La prévention des risques majeurs

Par sa localisation, son économie et son histoire, Paris (et les Parisiens) peut être directement ou indirectement soumis à un ensemble de risques majeurs. Le risque majeur est la possibilité de survenance d’un événement dont les effets peuvent affecter un grand nombre de personnes, atteindre des ressources ou des infrastructures stratégiques et occasionner des dommages importants, dont les effets peuvent dépasser les capacités de réaction immédiate et normale de la société. Il est caractérisé par sa faible probabilité et sa forte gravité. 

On distingue généralement les risques en quatre catégories : les risques naturels, les risques sanitaires, les risques bâtimentaires et les risques technologiques.

A Paris, c’est le Préfet de Police, préfet de la zone de défense et de sécurité, qui, en cas de crise, serait le directeur des opérations de secours coordonnant l’ensemble des acteurs concernés quel que soit leur statut (étatique, privé, municipal, civil, militaire…) ou leur champ de compétence (ordre public, secours, médical, transports, énergie, économique…).

La Maire de Paris devrait, pour sa part, assurer la sauvegarde de la population en mobilisant l’ensemble des ressources de l’administration parisienne.

L’information de la population

La connaissance des risques constitue la base de toute action de prévention. L’information préventive doit permettre à chacun de connaître :

  • les risques majeurs auxquels il est susceptible d’être exposé,
  • les dommages prévisibles,
  • les mesures préventives qu'il peut prendre pour réduire sa vulnérabilité,
  • les moyens de protection et de secours mis en œuvre par les pouvoirs publics,
  • l’ensemble des dispositifs d’alerte.

Plusieurs documents sont ainsi mis à la disposition du public :

Le Dossier Départemental sur les Risques Majeurs (DDRM) établi par la Préfecture de Police

  • Le Dossier d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) qui recense les mesures de sauvegarde répondant aux risques naturels et technologiques majeurs sur le territoire de la commune.
  • Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) qui définit l’organisation prévue par la commune en cas de danger afin de prévenir, d’informer et d’assister les populations dans le but de protéger les citoyens, les biens et l’environnement.
  • Les Plans Particuliers de Mise en sûreté (PPMS) :
    Les établissements scolaires ou de la petite enfance peuvent être confrontés à des accidents majeurs, qu'ils soient d'origine naturelle (tempête, inondation...), technologique (nuage toxique, explosion...), ou à des situations d'urgence particulières (intrusion de personnes étrangères, attentats...) susceptibles de causer des dommages aux personnes et aux biens. Des plans de mise en sûreté sont établis pour faire face aux risques majeurs. Ils sont adaptés à la situation précise de chaque établissement et permettent la mise en œuvre des mesures de sauvegarde des enfants et des personnels en attendant l'arrivée des secours ou le retour à une situation normale.

Deux guides sont également mis à la disposition du public afin d'aider chacun à se préparer face aux situations d'urgence :

  • Le premier "Je me protège en famille" édité par le ministère de l'Intérieur invite les familles à réaliser leur Plan Familial de Mise en Sûreté (PFMS)
  • Le second "Situations d'urgence, préparez-vous", conçu par le Centre d'Action Sociale de la Ville de Paris", permet une préparation efficace en un minimum d'étapes.

Un document pédagogique "Qu'est-ce qu'on risque ? Comprendre les risques majeurs à Paris" (DICRIM Jeunes 2015) sensibilise le jeune public parisien à quatre risques majeurs : le risque d'inondation, le risque de pollutions atmosphériques, les risques liés aux températures extrêmes et aux intempéries, le risque lié aux coupures d'électricité.


Les plans

Afin d’apporter une réponse de sécurité civile adaptée aux situations anormales auxquelles elle pourrait être confrontée, la Ville de Paris a adapté, en fonction de ses spécificités, des plans nationaux ou régionaux, ou a mis en place ses propres plans (plan «canicule», plan «grands froids », plan «neige et verglas en Ile-de-France», plan «sécheresse»).

Parmi les risques majeurs auxquels la Ville de Paris est exposée, le risque de crue exceptionnelle de la Seine est le plus redouté. En effet, la concentration d’enjeux dans Paris est telle qu’une crue majeure de la Seine pourrait engendrer des dommages directs dont le montant pourraient s’élever à 30 milliards d’Euros (Cf. rapport OCDE, janvier 2014).

La Ville de Paris dispose d’un Plan de Prévention des Risques Inondations (PPRI) qui a été approuvé en 2003 puis révisé en 2007.

La réserve de sécurité civile

Depuis 2007, a été créée une «réserve communale de sécurité civile» qui a pour objet d'appuyer les services concourant à la sécurité civile en cas d'événements excédant leurs moyens habituels ou dans des situations particulières. Cette instance a trois missions principales :

  • informer et préparer les Parisiens face aux risques encourus par la commune,
  • assister les victimes en cas de sinistres,
  • apporter son soutien aux services municipaux sur le plan logistique et participer au rétablissement des activités.

Cette réserve, qui a pris le nom de «réserve solidaire», est composée d’agents retraités de la Ville de Paris qui ont décidé, après leur départ à la retraite, de poursuivre bénévolement leur engagement au service de la population parisienne pour contribuer à la mise en œuvre d’actions à caractère humanitaire.

La réserve solidaire est impliquée dans la mise en œuvre du « plan canicule » ou dans le « plan grands froids ».

Vous avez une demande ?

Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

Accéder
Dernière mise à jour le vendredi 30 juin 2017
Crédit photo : © François Grunberg / Mairie de Paris

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.