Ouvrir la recherche
Équipement

Jardin des Mères et Grands-Mères de la Place de Mai (ex-jardin des 3 Marches)

Mise à jour le 22/09/2019

Horaires

 

lundi 23/09 00:00 à 23:59
mardi 24/09 00:00 à 23:59
mercredi 25/09 00:00 à 23:59
jeudi 26/09 00:00 à 23:59
vendredi 27/09 00:00 à 23:59
samedi 28/09 00:00 à 23:59
dimanche 29/09 00:00 à 23:59
lundi 30/09 00:00 à 23:59
mardi 01/10 00:00 à 23:59

Tous les horaires

Tous les jours 00:00 à 23:59

Accès

Jardin des Mères et Grands-Mères de la Place de Mai (ex-jardin des 3 Marches)
angle rue Balard quai André-Citroën rond-point du pont Mirabeau
75015 PARIS
Métro
Javel, ligne
Velib
Station 15060, 9 place de la montagne du goulet
Station 15064, dev 5 avenue emile zola
Station 15103, 103 rue cauchy

Labels et signalétiques

Contact

Nom : Jardin des Mères et Grands-Mères de la Place de Mai (ex-jardin des 3 Marches)

Photos

Présentation

Pour votre sécurité, ce jardin sera fermé en cas de vents forts ou d’intempéries. 
Le jardin des Mères et Grands-Mères de la Place de Mai a été baptisé en hommage à deux mouvements argentins reconnus au niveau international. Ils rassemblent les mères et grand-mères argentines dont les enfants et petits-enfants ont disparu pendant la répression militaire, entre 1976 et 1983. Situé dans le prolongement de la promenade du quai André-Citroën, il offre une vue dégagée vers la Seine. C’est un espace de détente verdoyant et reposant pour les passants.
La végétation du jardin est omniprésente.
Un petit escalier permet d’accéder à l’allée centrale. Elle est agrémentée de pergolas recouvertes de rosiers grimpants.
Des petites placettes délimitées par une haie de chèvrefeuille bordent l’allée. L’une d’elles s’ouvre sur la rue Balard.
Un saule pleureur très haut, symbole de renaissance et d’immortalité, se dresse sur l’une des pelouses. Le saule est chargé de symboles pour de nombreux pays et de nombreux cultes. Pour les Grecs anciens, le saule était l’arbre auquel était suspendu le berceau de Zeus, sous la surveillance de sa nourrice, la Danaïde Itea. En Grec, « Itea » = saule.
La pointe de cette pelouse est recouverte de plantes variées. La charmille ou charme, facile d’entretien, inspirait déjà les paysagistes au 17e siècle pour créer des labyrinthes. Le noisetier est apprécié quant à lui pour ses fruits, mais aussi pour ses branches souples qui servent aux sourciers et pour ses racines qui attirent certains champignons…comme la truffe. Le cornouiller - du latin « cornus » = « corne » - a un  bois particulièrement dur et résiste aux plus grands froids. Tout aussi résistant, l’eleagnus affronte aisément la sècheresse, la pollution et le vent. La lavande, amateur de plein soleil et amie des abeilles, peut s’épanouir pleinement dans cet espace dégagé. Le feuillage rouge, brillant et persistant du photinia apporte toute l’année de la couleur au jardin. Des massifs d’arbustes à fleurs (Céanothes ou lilas de Californie, Oranger du Mexique, Spirées, Romarin, Abélia, Deutzia, Caryoptéris, Tamaris) encerclent le jardin et l’isole de la circulation.
Une clôture longe la sortie du souterrain et le quai André-Citroën. Des clématites, du chèvrefeuille, de la vigne vierge et de la bignone ont été plantés sur toute sa longueur afin de la masquer. Le reste du jardin est ouvert en permanence.