Ville de Paris

Évènement

Katia Kameli - Hier revient et je l’entends

Du mercredi 18 janvier au dimanche 16 avril 2023
Présentée à l’ICI – Institut des Cultures d’Islam et à Bétonsalon du 19 janvier au 16 avril 2023, l’exposition "Hier revient et je l’entends" de Katia Kameli investit deux lieux dont le positionnement fait écho à l’histoire et à la démarche de l’artiste depuis plus de 20 ans.
Artiste, réa­li­sa­trice et pro­duc­trice, Katia Kameli mène un tra­vail dense et pro­téi­forme depuis le début des années 2000. Forte d’une double culture fran­çaise et algé­rienne, elle se fait pas­seuse entre dif­fé­rents ter­ri­toi­res et ques­tionne les points aveu­gles de l’Histoire. Suivant ses pro­pres che­mi­ne­ments, elle relie des faits éloignés, renoue des liens dis­ten­dus, donne à enten­dre des paro­les silen­ciées pour écrire des contre-récits. Ses recher­ches se mêlent, s’enchâs­sent et tis­sent entre elles une mul­ti­pli­cité de pers­pec­ti­ves. À l’inter­sec­tion d’un lan­gage poé­ti­que, d’études visuel­les et de tech­ni­ques arti­sa­na­les, la pra­ti­que artis­ti­que de Katia Kameli est le fruit d’une grande fabri­que de rela­tions par affi­ni­tés, proxi­mi­tés, et ami­tiés. Sa pre­mière expo­si­tion per­son­nelle dans deux ins­ti­tu­tions pari­sien­nes réunit un ensem­ble d’œuvres exis­tan­tes et de nou­vel­les pro­duc­tions.
À l’Institut des Cultures d’Islam, l’expo­si­tion met un coup de pro­jec­teur sur vingt ans de créa­tions. Elle sou­li­gne la cohé­rence d’une démar­che où les récits cir­cu­lent, se trans­for­ment, se trans­po­sent et se super­po­sent, à tra­vers le monde et les époques. L’artiste y embrasse le rôle de tra­duc­trice : ses pho­to­gra­phies, vidéos, des­sins et ins­tal­la­tions met­tent en jeu un voca­bu­laire formel et concep­tuel qui se conju­gue au sein d’un espace inter­mé­diaire entre les lan­gues, les sons, les esthé­ti­ques et les cultu­res. Le projet Le Cantique des oiseaux, co-pro­duit avec La Criée, centre d’art contem­po­rain à Rennes, inclut une vidéo réa­li­sée à la Goutte d’Or en par­te­na­riat avec le Conservatoire du 18ème Gustave Charpentier. L’œuvre Stream of Sto­ries, sur les méta­mor­pho­ses des fables de Kalîla wa Dimna qui ont ins­piré Jean de La Fontaine, est aug­men­tée d’une exten­sion en tuft conçue en col­la­bo­ra­tion avec l’artiste-tex­tile, Manon Daviet.
L’expo­si­tion à Bétonsalon s’orga­nise autour du Roman algé­rien ; elle pré­sente les trois vidéos qui le com­po­sent, réa­li­sées entre 2016 et 2019 et déploie une recher­che en acte pour un qua­trième cha­pi­tre qui prend pour point de départ le film La Nouba des femmes du mont Chenoua réa­lisé par l’écrivaine et cinéaste algé­rienne Assia Djebar en 1977. En pre­nant appui sur ce pre­mier film algé­rien réa­lisé par une femme, qui cir­cule aujourd’hui d’une copie à une autre, Katia Kameli semble pro­lon­ger le geste de celle qui revient sur les traces de femmes résis­tan­tes pen­dant la guerre de l’indé­pen­dance dans la ville et les mon­ta­gnes de Cherchell. Par le recueil de paro­les de femmes de dif­fé­ren­tes géné­ra­tions, elle com­pose un récit poly­pho­ni­que vivant où les his­toi­res inti­mes et col­lec­ti­ves se don­nent à enten­dre par-dessus les com­plexi­tés du passé colo­nial.
Commissariat : Émilie Renard pour Bétonsalon et Bérénice Saliou pour l'ICI
Mise à jour le 09/01/2023

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations