Ouvrir la recherche
Actualité

Un mois en rose pour lutter contre le cancer du sein

Mise à jour le 01/10/2019
Pour la 26e année consécutive, octobre se pare de rose pour lutter contre le cancer du sein. Le 1er octobre, la Tour Eiffel s’illuminera en rose et un concert festif et gratuit de Catherine Ringer et de la chanteuse britannique Dido est prévu pour inaugurer ce mois de sensibilisation.
Une femme sur huit développe au cours de sa vie un cancer du sein, cancer le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme. Détecté tôt, ce cancer est pourtant guéri dans neuf cas sur dix . Son dépistage est donc un enjeu majeur de santé publique pour augmenter les chances de guérison et limiter les séquelles liées aux traitements.
Les femmes âgées de 50 à 74 ans, qui sont les plus exposées, peuvent bénéficier tous les deux ans et sur invitation d'une mammographie dans le cadre du programme de dépistage organisé : un moyen simple, contrôlé et gratuit qui favorise un diagnostic précoce. Par ailleurs, pour toutes les femmes à partir de 25 ans, un examen clinique des seins (palpation) est recommandé, une fois par an, quel que soit leur niveau de risque. Rapide et indolore, celui-ci permet de détecter une éventuelle anomalie.
Cet examen peut être réalisé par un généraliste, un gynécologue ou une sage-femme. À noter que les femmes ayant un risque élevé ou très élevé de cancer du sein peuvent bénéficier d'un suivi spécifique adapté à leur situation individuelle.
Depuis le 1er septembre 2016, les personnes nécessitant un dépistage spécifique peuvent bénéficier d'une prise en charge à 100 % pour les examens recommandés dans leur situation.

#Tousunisparunemêmecouleur

La campagne de lutte contre le cancer du sein est organisée par l'association "Le Cancer du Sein, parlons- en !" . Pour cette association, Octobre Rose est l'occasion de mettre en lumière celles et ceux qui combattent la maladie, de sensibiliser les Parisien·ne·s et de réunir des fonds pour aider les chercheurs et les soignants.
Cette année, pour les 25 ans de l'association, le slogan "Tous unis par une même couleur" prend tout son sens pour faire reculer le cancer du sein !
A l'occasion du lancement de la 26e année d'Octobre Rose, la Tour Eiffel s'illuminera en rose le 1er octobre et un grand événement musical caritatif se déroulera près des fontaines du Trocadéro, en face de la Tour Eiffel. Venez assister à un grand concert urbain et festif avec les chanteuses Catherine Ringer et Dido dès 20h30 !

Mains entrelacées avec un ruban rose
Association "Le Cancer du Sein, Parlons- en !"
Les Prix Ruban Rose pour la Recherche
En 2003, l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! crée les Prix Ruban Rose pour la Recherche.
Ces Prix sont destinés à soutenir la recherche fondamentale et la recherche clinique mais aussi les innovations et les progrès en matière de techniques de dépistage, de chirurgie réparatrice, de psychologie ou encore d’amélioration de qualité de vie pour les femmes atteintes par la maladie.

En 2019, le montant record de 730 000 € sera reversé par l’association à cinq équipes de chercheurs et soignants.
Ces prix seront remis lors de la soirée de lancement d’Octobre Rose, le mardi 1er octobre à Paris, à la Cité de l’Architecture.

Depuis 2004, plus de 3.000.000 € ont déjà été récoltés et reversés à plus de 60 chercheurs et soignants !

5% des cancers du sein chez les femmes de moins de 40 ans

Chaque année, près de 3 000 femmes jeunes (âgées de moins de 40 ans) sont touchées par le cancer du sein, ce qui représente près de 5% des cas.
Les premiers signes ou une grosseur inhabituelle ne génèrent pas forcément d’inquiétude chez les jeunes femmes qui, de fait, ne bénéficient pas du dépistage systématique proposé aux femmes de plus de 50 ans en France. Comme l'explique le Dr Florence Coussy, gynéco-oncologue à l’Institut Curie, « si les tumeurs bénignes sont les anomalies mammaires les plus fréquentes chez la femme jeune, le cancer du sein existe aussi avant 40 ans. Il faut donc être vigilant face à toute anomalie survenant au niveau des seins, quel que soit l’âge».
En dehors des formes héréditaires identifiées (prédispositions génétiques liées à des mutations des gènes BRCA notamment), les causes hormonales arrivent en tête des facteurs de risque :
  • une première grossesse plus tardive (passée en moyenne de 25 ans à 30 ans ces vingt dernières années)
  • des premières règles plus précoces, ce qui allonge la période d’imprégnation hormonale, donc les risques de cancer du sein
« Les femmes jeunes, qui consomment davantage d’alcool qu’auparavant n’ont pas forcément conscience qu’il s’agit d’un facteur de risque du cancer du sein », souligne le Professeur Jean-Yves Pierga, chef du Département d'oncologie médicale à l’Institut Curie

Bientôt un dépistage du cancer du sein dès 25 ans

Dans le cadre de la modernisation du dépistage organisé du cancer du sein, un parcours de soin et de prévention sera mis en place dès l'âge de 25 ans afin de mieux informer les femmes. L’idée est de proposer un dépistage, non plus en fonction de l’âge, mais en fonction du risque individuel de développer un cancer du sein (risque familial, facteurs de risques, etc.).

L'étude FEERIC

L'étude FEERIC a été lancée en 2018 par l'équipe du Docteur Anne- Sophie Hamy- Petit, gynéco-oncologue de l'Institut Curie. En collaboration avec l'association "Seintinelles", cette étude permet de recueillir des données sur la contraception, la fertilité et la grossesse auprès de femmes ayant été touchées par un cancer du sein entre 18 et 43 ans.
Les données sont récupérées via une plateforme collaborative et permettent d'élaborer des recommandations à l'attention des professionnels de santé et de garantir une meilleure information préventive et post-traitement aux patientes.

Le projet de recherche "Femmes jeunes et cancer du sein"

L'Institut Curie a lancé un projet de recherche "Femmes jeunes et cancer du sein" consacré à l'étude de parcours de soin de patientes. Ainsi, dès le mois de novembre 2019, le Docteur Florence Coussy étudiera les parcours de soin mais également les parcours personnels des jeunes femmes. Ce travail comporte également les différents impacts de la maladie, les traitements sur la sexualité, le rapport au partenaire et aux enfants, le retour au travail, la nutrition…
De nombreux programmes de recherche sont également menés sur les cancers du sein "triple- négatifs" et les formes héréditaires afin de pouvoir proposer, à terme, de nouvelles stratégies thérapeutiques.
Facebook Live et tables rondes à l'Institut Curie
Le jeudi 3 octobre, l'Institut Curie propose un Facebook Live retransmis en direct sur sa page Facebook et animé par les docteur·e·s Sophie Frank et Florence Coussy.

Deux tables rondes destinées aux patient·e·s et à leurs proches sont également au programme (suivies de la représentation d'une pièce: "K surprise" de Sarah Pebereau):
- 14h : Un cancer du sein avant 40 ans : un suivi spécifique ?
- 15h : Un cancer du sein avant 40 ans et après ?

Lieu:

Amphithéâtre Constant Burg
12 rue Lhomond
75005 Paris

> pour s'inscrire à cet événement

La course Odysséa

La 18e édition de la course Odysséa et les marches contre le cancer du sein se déroulent les 5 et 6 octobre à l'Hippodrome de Vincennes. Cette année, 40 000 coureurs et marcheurs sont attendus afin de soutenir les programmes d'aide aux malades et encourager la recherche contre le cancer du sein. L'objectif est d'atteindre 500 000 euros au profit des programmes de recherche de l'Institut Gustave Roussy.
Si vous souhaitez vous inscrire à Odysséa, il reste encore des places !
Infos pratiques
Course Odysséa 2019
Samedi 5 octobre de 10h à 16h30 et dimanche 6 octobre de 7h30 à 12h
Hippodrome de Vincennes
2, route de la Ferme
12e arrondissement

Une campagne de sensibilisation

Octobre Rose dans les quartiers avec les Équipes territoriales de santé
> Belleville rose
11 octobre, terre-plein de Belleville, 9h30-16h30
Village santé sur l’espace public ouvert à tou·te·s les Parisien·ne·s : activités ludiques de prévention du cancer (bien-être, vélo-smoothie, buste d'autopalpation, quiz) et échanges avec des professionnels (le dépistage organisé, les structures d’accueil et d’accompagnement…).

Pourquoi se faire dépister?

Le dépistage du cancer du sein en chiffres

Le cancer du sein est la première cause de décès par cancer chez la femme. Chaque année, 58 459 femmes sont diagnostiquées et près de 3 000 femmes ont moins de 40 ans (près de 5% des cas). Le cancer du sein est en progression dans la quasi-totalité des tranches d’âges, avec une augmentation moyenne de +0,6 % par an entre 2010 et 2018.
Le taux de mortalité suit une évolution inverse, avec une diminution de -1,6 % par an entre 2010 et 2018.

Chez les femmes jeunes, avant 45 ans, la survie est élevée (90% à 5 ans) soit quasiment identique à celle des autres femmes (92% à 5 ans entre 45 et 75 ans).

Un dépistage organisé et gratuit

Chaque année, la campagne d'information "Octobre rose" permet un meilleur dépistage du cancer du sein aux côtés des femmes, des artistes engagés et des acteurs de la lutte contre le cancer (ADECA 75 et INCA).
Diagnostiqué tôt, le cancer du sein est guérissable à 90%. Seul le dépistage par mammographie permet d’identifier la maladie à un stade très précoce de son développement.

ADECA 75 invite par courrier les parisiennes de 50 à 74 ans à se rendre chez le radiologue agréé de leur choix pour effectuer une mammographie de dépistage tous les deux ans. C’est un examen simple qui permet de détecter les anomalies de petites tailles dans les seins avant même l’apparition des symptômes. Les avantages du dépistage organisé sont: la qualité, la gratuité de la mammographie, la sécurité par la deuxième lecture indépendante effectuée par un radiologue spécialisé, le suivi et la "réinvitation" au bon moment.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.