Voir la vidéo drone

scrolldown

Les rives de la Seine, lieux de vie depuis 20 siècles

Paris s’est construite depuis la Seine. Depuis 2000 ans, ses rives sont des lieux de vie. Paris.fr vous propose de plonger dans leur Histoire à travers des témoignages et des images d’archives !

De l’Antiquité au 17e siècle : commerce et transport

Le centre névralgique de la ville est essentiellement concentré autour de l’île de la Cité. De l’époque gallo-romaine au début du 17e siècle, seuls deux ponts (héritage des Romains) permettent le franchissement de la Seine : le Pont Saint-Michel – Pont au Change (bâti au 9e siècle, puis reconstruit en 1647 et en 1860) et le Petit Pont Notre Dame (dont la première version date de l’époque gallo-romaine). Juste à côté du Pont au change, le pont aux Meuniers puis le pont Marchand – qui sont plus de simples passerelles – ont existé jusqu’au début du XVIe siècle.

Ces ponts sont des centres d’activités intenses, et lotis de maisons. Leur faible nombre s’explique par la facilité de franchir le fleuve autour de la Cité, où ses bras sont plus étroits, et par le fait que les limites de la Ville, sur les quais, ne s’étendent guère au-delà de l’île de la Cité et aux ilots qui deviendront l’île Saint-Louis.

Bien que Henri IV, Louis XIII et Louis XIV tentent de remédier petit à petit au grand déficit de ponts, avec la construction du Pont-Neuf (1577-1607), du Pont Marie (1635), du Pont de la Tournelle (1656) et du Pont royal (1689)), les traversées du fleuve s’effectuent encore principalement grâce à des va-et-vient de barques (bachots). La construction de nouveaux ponts, critiquée par les marchands, car cela ralentit la circulation sur le fleuve, correspond en effet à la nécessité de fluidifier le trafic sur le nouveau pourtour de la ville. L’aménagement des berges suit.

57795-4. Adam Perelle (1640-1695). "Perspective de la ville de Paris, vue du Pont Rouge". Eau-forte, vers 1660. Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet
23652-18. Pierre-Antoine Demachy (1723-1807). "L’Hôtel de la Monnaie et la Seine vus de la pointe de l’île de la Cité", 1777. Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet
27023-11. Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet. "Le pont Rouge, le cloître Notre-Dame et le pont Notre-Dame vus du port au blé". Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Sous l’Ancien Régime, ses quais ne mesurent que 5 km, de la Bastille à La Concorde (contre 12 km aujourd’hui), mais la Seine parisienne donne naissance à une multitude d’activités. Pour le consommateur, il suffit d’aller de rive en rive, de marché en marché et de port en port pour se procurer les biens nécessaires : matériaux de construction, combustibles de chauffage, denrées alimentaires, eau… Ces activités sont réparties, à la fin du XVIIIe siècle, dans près de 25 ports. En 1823, on en compte 53. Les ports les plus nombreux sont situés rive droite, du quai de la Rapée au Louvre. Leurs clients sont aussi bien des particuliers, des grossistes ou des bateaux qui y mouillent.

86014-7. Anonyme. "Le marché à la volaille et le marché au pain, quai des Grands Augustins", Gouache, décor pour un éventail. Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Au 18e siècle, un axe vital

Interview d’Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS, co-auteure du site Gens de la Seine :

Quelle est la situation des rives de la Seine avant le 18e siècle ?

Depuis l’époque gallo-romaine, l’île de la Cité et les bords de Seine étaient un site propice pour des populations qui souhaitaient circuler et avoir un approvisionnement en eau. Les ponts étaient peu nombreux, car la construction d’un pont représentait une grosse opération technique, très coûteuse. Des petites barques circulaient donc sans cesse entre les rives, même si les déplacements étaient plus limités qu’actuellement : les horizons de vie étaient beaucoup restreints que pendant la période contemporaine.

Et au 18e siècle ?

Au 18e siècle, la Seine est un axe vital pour Paris, avec un trafic intense de marchandises. Deux-tiers des approvisionnements passent ainsi par le fleuve, et les gros bateaux arrivent jusqu’au pied du Louvre. La voie fluviale est la plus économique, la plus facile et la plus sûre. La Seine a une véritable épaisseur sociale, avec des dynasties de marchands actifs sur ses rives.

Mais le système arrive à saturation avec la croissance de la population : l’espace fluvial n’est pas extensible à l’infini. Les marchandises sont vendues directement sur les bateaux. Or, les embarcations doivent souvent faire la queue pour accoster : il y a parfois jusqu’à 1 mois d’attente ! Les marchands commencent à protester contre un système qu’ils jugent dépassé. Mais le prévôt des marchands n’est pas favorable aux changements, car il a autorité sur le fleuve. Face au prévôt, il y a le lieutenant général de police qui représente le pouvoir royal, et contrôle le marché des Halles.

En quoi la Seine est-elle vitale ?

La Seine permet d’abord un accès à l’eau : il y a quelques puits dans Paris, mais la majorité de l’eau consommée provient du fleuve, que les habitants boivent directement. Il y a également de nombreux porteurs d’eau, qui la transportent en barriques. L’eau est également une ressource pour le nettoyage et la lessive. Le fleuve procure aussi aux Parisiens du bois, qui arrive en flottant sur le quai St Bernard. Il fallait ensuite le faire sécher pendant 1 an avant de pouvoir l’utiliser. On empilait donc le bois sur la rive gauche sous forme de théâtres de bois.

Quelles sont les transformations en cours au 18e siècle ?

Il y a une rationalisation des usages. Certaines professions sont chassées du fleuve. Les marchés de bois et les tripiers sont déplacés vers l’Île-aux-Cygnes, une ancienne île qui existait près des Invalides. De nouveaux usages s’imposent pour le fleuve: une meilleure circulation et davantage de salubrité et d’hygiène. Le quai maçonné est donc considéré comme un signe de modernité et il protège les habitations exposées aux crues. Les teinturiers doivent quitter le nord de l’île de la Cité, car on veut détruire leurs maisons pour construire des quais. La construction d’une gare centrale sur l’eau est aussi envisagée vers la Salpêtrière pour que les marchands y vendent leurs produits, mais le projet échouera.

La Seine et Paris. La Trace du fleuve, 1750-1850, Paris, éditions de l’EHESS, 2016.

Le fleuve et ses rives, zones d’approvisionnement

Le fleuve approvisionne la cité en denrées : celles-ci sont déchargées et vendues dans des ports spécialisés et les berges ont leurs moulins et leurs marchés, et les porteurs d’eau font concurrence aux pompes pour la fourniture en eau de la capitale. Les bateaux à lessive et les bains sont des lieux d’activité intense, régulés par la police. Les ponts et les quais du centre concentrent des activités socioprofessionnelles très spécialisées tels les métiers de luxe du quai de l’Horloge et du quai de Gesvres, les marchands quincailliers du quai de la Mégisserie ou encore les orfèvres sur le pont Notre-Dame.

Prenons l’exemple des teinturiers. Une dizaine d’entre eux, à la fin du 18e siècle, sont encore installés le long du quai de Corse, sur l’île de la Cité. Depuis Hugues Capet (au 10e siècle), ils avaient le privilège de ne pas payer de taxe à la ville. Chassés des rives de Seine – on les accuse de polluer l’eau avec leurs teintures- leur lieu d’activité sera remplacé par des quais.

41448-4. "La place de Grève, l’Hôtel de Ville, l’île Saint-Louis et la Cité vers 1780". Huile sur bois. Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

A partir de 1750, le fleuve devient un espace majeur pour l’urbanisme : un plan d’aménagement est conçu entre 1758 et 1769. Les maisons sur les ponts sont détruites, des quais sont construits, ainsi que des ponts, et une artère est aménagée le long du fleuve, ce qui fait disparaître les constructions en bordure de Seine. Le pouvoir royal ne tolère plus le voisinage de certaines activités près de bâtiments prestigieux. Ainsi, les bateaux de blanchisserie devront quitter les abords du Louvre au 18e siècle. Avec le rattachement des différents îlots, la circulation et le l’aspect du fleuve se modifient profondément: les 3 îlots à la pointe de l’île de la Cité sont rattachés à la fin du 16e siècle, l’île-aux-Cygnes à la fin du 18e, et l’île Louviers en 1841.

L’usage des berges s’oriente peu à peu vers les loisirs. Le fleuve devient un lieu de divertissements, comme les feux d’artifices. Dans une ville où les espaces verts restent peu nombreux, le bain est perçu comme une pratique bonne pour la santé

14456-3 : Feu d’artifice tiré à Paris, le 22 juin 1763, pour l’inauguration de la statue de Louis XV, sur la place de la Concorde. © Roger-Viollet
14456-4. Feu d’artifice tiré le 10 juin 1810 devant l’Hôtel de Ville de Paris, pour le mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise d’Autriche. © Roger-Viollet

Les rives au 19e siècle : aménagements et approvision-nement

De 1800 à 1850

Napoléon Bonaparte favorise le fonctionnement du port. C’est ainsi qu’est créé le port de la Villette et le canal de l’Ourcq. Le XIXe siècle marque aussi la naissance du canal de St Denis et du bassin de l’Arsenal. L’aménagement des canaux dévitalise peu à peu la Seine, car les activités industrielles se déportent progressivement vers le nord de la capitale. Le port de Paris perd progressivement son rôle d’approvisionnement de la capitale. A partir de 1830, l’émergence du chemin de fer va tout bouleverser : la Seine perd peu à peu son rôle central.

C’est aussi sous Napoléon que sont créés de nombreux quais et que les ponts se multiplient. La ville et le fleuve sont de plus en plus séparés, avec l’approfondissement du lit de la Seine, la généralisation des berges maçonnées et le rehaussement des quais.

Ces quais remplacent au XIXe siècle les chemins de halage ou les voies, pavées ou non, aménagées le long des berges.

De 1850 à 1920

Les marchés et les métiers du fleuve disparaissent progressivement des bords de Seine à partir de 1860. La Seine devient un axe de circulation pour le transport de matériaux de construction et de produits énergétiques. La capitale est principalement un pôle de distribution de marchandises. La plupart sont débarquées à Paris, mais peu y sont embarquées.

A partir des expositions universelles et internationales – à la fin du XIXe et au début du XXe siècle – la Seine devient un lieu majeur de représentation et de divertissement. Les bateaux de voyageurs y deviennent nombreux.

88235-4. Pont Saint-Michel et quai des Grands-Augustins, Paris (VIème arr.) Photographie d’Albert Brichaut. Tirage au gélatino-chlorure d’argent, entre 1870 et 1901. Paris, musée Carnavalet. © Albert Brichaut / Musée Carnavalet / Roger-Viollet

20e siècle : place aux loisirs… puis à la voiture

Au début du XXe siècle, la Seine s’affirme comme un lieu de détente et d’activité de loisirs pour de nombreux Parisiens.

73741-6. Guerre 1914-1918. La Seine et ses berges. "Comme à la mer en face du Louvre". Paris, 12 septembre 1914. Photographie de Charles Lansiaux (1855-1939). Bibliothèque historique de la Ville de Paris. © Charles Lansiaux / BHVP / Roger-Viollet
13739-12. Pêcheurs dans la Seine. Paris, 1935. © Collection Roger-Viollet / Roger-Viollet
208-1. Parisiens se baignant dans la Seine, au pont d’Iéna. Paris, août 1945. © LAPI / Roger-Viollet
3306-3. Parisiens se baignant dans la Seine, au pont d’Iéna. Paris, août 1945. © LAPI / Roger-Viollet
2947-1. Paris, la piscine Deligny. © Roger-Viollet

Symbole des loisirs sur Seine, la piscine Deligny, est définitivement coulée en 1993. Ses bains étaient aménagés depuis le début du XIXe siècle près de l’Assemblée nationale sur douze barges sur les vestiges d’un bateau cénotaphe inachevé : un projet de Napoléon III pour ramener les cendres de Napoléon 1er depuis Sainte-Hélène.

13519-3. Baignade dans la Seine, près du Pont-Neuf. Paris (Ier arr.), vers 1935. © Gaston Paris / Roger-Viollet

Mais les bords de Seine attirent aussi activités insolites et artisans originaux, dont des tondeurs pour chiens qui côtoient les classiques barbiers.

73741-3. Guerre 1914-1918. Paris. La Seine et ses berges. "Le tondeur de chiens". Photographie de Charles Lansiaux (1855-1939). Bibliothèque historique de la Ville de Paris. © Charles Lansiaux / BHVP / Roger-Viollet
73741-2. Guerre 1914-1918. Paris. La Seine et ses berges. "Berge de la Seine. Chez le perruquier". Photographie de Charles Lansiaux (1855-1939). Bibliothèque historique de la Ville de Paris. © Charles Lansiaux / BHVP / Roger-Viollet
4188-1. L’"amphibocycle", bicyclette amphibie, sur la Seine. 1909. © Maurice-Louis Branger / Roger-Viollet

Le succès des bains flottants

Sur la Seine, on fréquente les bains flottants. Ils sont une vingtaine début 18e siècle. Leur nombre est multiplié par dix entre 1816 et 1876 : spécialisés en bains chauds dits médicinaux, bains froids, bains réservés aux hommes, bains pour les femmes ou bains mixtes. La ville surveillait les atteintes à la pudeur et veillait au respect de la non mixité pour les bains qui ne l’étaient pas. La baignade sauvage était également réprimée.

78185-31. Charles Maurand (1824-1904). "Les bains froids à Paris, 26 août 1871". Bois gravé. Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet
45484-4. "Ecole de natation de l’hôtel Lambert : bains froids pour dames, quai d’Anjou, île Saint-Louis". Estampe anonyme. Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

La colonisation des rives par la voiture

1429-14. Paris. Travaux de construction de la voie rapide sur berges Georges-Pompidou, rive droite de la Seine, novembre 1964. © Roger-Viollet

L’aménagement des quais pour les automobiles est réalisé progressivement à partir des années 1930. En 1942, l’élargissement de la chaussée est ainsi achevé sur le quai Saint-Michel, puis le passage souterrain du quai Malaquais est mis en circulation en 1946. Rive droite, la voie express est achevée en décembre 1967.

Mais le « tout-voiture » était loin de faire l’unanimité pour les bords de Seine : le projet de voie express à Paris, sur les berges de la partie centrale de la rive gauche (notamment au pied de Notre-Dame) suscite de nombreuses polémiques, comme en témoigne cette archive de l’INA de 1972.

Le projet entraîne une forte mobilisation citoyenne et une campagne de presse : l’aménagement n’a donc jamais vu le jour.

Le 20e siècle signe aussi la fin d’activités anciennes, telles que les bateaux lavoirs.

Les quatre derniers disparaissent en 1942. Témoignage en vidéo (INA)

Mais la Seine accueille toujours au XXe siècle des métiers spécifiques, tels celui de marinier. Reportage de 1958 sur le voyage d’un convoi de huit péniches de Rouen à Paris.

Un nouveau pont est construit, pour fluidifier le trafic routier. Les travaux du pont Charles-de-Gaulle s’achèvent en 1996. Ce pont métallique qui relie la Gare de Lyon à la Gare d’Austerlitz, est pensé pour soulager le pont d’Austerlitz, le plus fréquenté par la circulation automobile.

Aujourd’hui, une nouvelle page se tourne pour rendre la Seine, ses rives, ses quais aux Parisiens et à tous ses amoureux.