Ouvrir la recherche
Équipement

Jardin Henri Sauvage (ex-square Amiraux-Boinod)

Mise à jour le 16/10/2019

Horaires

 

mercredi 16/10 08:00 à 18:30
jeudi 17/10 08:00 à 18:30
vendredi 18/10 08:00 à 18:30
samedi 19/10 09:00 à 18:30
dimanche 20/10 09:00 à 18:30
lundi 21/10 08:00 à 18:30
mardi 22/10 08:00 à 18:30
mercredi 23/10 08:00 à 18:30
jeudi 24/10 08:00 à 18:30

Accès

Jardin Henri Sauvage (ex-square Amiraux-Boinod)
5 rue des amiraux
75018 PARIS
Complément d'adresse

Accès rue Boinod, rue des Poissonniers, rue des Amiraux

Métro
Simplon, ligne 4
Velib
Station 18037, 48 rue boinod
Station 18101, 32 rue championnet
Station 18030, 1 rue joseph dijon

Labels et signalétiques

Accessibilité

  • Accessible aux personnes à mobilité réduite

Contact

Nom : Jardin Henri Sauvage (ex-square Amiraux-Boinod)

Services

  • Football : 1
  • Toilettes publiques : 1
  • Points d'eau potable : 1
  • Aire de jeux : 1
  • Basket : 1

Les extras

Chiens interdits.

Présentation

Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries. 
Ce jardin est un véritable havre de paix où les riverains peuvent profiter de plusieurs aires de jeux pour les enfants de tous les âges, d’une promenade, ainsi que d’aires de repos et de détente.
Depuis l’entrée principale, vous accédez à une placette centrale, au cœur du jardin, d’où vous surplombez les vallonnements de la pelouse. Des massifs d’arbustes et des haies sont disséminés aux quatre coins du jardin, une végétation qui joue des contrastes entre la pelouse horizontale et les lignes verticales des arbres.
L’aire de jeux est directement accessible depuis la rue des Poissonniers et a englobé celle qui se situait auparavant rue Boinod.
Depuis l'été 2011, il rend hommage à l'architecte français Henri Sauvage (1873-1932). Il réalisa de nombreux immeubles à Paris, dont des logements sociaux et la piscine Amiraux-Boinod (18e). Il est célèbre pour ses immeubles en gradins et la rationalisation de l'habitat. Il est l'un des architectes qui a imaginé la villa Majorelle à Nancy (1901).