Végétalisons la ville

Développer la place de la nature en ville : c’est l’objectif ambitieux du programme de végétalisation de la mairie de Paris sur la mandature 2014–2020. 

Les objectifs de la mandature : 

  • 30 hectares supplémentaires d'espaces verts ouverts au public
  • Rénovation des parcs et jardins
  • Création de « rues végétales »
  • Végétalisation de 200 points identifiés par les Parisiens dans le cadre de l’opération « Du vert près de chez moi »
  • Création du Permis de végétaliser
  • 100 hectares de végétalisation sur les murs et toits, dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine
  • Lancement des appels à projets Parisculteurs
  • Développement des jardins partagés
  • Plantation de 20 000 nouveaux arbres
  • Création du dispositif « Un arbre dans mon jardin »
  • Création de vergers et de potagers dans les écoles
  • Aménagement de fermes pédagogiques
  • Développement des ruchers

Des murs et des toits végétalisés

Le programme de végétalisation du bâti

Végétaliser les murs et les toits : pourquoi ?

La Ville de Paris privilégie une végétalisation simple, pérenne et adaptée à chaque situation, du point de vue du développement durable. En plus de leur attrait esthétique, ces nouvelles installations végétales ont de nombreux avantages écologiques :

  • développer la biodiversité ;
  • répondre au besoin d’espaces verts des habitants d’une ville dense ;
  • participer au rafraîchissement de la ville en limitant l’effet « îlot de chaleur urbain », et ainsi lutter contre le changement climatique ;
  • améliorer la qualité de l’air ;
  • améliorer le confort thermique et acoustique des bâtiments.

Les défis de la végétalisation du bâti

Pour atteindre ces 100 hectares d'ici 2020, la Ville de Paris va d’une part, réaliser un vaste programme de végétalisation des bâtiments municipaux ; et d’autre part, proposer des mesures d'accompagnement aux partenaires publics et privés pour les inciter à végétaliser leurs bâtiments.

Des toits et des murs végétalisés, ce sont autant de défis à relever :

  • la végétalisation fait évoluer l’esthétique de l’architecture parisienne ;
  • elle répond à des normes techniques et à des autorisations d'urbanisme rigoureuses ;
  • l’installation et l’entretien doivent être adaptés aux contraintes des gestionnaires.

La Ville de Paris s’engage : les détails du programme

Sur le patrimoine municipal, 20 hectares seront réalisés d’ici 2020 :

  • sur chaque nouveau bâtiment, qui devra comporter un mur ou un toit végétalisé ;
  • sur au moins 300 équipements municipaux existants (écoles, crèches, équipements sportifs, bibliothèques, etc.) ;
  • sur des murs situés sur l’espace public.

La Ville soutient la végétalisation du bâti sur le domaine privé également :
  • Appui technique à la végétalisation : guides techniques (à télécharger ci-dessous), formation de conseillers relais et points d’information (plus d'informations à venir sur Paris.fr) ;
  • Évolution en cours du Plan local d’urbanisme (PLU) ;
  • Création d’un « permis de végétaliser » autorisant les Parisiens à mener des initiatives sur l’espace public ;
  • Création d’une plate-forme collaborative en ligne (à venir prochainement) ;
  • Conférence internationale sur la végétalisation du bâti en milieu urbain (19 mai 2015).


La végétalisation verticale en pratique

La Ville de Paris a conçu une série de fiches pratiques à destination du grand public souhaitant végétaliser un mur grâce à des plantes grimpantes. Selon le type de mur (mur de façade ou mur de clôture), le type de structure d'accroche souhaitée (plantes autonomes ou plantes grimpantes sur support) ou la finalité recherchée (plantes ornementales et/ou comestibles), les cinq fiches ci-dessous sont à votre disposition.

Des jardins sur les murs

Cette opération est l'un des 9 projets choisis par les Parisiens lors de l'édition 2014 du budget participatif.

Le projet

Ce projet permet la végétalisation de certains murs dans la ville. Il s’agit à la fois d’embellir les quartiers de Paris, de proposer des espaces protégés pour permettre le développement de la biodiversité en offrant un abri aux oiseaux et aux petits mammifères et de créer une forme de « micro-climat » pour les habitants en améliorant la qualité de l’air.

Les murs devaient répondre à certaines conditions : visibilité depuis la rue, bon état du mur, pas de fenêtres, accord des propriétaires...

Les techniques utilisées pour mettre en oeuvre cette végétalisation varient selon les sites. Elles sont fonction de la hauteur : soit à partir du sol, avec des plantes grimpantes aidées, au besoin, par une structure d'accroche formée de câbles tendus, soit en intégrant la flore au bâtiment, grâce à des balconnières, des jardinières, voire un système plus complexe de placage de terre sur la façade.

Point d’étape sur la réalisation du projet (juin 2015)

41 murs vont être végétalisés. La grande majorité des murs sont publics et ne nécessitent donc pas d’accord de copropriété. Six murs ont d’ores et déjà été plantés dans les 4e, 5e, 6e, 10e, 12e et 20e arrondissements. Six autres seront livrés à la fin du mois de juin.

- Murs de fonds de quais bas des berges de Seine (1er)

- Placette des Petits-Carreaux (angle rue d'Aboukir / rue des Petits-Carreaux) (2e)

- Rue Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle (2e)

- 3-5, rue Béranger (3e)

- 6, rue Paul-Dubois (3e)

- 2-6, rue de Moussy (4e)

- Rue de l'Arsenal (4e)

- Rue Jean-de-Beauvais (5e)

- 29, rue Mouffetard (5e)

- 2-4, rue Littré (6e)

- 40-42, rue Madame (6e)

- 33, boulevard des Invalides (lycée Victor-Duruy) (7e)

- 56, boulevard des Invalides (Institut des jeunes aveugles) (7e)

- Piscine Beaujon (8e)

- 28, rue du Général-Foy (collège Octave-Greard) (8e)

- Place Pigalle (9e)

- 31-33, rue de Provence (9e)

- Rue de Metz (école du 34, rue du Faubourg-Saint-Denis) (10e)

- Rue du Château-Landon (10e)

- Angle des rues Omer-Talon et Merlin (11e)

- TEP de l'avenue Philippe-Auguste (11e)

- avenue de la Porte-de-Charenton (Cimetière Valmy, Ville de Charenton) (12e)

- Début de la Coulée verte, angle rue de Lyon et avenue Daumesnil (12e)

- École élémentaire Lamoricière (côté Courteline) (12e)

- 33 bis, rue des Longues-Raies (13e)

- Murs du boulevard Kellermann, à la hauteur des débouchés des rues Damesme et du Moulin-de-la-Pointe (13e)

- 5, boulevard Saint-Jacques (14e)

- 10, rue Severo (14e)

- 13, rue des Volontaires (15e)

- 12, rue Fondary (15e)

- 162, boulevard Murat / quai Saint-Exupéry (16e)

- 41 bis, rue Jean-de-la-Fontaine (16e)

- 21, rue André-Bréchet (17e)

- 5, rue Jacques-Kellner (17e)

- Angle des rues Léon et Pierre-Budin (18e)

- École élémentaire Ferdinand-Flocon (18e)

- Passage Verdun (19e)

- 172-180, rue d'Aubervilliers (253, rue de Crimée) (19e)

- Rue du Télégraphe (cimetière de Belleville) (20e)

- Rue Pelleport (hôpital Tenon) (20e)

- Rue du Surmelin (réservoir) (20e)

Cultiver dans les écoles

Le projet

Doter chaque école de la ville d’un kit de jardinage permettant de réaliser un jardin pédagogique est l’ambition de ce projet. Il s’agit d’apprendre aux petits parisiens la patience, le respect de l'environnement et le travail des autres, de leur permettre de mieux comprendre le climat, de maîtriser la gestion raisonnée de l'eau, de découvrir la biodiversité en ville, et d’aborder l'alimentation et la consommation durable sous un angle innovant. Des jardins pédagogiques existent déjà dans 350 écoles maternelles et élémentaires de la capitale. Il reste désormais à équiper un peu moins de la moitié des établissements et à compléter ou améliorer les jardins existants. Outre les enfants, le projet associe la communauté éducative et les associations, sur le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire.

Point d'étape sur la réalisation du projet

80 écoles ont d’ores et déjà été livrées et 250 restent à équiper. La deuxième livraison est prévue pendant les vacances d’été. Ainsi, l’ensemble des kits de jardinage sera livré avant la fin de l’année 2015.

Du vert près de chez moi

« Du vert près de chez moi », c'est quoi ?

En juillet 2014, l’Exécutif parisien lançait l’appel à propositions « Du vert près de chez moi », invitant les Parisiens à recenser les lieux qui pourraient accueillir de la végétalisation au plus près de chez eux : mobilier urbain, murs, espaces délaissés, etc., conformément à l’objectif de mandature de créer 200 points végétalisés de proximité.

Plus de 1500 contributions ont été déposées via l’application DansMaRue, le 3975, le site paris.fr et les mairies d’arrondissements entre juillet et septembre 2014. Cette participation record démontre la forte attente des Parisiens en matière de végétalisation de proximité. Enfin, chaque mairie d’arrondissement a pu, sur cette base, continuer à mener une concertation localisée jusqu’à la fin de l’année 2014 afin de poursuivre le recensement des contributions des habitants et ajouter le cas échéant de nouveaux projets.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Parmi les 1500 propositions, 209 points de végétalisation ont été retenus. Pour sélectionner les projets, la Ville de Paris a privilégié, pour chaque arrondissement, les critères de sélection suivants : la faisabilité technique, la priorisation des projets par les mairies d’arrondissements, la répartition par type de projets, la superficie et le nombre d'habitants, la présence d'espaces verts, les projets pouvant faire l’objet d’un entretien participatif et ceux pouvant faire l’objet d’un entretien municipal.

Mercredi 11 février, Pénélope Komitès, adjointe à la Maire chargée des espaces verts, a dévoilé la carte de ces 209 nouveaux points de végétalisation qui verront le jour en 2015. Plantations d’arbres, murs végétalisés, implantations de jardinières en pleine terre, de pots ou de bacs, végétalisation de pied d’arbres : ils contribueront à l’émergence d’un nouveau modèle urbain, où la place de la nature en ville n’est plus seulement cantonnée dans les parcs, les jardins et les bois, pour s’étendre partout dans l’espace public. Cette démarche inédite, en plus d’améliorer le cadre de vie des habitants, de renforcer le lien social, les mécanismes de solidarité et le vivre ensemble, constitue une réponse concrète aux défis environnementaux en favorisant la préservation et le développement de la biodiversité.

Le permis de végétaliser

Et si on mettait encore plus de vert près de chez nous ? À votre tour, devenez acteur de la végétalisation de Paris en cultivant votre quartier !

Si vous rêvez d’installer une jardinière au coin de votre rue et d’y faire pousser vos tomates, d’investir un pied d’arbre pour y semer vos fleurs, de végétaliser un mur, un potelet… Alors le permis de végétaliser est fait pour vous ! Il vous permet d’identifier le lieu de votre choix, et surtout, de vous occuper vous-même de ce petit bout de jardin inédit.

Composter à Paris : mode d'emploi

30% des déchets produits par un ménage parisien seraient des déchets organiques qui sont aussitôt envoyés à l’incinération. Composter, cela permet de recycler ses déchets organiques, et de produire naturellement de l’engrais pour nos plantations… Oui, mais à Paris, comment fait-on?

Guide des plantes natives du Bassin parisien

Jusqu'à aujourd'hui, les plantes régionales ou indigènes étaient rarement utilisées et plantées dans les espaces verts parisiens et étaient donc méconnues des usagers. Elles sont pourtant esthétiques et jouent un rôle capital, car elles attirent toute une faune.

Pour inciter les professionnels de la direction des Espaces verts et de l'Environnement (jardiniers, paysagistes...) à les utiliser dans les jardins et l'espace public, le service des Sciences et Techniques du Végétal à mis en place différents moyens de sensibilisation, dont ce guide.

Le Guide des plantes natives du Bassin parisien présente les 145 plantes indigènes d'Île-de-France produites au Centre de Production horticole en 2013/2014. L'objectif est de sensibiliser les utilisateurs aux caractéristiques de ces plantes et de donner des indications sur la manière de les utiliser.


Dernière mise à jour le mercredi 24 mai 2017
Crédit photo : Jean-Pierre Viguié / Mairie de Paris

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.