Ouvrir la recherche
Actualité

« Paris Sportives » : porter haut le sport féminin

Mise à jour le 28/06/2021
Dans le cadre de l'appel à projets « Paris Sportives », 14 associations ou clubs parisiens ont été sélectionnés pour organiser une programmation favorisant la pratique sportive féminine dans l’espace public sur les terrains en accès libre. Témoignages.

L'appel à projets « Paris Sportives »

Dans le cadre de la mesure 12 du programme « Transformations olympiques » et de la partie Héritage de Paris 2024, « Paris Sportives » a été lancé en 2020 pour financer des projets de clubs et d'associations qui proposent des activités sportives régulières pour les femmes sur les terrains d’éducation physique (TEP) et les squares, en accès libre. L'objectif est de leur permettre de se réapproprier l’espace public et de continuer ensuite à pratiquer une activité sportive soit dans le cadre d’un club soit de façon libre.
Devant le succès de cette initiative, la Ville a décidé de reconduire le dispositif pour 2022 et un nouvel appel à projets sera lancé courant juillet 2021.

14 associations sélectionnées

Les 14 clubs/associations sélectionnés pour 2021 :
  • Eiffel Basket
  • Ladies and basketball
  • Paris Lady Basket
  • Union sportive de Charonne
  • Sport dans la Ville
  • Amunanti
  • Paris Basket 15
  • Le Domrémy basket 13
  • Maison solidaire 13
  • Panamboyz United
  • Paris 13 Atletico
  • Sine Qua Non
  • Socios Solidaires
  • Cultures sur cour
Durant tout le mois de juin 2021, les clubs et associations ont pu mettre en œuvre leur programmation dans les arrondissements grâce à un budget de 100 000 euros financé par la Ville et Paris 2024. Il y a eu 7 projets de basket-ball, 4 projets de football, 2 projets multisports et 1 projet de handball.

Témoignages d'associations participantes

Notre rôle est de leur montrer que le sport est bon pour la santé et leur mental

Syra
représentante de l’association Ladies and Basketball
« Nous avons proposé d’organiser une initiation au basket pour toutes les femmes sous forme de 2 sessions par mois sur 4 terrains d’éducation physique (TEP Grange-aux-Belles-10e, Goutte-d’Or-18e, Curial -19e et Alphonse Allais-20e). L’idée est de fidéliser les femmes en constituant un groupe auquel nous proposons une initiation suivie d’un tournoi. A chaque session, nous réunissons une quarantaine de sportives, de 6 à 35 ans, qui viennent parfois en famille comme une mère et sa fille.

Beaucoup ignoraient la présence d'un terrain de sport près de chez elles

Elles nous disent soit qu’elles ignoraient la présence d’un TEP près de chez elles, soit que n’y voyant que des garçons et des hommes, elles ne pensaient pas y avoir accès.
Certaines d’entre elles avaient déjà fait du sport mais abandonné à l’adolescence. Notre rôle est de leur montrer que le sport est bon pour la santé et leur mental, qu’il contribue à leur bien-être. Par notre action, nous encourageons l’accès des femmes à l’espace public et nous les incitons à s’inscrire dans un club de l’arrondissement pour continuer à faire du basket. Notre souhait est de pérenniser cette action jusqu’à ce que les femmes soient prêtes à continuer à faire du basket entre elles sur l’espace public ou au sein d’un club. »

La plupart n’avaient même jamais fait de sport et pensent que les gymnases sont réservés aux hommes

Djamila
éducatrice sportive de l’association Socios solidaires
« Tous les lundis, nous proposons aux femmes du quartier de se retrouver pour faire du sport au square 2 rue Marcel Sembat (18e). Nous avons un groupe de mères de famille et un groupe de femmes seniors. Certaines des mères de famille fréquentant La maison bleue, une association sociale du secteur, nous ont demandé d’organiser un cours le lundi lorsque leurs enfants sont à l’école et elles viennent avec les plus jeunes dans leurs poussettes. Progressivement, d’autres mères de famille du quartier ont rejoint le groupe.
Ce ne sont pas des pratiquantes, la plupart n’avaient même jamais fait de sport et pensent que les gymnases sont réservés aux hommes. Elles souhaitent avoir une activité sportive qui leur permette de retrouver leur forme après un accouchement, de se sentir mieux physiquement et de lutter contre leur isolement.

Mouvements adaptés aux capacités physiques

Les femmes seniors sont également là pour améliorer leur santé et recherchent des activités récréatives. Je m’adapte à leur âge et à leurs possibilités physiques en leur proposant des mouvements pour apprendre à se déplacer dans l’espace, faire travailler leurs muscles en douceur puis j’organise un mini foot adapté pour leur apprendre les règles. L’objectif est qu’elles viennent régulièrement faire du sport et le pari semble gagné puisqu’elles nous demandent de créer de nouveaux créneaux. ».

Elles voulaient prendre du temps pour elles, s’occuper de leur santé grâce au sport et créer des liens avec d’autres femmes

Nayla
référente de la Maison solidaire 13
« Notre projet répond à une demande de mères de famille habitant un même secteur qui souhaitaient pratiquer une activité sportive à plusieurs. Elles voulaient prendre du temps pour elles, s’occuper de leur santé grâce au sport et créer des liens avec d’autres femmes. Nous avons un éducateur sportif qui encadre deux créneaux pour des mères de famille avec des activités dans le jardin Kellermann (13e) : remise en forme, course, stretching, musculation sur des agrès.

Randonnées en dehors de Paris

Régulièrement, des randonnées sont également organisées en dehors de Paris avec les enfants. Nous proposons aussi un créneau de boxe pour des jeunes filles. Toutes ces femmes étaient loin du sport, certaines n’en avaient jamais fait et aujourd’hui, elles se retrouvent chaque semaine. Elles ont même de nouveaux projets sportifs. Elles ont demandé à l’une d’elles, ancienne championne de natation en Algérie, de leur donner des cours de natation. Elles veulent aussi apprendre à faire du vélo et nous cherchons un partenaire pour organiser cette activité. ».

Nous avons constaté qu’il y avait un élan autour du foot féminin et que les sites urbains étaient surtout occupés par des hommes

Claire
bénévole à l’association Sine Qua Non
« Nous avons proposé un projet autour du foot car nous avons constaté qu’il y avait un élan autour du foot féminin et que les sites urbains étaient surtout occupés par des hommes. Nous voulions organiser cette activité pour des trentenaires en fin de soirée, mais nous avons pris conscience que le foot plaît surtout aux plus jeunes qui sont en général disponibles l’après- midi. Notre programme comporte donc des séances le mercredi après-midi pour les adolescentes et le dimanche matin pour des femmes plus âgées. Nous intervenons sur 4 sites en alternance : la TEP Reverdy (19e), le parc Chapelle-Chardon (18e), le TEP Max Rousié (17e) et le TEP Lepeu (12e), des sites choisis en fonction de leur position géographique et de leur ouverture sur le quartier.

Entraînement 100% féminin et match ouvert aux garçons

Le mercredi, une vingtaine de filles se réunissent pour un entrainement 100 % féminin durant 45 minutes avec un coach suivi d’un match ouvert aux garçons.
C’est important de favoriser également la mixité. Nous sommes un relai auprès des associations de quartier qui incitent les jeunes filles, débutantes et confirmées, à venir jouer au foot ensemble sur un des terrains en accès libre. Évidemment, nous ne sommes pas là pour créer un club, mais pour orienter les filles et les femmes vers les structures existantes ou vers une pratique libre sur l’espace public. »

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr, nous vous invitons à faire part ci-dessous de votre commentaire ou suggestion.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations