Square Jules-Durand (ex-Olivier Noyer-Léonidas)

Horaires

Ouvert en ce moment

lundi 19/1108:00 à 17:00
mardi 20/1108:00 à 17:00
mercredi 21/1108:00 à 17:00
jeudi 22/1108:00 à 17:00
vendredi 23/1108:00 à 17:00
samedi 24/1109:00 à 17:00
dimanche 25/1109:00 à 17:00
lundi 26/1108:00 à 17:00
mardi 27/1108:00 à 17:00
Tous les horaires

Tous les horaires

28 octobre 2018 au 28 février 2019
lundi08:00 à 17:00
mardi08:00 à 17:00
mercredi08:00 à 17:00
jeudi08:00 à 17:00
vendredi08:00 à 17:00
samedi09:00 à 17:00
dimanche09:00 à 17:00
1 mars 2019 au 31 mars 2019
lundi08:00 à 18:00
mardi08:00 à 18:00
mercredi08:00 à 18:00
jeudi08:00 à 18:00
vendredi08:00 à 18:00
samedi09:00 à 18:00
dimanche09:00 à 18:00
1 avril 2019 au 30 avril 2019
lundi08:00 à 19:30
mardi08:00 à 19:30
mercredi08:00 à 19:30
jeudi08:00 à 19:30
vendredi08:00 à 19:30
samedi09:00 à 19:30
dimanche09:00 à 19:30
1 mai 2019 au 31 août 2019
lundi08:00 à 20:30
mardi08:00 à 20:30
mercredi08:00 à 20:30
jeudi08:00 à 20:30
vendredi08:00 à 20:30
samedi09:00 à 20:30
dimanche09:00 à 20:30
1 septembre 2019 au 30 septembre 2019
lundi08:00 à 19:30
mardi08:00 à 19:30
mercredi08:00 à 19:30
jeudi08:00 à 19:30
vendredi08:00 à 19:30
samedi09:00 à 19:30
dimanche09:00 à 19:30

Accès

5, rue Léonidas
75014 PARIS

Complément d'adresse

Accès rue Olivier-Noyer, rue Léonidas

Transports

Métro

  • Alésia, ligne 4,6

Labels

QUALIPARIS

Accessibilité

Accessible aux personnes à mobilité réduite

Présentation

Ce jardin rend hommage, depuis 2016, au docker Jules Durand, né en 1880, victime d’une erreur judiciaire. Secrétaire du syndicat ouvrier des charbonniers du port du Havre, il organise en 1910 une grève pendant laquelle un ouvrier meurt dans une rixe. Innocent, il est pourtant aussitôt arrêté et condamné à mort, malgré la défense de son avocat René Coty (futur président de la République). Jean Jaurès évoque à son sujet dans l’Humanité « l’affaire Dreyfus de la classe ouvrière ». Après sa libération, dans un état psychique fragile, il est interné. Il finit sa vie à l’asile d’aliénés de Sotteville-lès-Rouen en 1926 sans savoir qu’il a été gracié puis innocenté par la Cour de Cassation, le 15 juin 1918.

Ce jardin est situé à proximité de l’hôpital Sainte-Anne, où il a séjourné pendant son procès en révision en 1911. Toute en longueur, aménagée entre deux rues et bordée de tilleuls argentés, cette allée ombragée propose une aire de gymnastique douce.

Ce jardin tout en longueur, situé entre deux petites rues, a fait l’objet d’un réaménagement. Une aire de gymnastique douce/remise en forme est ouverte au public depuis 2012.

Vous avez une demande ?

Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

Accéder

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.