Ouvrir la recherche
Équipement

Crypte archéologique de l'île de la Cité

Mise à jour le 11/11/2019

Horaires

 ( Fermeture du musée suite à l'incendie qui a frappé Notre-Dame )

Fermetures prévues
Fermé – Fermeture du musée suite à l'incendie qui a frappé Notre-Dame

Tous les horaires

horaires réguliers
Mardi 10:00 à 18:00
Mercredi 10:00 à 18:00
Jeudi 10:00 à 18:00
Vendredi 10:00 à 18:00
Samedi 10:00 à 18:00
Dimanche 10:00 à 18:00

Accès

Crypte archéologique de l'île de la Cité
Place Jean-Paul II
75004 PARIS
Complément d'adresse

Parc de stationnement payant : Place du Parvis de Notre-Dame

Métro
Saint-Michel - Notre-Dame, ligne 4
Velib
Station 4001, 10 rue d'arcole
Station 4002, place louis lepine
Station 4003, 1 quai aux fleurs

Contact

Nom : Crypte archéologique de l'île de la Cité
Tél. : 01 55 42 50 10

Services

Les extras

Tarif :
headerPic : 82048
Tarif réduit :

Présentation

La Crypte archéologique sous le parvis de Notre-Dame de Paris a été aménagée pour protéger les vestiges découverts lors des fouilles réalisées à partir de 1965, par la Commission du Vieux Paris (département d'histoire de l'architecture et d'archéologie). Cet espace, le plus vaste du genre à l'époque, a ouvert ses portes en 1980 avec pour objectif la présentation des éléments des bâtiments qui se sont succédés sur le site de l'Antiquité au XIXe siècle : salles gallo-romaines, mur d'enceinte du début du IVe siècle, sous-sol de l'ancienne chapelle de l'Hôtel-Dieu, restes médiévaux de la rue Neuve Notre-Dame, fondations de l'hospice des Enfants-Trouvés, tracé des égouts haussmanniens...   La zone du Parvis de Notre-Dame de Paris a fait l'objet de nombreuses fouilles, dont deux campagnes plus importantes : la première en 1847, menée par Théodore Vacquer, la seconde de 1965 à 1967, conduite par Michel Fleury. L'ensemble de ces fouilles a permis la mise au jour d'importantes substructions gallo-romaines et du haut-Moyen Age.   Du Haut-Empire subsistent des traces d'habitat (parmi lesquelles les archéologues ont découvert une statuette en bronze du dieu Génius), des tronçons du quai et du port antiques de Lutèce ainsi qu'un puissant mur à contrefort, pour lequel il est difficile de donner une interprétation.   Du Bas-Empire sont conservées des sections de la fondation du rempart érigé au IVe siècle de notre ère, après les invasions barbares de la fin du IIIe siècle. Elle est composée de gros blocs dont certains sont des remplois. C'est au pied de ce rempart qu'un trésor a été découvert en 1970 : une céramique brune contenait plus de 800 monnaies. À la même époque, l'île a été largement rebâtie. De ce remaniement subsistent les vestiges d'une grande maison urbaine dont plusieurs pièces comportent des hypocaustes (système de chauffage que les Romains utilisaient dans les thermes publics et privés). Les constructions du haut-Moyen Age sont représentées par les fondations d'un grand bâtiment de forme basilicale à cinq nefs. Ces vestiges ont été interprétés comme ceux de la basilique Saint-Etienne, construite au VIe siècle, peut-être par Childebert Ier, fils de Clovis. Ses dimensions (36 m de large sur 70 m de long) en faisaient probablement la plus grande église de Gaule.   Afin de préserver l'ensemble de ces vestiges et de les rendre accessibles au public, une crypte a été construite. Depuis l'été 2000, puisqu'elle illustre tout un pan de l'histoire de Paris, elle est gérée par le musée Carnavalet.

Paris.fr utilise des cookies à des fins statistiques, pour le fonctionnement des vidéos ou fonctionnalités de partage par des services tiers. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.