Ouvrir la recherche
Actualité

My Troc, la plateforme pour échanger des biens et des services

Mise à jour le 26/06/2019
Lancée en 2015, le site MyTroc permet à ses utilisateurs d’échanger des biens et des services avec des noisettes, une monnaie virtuelle. Grâce au budget participatif, My Troc développe son application mobile, prévue pour septembre 2019.
Des cours de guitare, le prêt d’une perceuse, matériel de puériculture, une robe de soirée ou du matériel informatique… Sur Mytroc, vous trouverez de tout. Et sans dépenser un euro. Car sur ce site, rien ne se perd, rien ne s’achète, tout se troque. Soit les utilisateurs s’échangent un bien ou un service contre un autre de valeur équivalente, soit contre des noisettes, la monnaie virtuelle de MyTroc, soit les deux.
schema_mytroc.jpg
MyTroc
Né en 2015, le site promeut un monde plus responsable, plus économe et plus solidaire. «Nous avons constaté qu’il y avait trop de surconsommation et de gaspillage, et que beaucoup de personnes n’avaient pas accès à des biens et des services de qualité», retrace Floriane Addad, co-fondatrice de la plateforme. Avec ses trois associés, ils mettent sur pied MyTroc qu’ils constituent en société par action simplifiée agréée ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale). Depuis, il a déjà enregistré plus de 500 000 échanges réalisés, «autant d’objets qui n’ont pas été achetés ou mis à la poubelle», pointe Floriane.
mytroc-groupe.jpg
MyTroc
Alimentation, services, bricolage, couture ou mobilier, c’est vrai qu’il y a de tout. En moyenne, près de 100 échanges sont réalisés par jour. Près de 50% des annonces trouvent preneurs. Un troqueur régulier économise près de 100€ par mois. Avec plus de 230 annonces par jour et 250 nouveaux inscrits par jour, MyTroc séduit les Parisiens, la moitié des utilisateurs. «C’est plus solidaire et social. Quand il n’y a pas d’échange d’argent, les liens sont plus sincères», poursuit la co-fondatrice. Grâce à la monnaie virtuelle, la noisette, les cours, dépannages et autres services s’échangent aussi bien.
Pour toucher un public plus jeune, MyTroc envisage de lancer son application mobile. Pour ce faire, l’équipe a présenté son projet au budget participatif de 2017. Ils ont pu toucher une subvention de 30 000€ nécessaire au développement de l’application smartphone. Prévue pour septembre 2019, celle-ci devrait permettre à la plateforme de troc de multiplier ses inscrits par 3 ou 4. Et de diminuer en même temps les biens jetés à la poubelle ou achetés neufs.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.