentant plus du tiers du budget du GPIS (4,9 M€ en 2014).

Les dispositifs de sûreté

ingénierie et études de prévention situationnelle

La Mairie de Paris réalise des études de prévention situationnelle à l’occasion de projets de construction, d’urbanisme ou de réalisation d’espaces verts (14 études en 2014). Elle effectue des diagnostics de sûreté pour les équipements présentant une vulnérabilité en termes de tranquillité publique (22 diagnostics et avis de sûreté en 2014). Elle préconise et coordonne les travaux d’installation des dispositifs de sûreté et de détection d'intrusion. En 2014, il a ainsi été procédé au raccordement au Centre de Veille Opérationnelle de 48 nouveaux équipements (594 sites sont raccordés).

vidéo protection

La Ville de Paris a cofinancé à hauteur de 5 millions d’euros le Plan de vidéo-protection pour Paris (PVPP) : ce sont désormais 1 105 caméras qui sont installées dans la Capitale.

Par ailleurs la Ville a exonéré l’Etat de la redevance d’occupation du domaine public pour ces caméras.

Un Comité d’éthique a été mis en place par la Ville de Paris pour veiller au respect des libertés publiques.

La ville dispose également de 300 caméras de circulation ayant pour vocation de surveiller le trafic et consultables par les agents de la préfecture de Police.

Aux caméras du PVPP s’ajoutent les caméras de la RATP (9 000 dans les métros et RER et plus de 18 500 dans les bus et tramways), celles de la SNCF (4 596 dans les gares franciliennes et 6 559 dans les trains) ainsi que des caméras privées.

Les outils d’analyse et de pilotage

le Centre de Veille Opérationnelle (CVO)

Le centre de veille opérationnelle (CVO) dispose d'agents qualifiés -qui se relaient 24 heures sur 24, 7 jours sur 7- et de moyens matériels performants.

Le CVO assure :

  • la coordination des équipages d'inspecteurs de sécurité sur le terrain, soit dans le cadre de rondes et patrouilles, soit à la suite d'appels d'urgence formulés par les agents municipaux,
  • la télésurveillance des bâtiments et équipements municipaux,
  • la vidéosurveillance des sites municipaux réputés sensibles,
  • la gestion de crise, durant la première heure et, si besoin est, jusqu'à ce que la salle de gestion de crise soit opérationnelle : le CVO dispose, à ce titre, d'une relation permanente avec le centre opérationnel de la zone de défense de Paris (Préfecture de Police).

Le CVO a par ailleurs un rôle crucial de transmission et de traitement de l'information. Il dispose à cet égard d'une relation permanente avec la Brigade des sapeurs pompiers de Paris, ainsi qu'avec le cabinet du préfet de police. Il rend compte en temps réel aux autres directions de la Ville de tout événement ou difficultés particulières surgissant sur le domaine municipal. Il lui appartient dans ce cadre d'informer immédiatement les autorités municipales de la survenance et du suivi de tout événement important se déroulant dans la Capitale.

L'Observatoire Parisien de la Tranquillité Publique (OPTP)

La Ville de Paris s'est dotée en 2006 d'un Observatoire Parisien de la Tranquillité Publique (OPTP). Ce service, relevant la Direction de la Prévention et de la Protection, a été mis en place dans le but de créer un instrument local de mesure et d'analyse des actes de nature à troubler la tranquillité publique survenant dans les bâtiments et les équipements municipaux. Il s'agit notamment de répondre aux besoins des usagers et des agents de la Ville de Paris confrontés à l'insécurité sur leur lieu de travail et de créer un outil d'aide à la décision pour orienter l'action des services centraux, des services déconcentrés et des arrondissements.

En 2014, l'Observatoire Parisien de la Tranquillité Publique a enregistré plus de 10 500 événements ayant eu lieu dans les équipements municipaux. Ce chiffre est stable depuis deux ans. Ces données sont transmises périodiquement au Centre de veille opérationnelle (CVO) et aux circonscriptions de la DPP afin qu'il en soit tenu compte lors de l'élaboration des circuits de patrouilles.

Chaque année le rapport de l'OPTP est transmis à l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses pénales.

Vous avez une demande ?

Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

Accéder
Dernière mise à jour le vendredi 30 juin 2017
Crédit photo : © Sophie Robichon / Mairie de Paris

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.