Ouvrir la recherche
Actualité

Ces associations qui bousculent les codes de la participation

Mise à jour le 05/04/2019
Ces organes innovent pour transformer les modèles démocratiques, en s'aidant de nouveaux outils, méthodes et mécanismes. Focus sur deux d'entre elles.

L'association Démocratie ouverte

Née en 2013, l'association Démocratie ouverte est un collectif citoyen indépendant qui vise à transformer les modèles démocratiques pour une société transparente, participative et collaborative. Parmi ses membres, on compte des citoyens, des experts, des élus, des journalistes, mais aussi des "innovateurs démocratiques", ainsi que des structures associatives ou des entreprises privées. Leur ambition commune: accélérer la transition démocratique, vers une société plus ouverte.

Les actions menées par Démocratie ouverte

L'association a mis sur pied plusieurs outils:
- Système D accompagne les initiatives citoyennes, c'est un incubateur de start-up de la démocratie participative.
- Le Labo Démocratie ouverte permet d'expérimenter de nouvelles pratiques de démocratie participative dans des territoires et des entreprises. L'idée est de rendre ces pratiques attrayantes et innovantes.
- L'association est à l’origine du Printemps citoyen, un événement organisé en partenariat avec Kawaa et la région Centre.

Localisée à la Halle civique, l'association compte aujourd'hui huit salariés. Ces derniers étaient déjà familiers des structures qui œuvraient pour développer des outils novateurs autour de la participation citoyenne.
Le modèle de l'association s'est inspiré des pays scandinaves, comme l'Estonie et l'Islande. L'ouvrage d'un de leur membre, Romain Slitine, Le coup d’Etat citoyen, écrit avec Elisa Lewis est également une source d'inspiration. Ce livre propose des pistes de réflexion afin de renouveler la démocratie. Démocratie ouverte a vocation à se développer à l’international, et notamment dans les pays francophones, Belgique, pays du Maghreb, Québec, pays africains francophones.

L’Institut de la consultation et la participation citoyenne

L’Institut de la consultation et la participation citoyenne (ICPC) est un réseau de praticien·ne·s de la concertation et de la participation citoyenne, qui ont un intérêt professionnel ou militant. C'est un espace de débat sur la consultation et la participation citoyenne, indépendant de toute institution, parti, ou organisme quelconque. C'est un carrefour d'échanges, sous forme par exemple d'ateliers, qui permettent de rassembler différents points de vue émanant à la fois des citoyen·ne·s, des collectivités territoriales et des élu·e·s.

L'évolution de la concertation depuis les années 60 et 70

L'Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne
© ICPC
Dans les années 1960-1970, des concertations en lien, notamment, avec l’urbanisme ou l’environnement peuvent devenir sources de conflits. Pour y remédier, des initiatives locales se mettent en place afin d'encadrer, stimuler, voire obliger à prendre en compte l’avis des citoyens. Dans les années 2000, ces démarches se multiplient, des formations sont créées, des retours d’expérience partagés, etc. L'ICPC s'inscrit dans cette optique constructive.

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.