Ouvrir la recherche
Équipement

Théâtre du Rond Point

Mise à jour le 22/01/2021
Sommaire

Horaires

 

Les horaires de cet établissement étant dépendants de sa programmation, visitez son site internet pour en savoir plus.

Accès

Théâtre du Rond Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt
75008 PARIS
Métro
Franklin D. Roosevelt, ligne 1,9
Velib
Station 8031, 2 rue jean mermoz
Station 8039, 6 rue du colisee
Station 8013, 24 rue de marignan

Contact

Nom : Théâtre du Rond Point
Tél. : 01 44 95 98 21

Services

Les extras

headerPic : 71451

Présentation

Théâtre subventionné par la Ville de Paris et le Ministère de la Culture 1838-1894 Le Panorama C'est en 1838 que l'architecte J.-J. Hittorf est chargé par Louis-Philippe de réaliser une rotonde au croisement des Champs-Elysées et de l'avenue d'Antin (av. Franklin D. Roosevelt). Inaugurée en 1839 avec Les Incendies de Moscou suivis de La Bataille d'Eylau et de La Bataille des Pyramides, la rotonde d'Hittorf est détruite lors de l'Exposition Universelle de 1855 pour laisser la place au Panorama National, construit par Davioud, qui héberge aujourd'hui le Rond-Point. Y seront exposées notamment La Prise de Sébastopol et La Bataille de Solférino. En 1894, les panoramas tendant à passer de mode, la Rotonde du Panorama National devient le Palais des Glaces. En effet, un peu partout en Europe, à Bruxelles, Vienne, Londres, la vogue grandissante des patinoires oblige les villes à se doter de nouveaux édifices. Le Panorama se prête à cette reconversion. Sa rotonde est évidée, on installe autour de la piste de 850 mètres carrés un café, une promenade et une estrade pour l'orchestre. Le Palais des Glaces sera à la Belle Époque un des monuments les plus en vogue de Paris et passe le XXe siècle au prix de quelques aménagements. Mais à l'aube des années 1980, la mode des patinoires s'essouffle à son tour. Le monument, cependant n'en poursuit pas moins sa traversée du temps.    1981 - 1991 La compagnie Renaud-Barrault Depuis sa création en 1948 la compagnie Renaud-Barrault a occupé sept théâtres parisiens dont le Théâtre Marigny, l'Odéon, le Théâtre Sarah-Bernhardt et l'ancienne gare d'Orsay aménagée en théâtre. Le projet d'installation d'un musée du XIXe siècle à Orsay lui impose un ultime déménagement qui la ramène à 200 mètres de son premier théâtre, Le Marigny. La Compagnie Renaud-Barrault transporte donc son théâtre sur l'autre rive de la Seine, avec son chapiteau de bois, sa grande salle de 900 places et sa petite salle de 180 places. La Rotonde est intégralement vidée et réaménagée par les architectes Biro et Fernier. Le Théâtre du Rond-Point ouvre ses portes en mars 1981 avec un spectacle de Jean-Louis Barrault, L'amour de l'amour, d'après des textes d'Apulée, La Fontaine, Molière. De 1981 à 1991 le Théâtre du Rond-Point s'attachera à présenter des oeuvres contemporaines (Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, Samuel Beckett, Yukio Mishima...) ainsi que des spectacles traditionnels venus d'Extrême-Orient (Ramayana de Thaïlande, Opéra javanais, Musiques et danses tibétaines...).  1991-1994 La Maison des Cultures du Monde En 1991 le Ministère de la Culture confie le Rond-Point à une association présidée par Robert Abirached, nomme Chérif Khaznadar à la direction du théâtre le 1er janvier 1992 et fait effectuer des travaux de rénovation et d'aménagement. L'architecte Jean-Michel Wilmotte conçoit un projet qui, tout en respectant l'architecture initiale et l'esprit du théâtre créé par Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud, vise deux objectifs : ouvrir l'espace sur l'extérieur et mettre l'accent sur sa dimension pluridisciplinaire en conservant les lignes de force du bâtiment. Le programme comprend l'aménagement d'un vaste hall d'entrée et celui d'une salle d'exposition perceptible depuis la rue, la création d'une librairie et le nouvel aménagement du restaurant. Le Rond-Point /Théâtre Renaud-Barrault héberge alors l'Académie Expérimentale des Théâtres, dirigée par Michelle Kokosowski et accueille une partie de la programmation de la Maison des Cultures du Monde et du Festival d'Automne à Paris.     1995-2000 La compagnie Marcel Maréchal Le 1er janvier 1995, Marcel Maréchal prend la direction du Théâtre du Rond-Point. Sous son impulsion la grande salle est entièrement remodelée et redécorée par Bernard Guillaumot et Alain Batifoulier. Elle prend le nom de Salle Renaud-Barrault et compte maintenant 760 places. La petite salle devient Salle Jean Vauthier, la salle d'exposition Galerie Audiberti.     200-2001 Intérim de Philippe Buquet Après le départ de Marcel Maréchal, la direction provisoire du Rond-Point est confiée à Philippe Buquet dans l'attente d'une nouvelle direction. Il assume avec courage et discernement cette difficile mission « d'entre deux ».   Le Rond Point des auteurs vivants L'idée d'un théâtre dédié aux auteurs vivants naît en 2000 du rassemblement des Écrivains Associés du Théâtre, dont le but est de remettre la parole de notre temps au coeur du dispositif théâtral. En novembre 2001, le pas est franchi : le prestigieux Théâtre du Rond-Point sera dirigé par un auteur décidé à faire entendre la vigueur et la diversité des écritures d'aujourd'hui. Jean-Michel Ribes, premier président des EAT, est nommé pour cinq ans à la direction du Rond-Point le 1er janvier 2002, par le maire de Paris et le ministère de la Culture. Le théâtre, fermé aussitôt "pour métamorphose", réouvre le 17 septembre 2002 avec l'audace joyeuse de réconcilier plaisir et culture autour d'une nouvelle image : l'emblème du Rond-Point dessiné par le peintre Gérard Garouste et mis en scène par Atalante.   Dirigé depuis 2002 par Jean-Michel Ribes,, Le théâtre du Rond-Point est dédié aux auteurs vivants et propose une trentaine de spectacles par an. Avec une librairie et un restaurant, le théâtre, par son audace joyeuse, est devenu un lieu de vie et d'envie. Au 1er janvier 2007, Jean-Michel Ribes est reconduit dans ses fonctions pour un nouveau mandat de 5 ans. Partager
Vous ne savez pas comment trouver l’information que vous cherchez ?
Posez votre question