Ville de Paris

Évènement

Expérimentations artistiques et points de vue photographiques

Du mardi 10 mai au samedi 2 juillet 2022
Exposition de Saïda Berbour Cette exposition, à l’image de la série photographique « Regards » lorsque l’auteur tente spontanément de capter le regard des riverains, convie ainsi le visiteur qui parcourt les différents étages à aiguiser son propre regard, à se mouvoir dans l’espace, à se questionner sur ce qu’il voit, ce qu’il ressent, ce qu’il partage en parcourant les différentes œuvres exposées.
D’abord autodidacte par le dessin, j’ai pu aiguiser mon regard par le biais de visites d’expositions de grands artistes peintres (Edgar Degas, Pablo Picasso), photographes (Edward Steichen, Willy Ronis, Saul Leiter), affichistes (Michel Bouvet, Michal Batory, Catherine Zask, Philippe Apeloig).
Par la pratique collective, j’ai souhaité m’initier aux différentes techniques artistiques à travers des stages photo, les Cours Municipaux pour Adultes et Ateliers Beaux-Arts organisés par la ville de Paris ainsi qu’au Centre Verdier Photo. Par ces différentes structures, j’ai pu expérimenter le dessin, la peinture, la communication visuelle et graphique, la photographie argentique et numérique, complétée par une immersion au sein du mythique Studio Rouchon.
Ma démarche artistique consiste alors à développer une approche de la photographie expérimentale en abordant les thématiques du vide et de la matière et explorer la relation entre contenant/contenu à travers notamment les problématiques de l’accrochage.
De belles opportunités m’ont permis de présenter mes travaux lors de diverses expositions collectives de 2015 à 2019 dans le 10ème arrondissement de Paris en expérimentant des jeux de lumières, d’ombres, de couleurs, de transparences, de reflets, de mise en scène, d’installations d’objets photographiques, de mobiles et de sculptures, notamment à l’IMMIX Galerie et durant les Rencontres Photographiques du 10eme.
Carte blanche m’a été donnée avec l’exposition « Expérimentations artistiques et points de vue photographiques » pour investir la bibliothèque Louise Walser-Gaillard, ce lieu atypique, chargé d’histoire, ouvert sur la culture, la littérature dans son ensemble et plus spécifiquement jeunesse et des rencontres diverses promouvant le monde des sourds et la diffusion de la langue des signes.
Cette nouvelle exposition convie ainsi le visiteur à explorer et questionner l’art et l’espace environnant en présentant d’anciens et nouveaux travaux, avec notamment l’installation in situ « R-Compositions ».
La Bibliothèque Louise Walser-Gaillard ex Bibliothèque Chaptal est un lieu chargé d’histoire.
Elle abrite le « Grand Salon » habillé de boiseries et de moulures dorées de l’ancien Hôtel particulier de Sérigny (1780), ancienne demeure de l’illustre fondeur Thiébaud. On peut y admirer une très belle cheminée inspirée du Château de Fontainebleau, les peintures de Claude Bourgonnier « Les Quatre Saisons » entourant une magnifique verrière zénithale polychrome, en son milieu est suspendu un superbe lustre.
Cette prolifération artisanale d’éléments divers, multiples, répétitifs et épars et la contemplation de cette beauté architecturale des temps anciens vaut le détour. Bien qu’au final le tout semble surchargé et à l’opposé du design épuré de notre époque, cet ensemble se marie pourtant très bien avec un mobilier contemporain, moderne et design disposé çà et là. Fauteuils multicolores. Chaises, tables et lampadaires sur pied avec abat-jour transparents. Suspentes et lustres design constitués d’un tube de métal déployé, avec à l’intérieur des tubes néons formant des lettres lumineuses colorées. Ce lieu regorge également de multiples coins et recoins, à s’y perdre parfois et est parsemé d’ouvertures vitrées, d’anciens grands miroirs, de longues verrières zénithales, d’escaliers et d’un ascenseur qui permettent d’accéder aux différents étages.
A côté de tous ces éléments artisanaux et artistiques, se construit une vie sociale, culturelle, de spectacles et d’animations pédagogiques et artistiques grâce aux multiples services offerts aux lecteurs entendants comme aux lecteurs sourds et malentendants par le biais de la LSF, la langue des signes.
Carte blanche m'a donc été donnée pour exposer mes travaux artistiques au sein de ce lieu prestigieux pouvant entrer en résonance avec le travail que j'ai effectué jusqu'à présent : expérimentations de plusieurs techniques artistiques (dessin, peinture, photographie et installations diverses) ainsi qu'une démarche qui propose de voir le monde sous différents angles : parfois visibles, parfois invisibles. Parfois de manière concrète, parfois de façon plus abstraite.
Ma première visite du lieu en compagnie de Nora, bibliothécaire et conteuse, a été riche et source de créativité pour mettre en lien la présentation de mes anciens travaux avec l’opportunité de proposer un nouveau projet à travers cette exposition.
Le projet d’exposition a mûri et s’est consolidé quelques semaines plus tard en souhaitant dans un premier temps exposer un univers tout en couleurs, plus terre à terre, à travers les dessins et peintures sélectionnés, me permettant de retourner aux sources et à l’essentiel et de concevoir l’autre projet, encré et dédié au lieu d’exposition lui-même. Se met alors en place un travail de décortication, déconstruction, décomposition avant de pouvoir relier des éléments dispersés, à l'image d'un puzzle ou d'une mosaïque qu'il faut reconstituer avec d'autres éléments plus évidents, pas à pas, afin de construire de nouvelles compositions, autrement-dit, proposer un regard multiple sur le monde environnant.
La série « Doudou », version noir et blanc, créée en août 2014, jamais exposée constitue un élément clé dans la réalisation de cette exposition, qui a pour rôle de faire le pont entre mes anciens travaux et les nouveaux projets réalisées : la prise de vue de la série « Doudou », version en couleurs, créée en février 2022, et intégrée à l’installation « R-Compositions ».
« R-Compositions » prend la forme d’une structure en volume disposant de creux et de reliefs ajourés de part et d’autre, assemblés sur 3 niveaux. Tout le long de la structure sont apposés des éléments graphiques et des décors entrant en résonnance avec les activités proposées par la bibliothèque à ses lecteurs, avec une architecture atypique à la fois ancienne et moderne, un lieu de vie, de rencontres et d’échanges multiples.
Cette exposition, à l’image de la série photographique « Regards » lorsque l’auteur tente spontanément de capter le regard des riverains, convie ainsi le visiteur qui parcourt les différents étages à aiguiser son propre regard, à se mouvoir dans l’espace, à se questionner sur ce qu’il voit, ce qu’il ressent, ce qu’il partage en parcourant les différentes œuvres exposées.
Mise à jour le 13/05/2022

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations