FAQ

Lutte contre la pollution: notre FAQ

Depuis le 1er juillet 2016, Paris a mis en place de nouvelles mesures pour limiter la circulation des véhicules les plus anciens. Découvrez les questions les plus fréquentes sur ce sujet.

Questions sur la nature de la mesure

La Ville de Paris verse une contribution annuelle de près de 380 millions d'euros au STIF (Syndicat des transports en Île-de-France), l’autorité organisatrice des transports collectifs en Île-de-France: c’est le STIF qui est donc chargé de développer les transports collectifs, et nous y travaillons activement (prolongement du RER E, prolongement de la ligne 11 du métro, prolongement de la ligne 14, nouvelles lignes à haut niveau de service sur les quais et en rocade des gares dans Paris, prolongement du tramway T3 en cours…).

Par ailleurs, de nombreux déplacements peuvent être faits avec des modes de transport auxquels on ne pense pas aujourd’hui: vélos à assistance électrique, deux-roues électriques, voiture partagées (autopartage, Autolib').

Dans un premier temps, le coût du procès-verbal de contravention sera de 35 euros (en 2016). Avec la mise en place de la loi sur la transition énergétique, qui prévoit des zones à circulation restreinte, le montant de la contravention sera fixée à 68 euros pour les véhicules particuliers et 135 euros pour les poids lourds dès 2017.

Les premières interdictions concernent des véhicules de plus de 15 ans, dont l’entretien et l’usage coûtent cher.

Le coût de possession d’une voiture est élevé, il peut être plus avantageux de passer à d’autres types de déplacements (location, autopartage, transports collectifs, vélo) et d’utiliser plusieurs modes par déplacement, tout en conservant la même capacité de déplacement.

Nous avons une série d’aides pour les ménages parisiens impactés. Ces aides seront versées en cas d’abandon de son véhicule, et concerneront uniquement des accompagnements vers des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle: transports en commun, Autolib', Vélib', vélo... Nous finançons des aides à l’achat de véhicules que pour les professionnels concernés. Toutes les aides sont par ici

Une mesure écologique?

Le CO2 est un gaz à effet de serre participant au réchauffement de la planète. La baisse des émissions de CO2 est un enjeu planétaire pour lutter contre le réchauffement climatique.

Nous luttons ici contre la pollution de l’air qui a un impact direct sur la santé, avec des polluants que nous respirons quotidiennement.

Dans Paris la principale source de pollution est le transport:

66% des émissions de NOx (en 2010)

56% des émissions de PM 10

58% des émissions de PM 2,5

La Ville agit sur les secteurs sur lesquels elle a la compétence: la circulation est de la compétence de la maire de Paris.

Zones et dérogations

Les impacts de la pollution sur la santé sont connus, avec des effets sur la mortalité et la morbidité. Ces effets se manifestent à court terme, suite à l’exposition à un pic de pollution, mais également à des niveaux d’exposition plus bas lorsqu’ils sont prolongés. C’est cette exposition chronique qui constitue l’enjeu sanitaire le plus important.

Les effets sur la santé sont de l’ordre des pathologies respiratoires (asthme, toux, bronchites, bronchiolites, cancer des poumons), des pathologies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, AVC, angine de poitrine) et pathologies du système reproducteur (baisse de la fertilité masculine, augmentation de la mortalité intra-utérine, naissances prématurées…).

L’estimation de l’impact de l’exposition chronique: 42.000 morts prématurées par an en France, une réduction de l’espérance de vie de 6 mois, un coût annuel pour la société (santé, absentéisme…) estimé à 20 à 30 milliards par an en France.

Comme tous les véhicules particuliers, votre véhicule pourra rouler le week-end et non la semaine. Il pourra néanmoins bénéficier d’une dérogation si la carte grise mentionne «véhicule de collection».

Pour les urgences, vous avez la possibilité d’utiliser les services d’urgences médicales, Autolib', le taxi, l’autopartage... Les interdictions sont prévues jusqu’à 20h le vendredi soir, vous pourrez partir en week-end après les heures de pointe.

Les dérogations seront limitées, et réservées à certaines catégories d’acteurs économiques particulièrement fragiles.

Les véhicules avec une carte d’invalidité pourront circuler.

Tous les véhicules seront concernés, ceux de la RATP comme ceux de la Ville. Mais par contre la loi prévoit des dérogations pour les véhicules d’intérêt général prioritaires, comme ceux de la police, de l’armée, de secours…

Et la banlieue?

Si vous êtes en grande banlieue, l’idéal est de se rapprocher de la gare RER ou de train la plus proche de chez vous en voiture et d’utiliser un parking relais pour terminer votre trajet en transports communs.

Si vous habitez en proche couronne, vous êtes certainement à moins de deux kilomètres d’une gare, que vous pouvez rejoindre en bus ou en vélo.

Et ailleurs?

Les véhicules particuliers qui seront concernés par l'interdiction dès l’été 2016, représentent 1% du parc circulant à Paris (et 4 à 5% des immatriculations). Pour les véhicules utilitaires légers, c’est 2% du parc roulant (et 6 à 7% des immatriculations). Une petite part du parc roulant représente des émissions importantes.

Paris poursuit sa lutte contre la pollution de l'air, qui est à l'origine de près de 50 000 morts par an en France, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire parisien.

Dès le 1er juillet 2017 , une nouvelle étape Crit'Air sera concrétisée avec la restriction de circulation des véhicules catégorisés Crit'Air 5. 

Lire notre article

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.