Réduire ses déchets

Retrouvez le nouveau Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés (PLPDMA) mais aussi des conseils utiles pour réduire vos déchets, limiter le gaspillage alimentaire ou composter vos biodéchets.

Testez vos connaissances et luttez contre le gaspillage alimentaire avec notre quiz.

Paris s'engage dans la réduction des déchets

logo paris Antigaspi

En cinquante ans, la poubelle des ménages a doublé de volume à Paris. Cette évolution s'explique par l'apparition de nouveaux produits sur le marché et l'évolution de nos habitudes de consommation. Les actions de prévention doivent intervenir au cours de la vie d'un produit, avant que celui-ci ne devienne un déchet. 

Depuis plus de 10 ans, la Ville de Paris s'est engagée dans les actions de réduction des déchets ménagers et assimilés, formalisées à travers différents documents stratégiques et de planification.

Paris n'a pas attendu l'obligation légale de 2012 d'organiser la réduction des déchets pour lancer son premier Plan de Prévention des Déchets (PPD) (2006-2010). Ce premier plan avait permis de réduire de 6,3 % la production de déchets ménagers par Parisien entre 2006 et 2010.
Entre 2011 et 2015, un Programme Local de Prévention des Déchets (PLPD) a  été mis en place et a atteint ses objectifs. Les quantités d’Ordures Ménagères et Assimilés (OMA) ont été réduites de 7% entre 2009 et 2015, ce qui correspond à une diminution de 31 kg de déchet par habitant.

Le nouveau Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés (PLPDMA)

Un document réglementaire et obligatoire

Le nouveau Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés (PLPDMA), approuvé au Conseil de Paris en novembre 2017, succède au Programme Local de Prévention des Déchets (PLPD).

Si les précédents plans étaient d’engagement volontaire, le nouveau PLPDMA est un document réglementaire et obligatoire, devant respecter le décret du 10 juin 2015.

Ce nouveau programme doit respecter l’objectif national fixé par la Loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte (TECV) du 17 août 2015  pour permettre une réduction de 10% des Déchets Ménagers et Assimilés (DMA) entre 2010 et 2020.

Ainsi, l’objectif de réduction de 10% ne porte pas uniquement sur les poubelles des ménages parisiens, mais également sur les déchets occasionnels dont les encombrants (collectés en porte à porte ou apportés en espace tri) tels que:

  • les meubles
  • les équipements électriques et électroniques (machines à laver, lave-vaisselle, ordinateur...)

L'enjeu du PLPDMA est d’inciter tous les acteurs à ne plus gaspiller les biens de consommation, mais à adopter une consommation responsable et avoir recours au réemploi et à la réutilisation. Fini le Gasp, stop au tout jetable, place au durable!

Les enjeux du PLPDMA

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Le rôle de la commission consultative d’élaboration et de suivi (CCES)

La révision du PLPDMA parisien a été réalisée en conformité avec le décret du 10 juin 2015, précisant différentes modalités, dont la création d’une commission consultative d’élaboration et de suivi (CCES).

Cette commission a été consultée à chaque étape clé de la révision du PLPDMA et sera réunie à minima une fois par an, lors de la présentation du bilan annuel de la mise en œuvre du plan d’actions.

A la suite des phases de diagnostic et de concertation, la Ville de Paris a élaboré un projet de PLPDMA, comprenant le plan d’actions pluriannuel. Ce projet a été approuvé à l’unanimité par les membres de la CCES le 23 mai 2017.
Conformément aux dispositions du décret du 10 juin 2015, le projet de PLPDMA, ainsi qu’une synthèse de quatre pages, ont été mis à disposition du public, en version numérique, sur le site de Paris.fr, du 19 juin au 15 juillet 2017.

L’ensemble des observations du public et des propositions de réponses et de modifications du projet de PLPDMA ont été soumis à l’avis des membres de la CCES le 21 septembre 2017, et adoptés à l’unanimité par ces derniers.
Le projet de PLPDMA amendé a ainsi été présenté au Conseil de Paris de novembre 2017.

Conformément au décret du 10 juin 2015, vous pouvez consulter la synthèse de l’ensemble des observations du public, ainsi que les motifs de la décision de la Ville de Paris sur la prise en compte de ces observations.

Les déchets les plus présents

Lancées lors du précédent Programme Local de Prévention des Déchets (PLPD), des campagnes de caractérisation des poubelles des ménages parisiens sont effectuées tous les deux ans par la Mairie de Paris.

Les déchets les plus présents sont:

  1. les emballages (plus du tiers)
  2. les aliments (plus de 22%)
  3. les papiers (plus de 13%)

Il demeure également une part notable de textiles et de biens potentiellement réemployables (livres, CD, jouets etc.), auxquels s’ajoutent les encombrants des ménages (meubles, équipements électriques et électroniques).

Ainsi, le PLPDMA comprend 20 actions réparties en six axes, portant essentiellement sur ces cinq typologies de déchets les plus présents:

  1. emballages
  2. aliments
  3. papier, journaux et magazines
  4. textiles, linges et chaussures
  5. déchets occasionnels, dont les encombrants

Les six axes d'action du PLPDMA

1) Le premier concerne la lutte contre le gaspillage alimentaire, et correspond au Plan stratégique de lutte contre le gaspillage alimentaire 2015-2020, adopté au Conseil de Paris de novembre 2015, visant à réduire la production de déchets alimentaires.

2) Le deuxième concerne la gestion de proximité des biodéchets, et correspond au Plan Compost parisien 2016-2020, adopté au Conseil de Paris de janvier 2017, visant à réutiliser les déchets alimentaires produits, quand ceux-ci n’ont pas pu être évités.

3) Le troisième concerne les actions permettant de donner une seconde vie aux déchets occasionnels, en mobilisant les actions sur les Textiles, Linges et Chaussures (TLC) et les déchets occasionnels dont les encombrants, via des actions de réemploi, réutilisation et réparation.

4) Le quatrième concerne la mise en place et le développement d’actions emblématiques favorisant la réduction des déchets, notamment celles sur les imprimés publicitaires et les emballages, celles initiés dans les entreprises et celles se développant dans les évènements organisés à Paris.

5) Le cinquième concerne la sensibilisation de tous les acteurs, et porte donc sur la communication adressée au public sur les enjeux de la prévention des déchets, ainsi que sur la communication des actions menées par les partenaires et relais locaux sur ces questions.

6) Le sixième porte sur la collectivité parisienne et ses actions exemplaires, afin de réduire sa production de déchets générés par ses activités (déchets bureautiques, déchets verts, déchets de ses chantiers etc.).

Un document stratégique pleinement intégré dans les enjeux de Paris

Contrairement aux précédents documents parisiens de planification sur la prévention des déchets (PPD et PLDP), le nouveau PLPDMA est un document réglementaire de planification, sans durée limitée et donc permanent, modifiable ou révisable.

En incitant à une production et à une consommation responsable des biens de consommation, le PLPDMA fait partie intégrante des enjeux d’économie circulaire de la Ville de Paris, qui a adopté son premier Plan Economie Circulaire en juillet 2017.

Cependant, contrairement à ce document d’ordre plus général, le PLPDMA porte uniquement sur les déchets collectés dans le cadre de la mission de service public de gestion des déchets à Paris et donc les déchets produits par les ménages parisiens et les assimilés. Il ne porte donc pas d’actions sur les déchets du BTP ou des entreprises.

Il intègre les objectifs de réduction et de réutilisation des biodéchets, et à ce titre, il constitue le document cadre du Plan stratégique de lutte contre le gaspillage alimentaire 2015-2020, ainsi que du Plan Compost parisien 2016-2020.

L'Observatoire de la réduction, du réemploi et du recyclage des déchets

Le PLPD s’est appuyé sur l’Observatoire de la réduction, du réemploi et du recyclage des déchets, dit O3R, qui a pour vocation d’animer et de mobiliser un réseau d’acteurs de la gestion des déchets (structures de démocratie locale, acteurs économiques, services publics).

L'Observatoire Réduction Réemploi Recyclage, O3R, est un lieu de réflexion, concertation et décision sur tous les aspects de la prévention des déchets (production, distribution, consommation).

L'O3R a été créé en 2010 à l'initiative de François Dagnaud, alors Adjoint au Maire de Paris, chargé de la propreté et du traitement des déchets, qui souhaitait réunir tous les acteurs de la prévention des déchets dans une même instance.

Missions

- Mettre en cohérence et en visibilité toutes les actions déjà expérimentées sur le territoire parisien en terme de réduction des déchets.

- Conduire une politique globale "3R", fondée à la fois sur la priorité de la réduction des déchets et du réemploi tout en renforçant les efforts pour améliorer le recyclage.

- Faire vivre un réseau d'échanges et de concertation avec l'ensemble des acteurs.

- Compiler les données et les indicateurs de suivi.

Composition

L'O3R est composé de représentants de la Mairie de Paris, des mairies d'arrondissement, de représentants institutionnels et de la société civile.

Il est organisé autour de deux entités composantes :

Le Comité de suivi est une commission consultative, lieu d'échange et de concertation entre la Ville de Paris et l'ensemble des acteurs sur le territoire : institutions (dont l'ADEME, la Région Île-de-France, le SYCTOM -agence métropolitaine des déchets), services publics, entreprises, associations, administration, mairies d'arrondissement, instances de démocratie locale, experts, professionnels des déchets, etc....

Il émet des avis sur le bilan des actions conduites et sur d'éventuelles orientations. Il formule des propositions concernant les actions à réaliser.

Le Comité stratégique est l'instance décisionnelle chargée d'orienter la politique "3R" de la Ville, de la valider et de l'évaluer. 

Toutes les actions 

Une administration éco-exemplaire

La Ville de Paris est profondément engagée pour la transition vers une économie vertueuse et créatrice d'emplois. Elle développe et soutient les initiatives d'économie circulaire sur son territoire, tout en transformant son propre fonctionnement pour encourager ses habitants à s'engager en faveur de l'économie circulaire.

En 2013, toutes les mairies d'arrondissement ont désigné un interlocuteur unique pour la mise en œuvre au quotidien du Programme Local de Prévention des Déchets.

Les services municipaux participent également à cette démarche:

  • réduction de la consommation de papiers grâce au suivi des usages de ramettes, aux commandes de papiers imprimés, à la politique d'achat de papier éco-conçu et à la dématérialisation des procédures ;
  • collecte séparée des papiers dans les bâtiments équipés de sacs kraft ou de corbeilles de tri ;
  • réutilisation des déchets verts d'élagage et des sapins de Noël en broyat, compostage des déchets verts municipaux ;
  • sensibilisation au gaspillage alimentaire et mise en place de la collecte des biodéchets dans le restaurant administratif de l'Hôtel de Ville ;
  • création d'une bourse au mobilier de bureau pour le réemploi courant entre les directions ou lors de déménagements ;
  • diffusion de fiches de bonnes pratiques de réemploi et de recyclage auprès des responsables logistique ;
  • installation de points de collecte administratifs de piles et de cartouches d'imprimantes en lien avec les éco-organismes ;
  • mise en place de référents déchets chimiques en directions.

En parallèle à ces actions, des sessions de formation à la prévention des déchets sont dispensées aux personnels et les agents de ménage sont formés au tri.

D'autres projets sont à l'étude afin de poursuivre la sensibilisation. Le 11 janvier 2018, la campagne Paris Antigaspi afin de pérenniser et diffuser les bonnes résolutions prises par la Ville de Paris pour lutter contre le gaspillage.

La Charte des événements écoresponsables

La Ville de Paris a décidé de se doter d'une «charte des événements écoresponsables». L’année 2016 a été une année d’application progressive des objectifs de la Charte afin de sensibiliser les organisateurs et le public. Depuis 2017, elle s’applique dans toutes ses modalités.

Cette charte a été rédigée dans la continuité de la COP 21 et du Sommet des élus locaux pour le climat. Elle définit les bonnes pratiques à adopter pour réduire l'impact environnemental d'un événement. 

Des gestes simples pour réduire ses déchets

Un premier objectif de réduction de 7 % de volume de déchets a déjà été atteint par Paris. Le nouvel objectif de Paris est d'atteindre une réduction de 10 % des déchets ménagers et assimilés entre 2010 et 2020.

AvecParis Antigaspi, nous pouvons considérablement changer nos habitudes en adoptant des bonnes pratiques pour diminuer nos quantités de déchets au quotidien.

Quelques actions permettent de réduire ses déchets au quotidien et de préserver son environnement:

  • prendre un panier ou un sac réutilisable pour faire ses courses. Pourquoi utiliser des centaines de sacs plastique par an pour ses courses, alors qu'un cabas fait aussi bien l'affaire ? La durée de vie des sacs jetables est en moyenne de 20 minutes : ils sont très peu réutilisés. Pour en limiter l'emploi, il suffit de les refuser à la caisse, d'avoir toujours un ou deux cabas dans le coffre de sa voiture et un tote-bag pliable dans son sac à main !
  • privilégier les produits à la coupe ou en vrac. Fromages et charcuteries à la coupe, fruits et légumes au détail, légumes secs, céréales en vrac. Il y a de nombreuses manières d'éviter les emballages superflus et de conserver les aliments dans des boîtes hermétiques à la maison. En plus de produire moins de déchets, les produits à la coupe ou en vrac sont le plus souvent moins coûteux...
  • préférer les produits conditionnés en format "familial", choisir des produits avec peu d'emballages ou utiliser des recharges. Il est préférable de choisir les produits grands formats qui ont moins d'emballage. Autre avantage, un produit qui comporte moins d'emballage est souvent plus économique. Utiliser les éco-recharges permet de diminuer la quantité d'emballages de 50 à 70% par rapport aux produits classiques et d'économiser ainsi les matières premières nécessaires à la fabrication des emballages.
  • éviter les produits jetables tels que lingettes, serviettes en papier...
  • utiliser des piles rechargeables ou mieux, des appareils sans piles. Ces dernières permettent de diminuer le rejet de produits polluants, d'éviter de consommer des ressources naturelles rares et de faire des économies. Lorsque c'est possible, il est préférable de brancher ses appareils directement sur le secteur. Déposer les piles usagées et les accumulateurs en panne dans les points de collecte disposés chez les commerçants ou en déchetteries (Espaces tri) permet de récupérer les métaux lourds qu'ils contiennent.
  • je fais réparer. Pourquoi se débarrasser d'un bien (appareil, vélo...) qui ne fonctionne plus quand il n'y a qu'une seule pièce à changer ? Une simple réparation permet souvent de remettre un appareil ménager en état de marche. Cela évite un nouvel achat et permet une économie de matière première.
  • je limite mes impressions. Est-il absolument nécessaire d'imprimer un document ? Si oui imprimer recto-verso, ou utiliser le verso comme brouillon, n'imprimer que ce qui est nécessaire et privilégier l'envoi d'e-mails.
  • je choisis de la vaisselle réutilisable pour les repas en plein air. Les assiettes et couverts à usage unique surchargent inutilement les poubelles. Pourquoi ne pas investir dans de la vaisselle réutilisable à de multiples occasions. C'est pratique, facile d’entretien, très tendance et plus agréable.
  • mettre un "Stop Pub" sur sa boîte aux lettres. Vous ne lisez jamais les prospectus, et si vous choisissiez de ne plus en recevoir? Mettre un Stop Pub sur sa boîte aux lettres est un geste simple. Il permet non seulement de ne plus recevoir de prospectus indésirables mais également d'économiser le papier. 

  • et quand on déménage, que peut-on faire? Pour répondre à cette question, l’association cartonplein75 a réalisé un guide «Déménager autrement à Paris» qui présente une liste non exhaustive d’associations et d’entreprises collectant toutes les affaires dont vous n’avez plus besoin, en état, ou en moins bon état. Le vieux mobilier, la vaisselle, vos vêtements délavés, le mixeur ou la lampe qui traîne dans le grenier : tout a un lieu d’accueil! 

Comment réduire ses emballages

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Comment réduire ses déchets alimentaires

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

comment réduire sa consommation de papier

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Mettons fin au gaspillage des textiles

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Comment se débarrasser de ses déchets occasionels

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Le plan de lutte contre le gaspillage alimentaire 2015- 2020

Le gaspillage existe à tous les niveaux de la chaîne: production, transformation, distribution et consommation. 

Infographie gaspillage alimentaire (carré)

La Ville a adopté en 2015 un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire et met en place des actions concrètes sur le sujet.

Depuis 2013, Paris est également signataire du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire.

59.000 tonnes: c'est la quantité impressionnante de nourriture encore emballée et propre à être consommée qui est jetée chaque année à Paris.  Avec 26 kilos chacun, les Parisiens jettent même trois fois plus que le reste des Français!

Pour lutter contre le gaspillage, la mairie a adopté un plan de 13 mesures concrètes en décembre 2015. Parmi les engagements:

  • favoriser les magasins qui vendent en vrac
  • engager les restaurants de la collectivité dans des actions anti-gaspillage
  • développer des stands sur les marchés pour les invendus

Objectif: réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025!

La Ville de Paris lutte contre le gaspillage alimentaire en initiant  également des actions concrètes:

  • un brunch AntiGaspi a été organisé à l'Hôtel de Ville 
  • un kit de communication pour sensibiliser chacun au gaspillage alimentaire a été créé  en 2017 et des opérations sont menées auprès du public et des commerces de proximité.
Visuel gaspillage
Le Pacte du Grand Paris pour l’économie circulaire

Lors des États généraux de l’économie circulaire, Paris et 14 collectivités métropolitaines ont signé, en septembre 2015, un Pacte du Grand Paris pour l’économie circulaire.
La Ville de Paris et les collectivités métropolitaines s'engagent à mettre en œuvre rapidement des actions concrètes de lutte contre le gaspillage alimentaire:

  • en agissant au niveau de la restauration collective des équipements publics et des administrations par la sensibilisation du public
  • en favorisant les actions de redistribution alimentaire et de valorisation des biodéchets

Que faire au quotidien pour limiter le gaspillage alimentaire?

  • Il suffit parfois d'un peu d'organisation au moment des courses ou quand vous préparez vos menus pour limiter considérablement les pertes, n'acheter que les bonnes quantités pour éviter de jeter des aliments non consommés.
  • Consommer en priorité ce qui se périme vite et ranger votre réfrigérateur en mettant au fond ce qui dure le plus longtemps et devant ce qui est le plus périssable rapidement.
  • Faire la différence entre la DLC, date limite de consommation, et la DLUO, date limite d'utilisation optimale, mentionnées sur les produits. La DLC concerne les produits les plus fragiles et indique la date après laquelle il est interdit de commercialiser le produit. C'est également la date à respecter pour le consommer. En revanche, tous les aliments secs ou en conserves peuvent être consommés après la DLUO.
  • Prendre l'habitude d'accommoder les restes.
  • La Fédération française de cuisine (FFCA) organise de nombreux cours de cuisine gratuits qui mettent l'accent sur la sensibilisation au gaspillage sur les marchés alimentaires parisiens en partenariat avec la Mairie. 
Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Engagez-vous dans la lutte anti-gaspi!

En 2017, Paris a soutenu 22 structures qui luttent contre le gaspillage alimentaire tout en créant du lien social. En 2016, 19 structures avaient déjà été soutenues.

Découvrez ces associations et engagez-vous après d’elles si vous voulez poursuivre votre engagement anti-gaspi!

Restaurants associatifs- transformation d'invendus et aide alimentaire

Séléctionnez un arrondissement :

1e arrondissement de Paris

Transformation d'invendus et aide alimentaire
Les Restaurants du Cœur - Les Relais du Cœur de Paris

L'association assure la distribution de colis alimentaires à travers sept centres de distribution dans Paris, et propose également des repas chauds tous les soirs dans ses quatre camions et ses quatre centres de distribution. C’est l’Atelier et Chantier d’Insertion (ACI) des Restaurants du Cœurs qui assure la réception, la remise en température puis la livraison des repas chauds nécessaires. 2.000 repas sont ainsi distribués par soir.

L’association souhaite incorporer des invendus alimentaires dans les repas proposés au sein de ses centres de distribution de repas chauds (1er, 13e, 19e et 20e) qui viendront compléter les plats livrés par l’ACI.

Cantine solidaire & ateliers de cuisine anti-gaspi sur le site des Grands Voisins dans le 14ème

Intermédiaires logistiques, ramasses et redistribution d'invendus

Linkee est une application participative qui vient en aide à ceux qui ont faim en agissant contre le gaspillage alimentaire. Grace à cette application, chaque citoyen géolocalise des surplus alimentaires disponibles dans un magasin à proximité (artisans, traiteurs et supermarchés partenaires) Ces surplus ont été conditionnés par Linkee dans des sacs spécifiques. En suivant l’appli, chaque utilisateur peut décider de prendre en charge un sac, c’est à dire de le transporter, en moins de 30 minutes, vers une association partenaire venant en aide aux plus démunis (Les Restos du Coeur, le Secours Populaire, Emmaüs, Aurore et bien d’autres). A pieds, à vélo ou en métro, chacun participe à la solidarité avec son mode de transport privilégié.

Chaque jour, des milliers de repas sont ainsi redistribués grâce aux Parisien(ne)s équipés de l’appli Linkee. En sauvant de la poubelle des produits frais et de bonne qualité, nous participons à une ville intelligente, solidaire et sobre en ressource.

Livreurs d'Espoir

L'association Livreurs d'Espoir, créée en février 2017, développe une activité de collecte d’invendus alimentaires auprès de commerces parisiens, afin de les redistribuer auprès d'associations caritatives.

Il s’agit principalement d’associations qui organisent des repas partagés et des petits déjeuners et qui n’ont pas la capacité d’effectuer des ramasses alimentaires. À raison d’une collecte équivalente à 400 repas par semaine, ce projet permettra de revaloriser 17 tonnes d’invendus alimentaires par an.

Créée début 2017, l’association Equovento a lancé une activité de ramasse de surplus récupérés à la suite d’événements traiteurs de « standing ». Ce gisement important de surplus est actuellement peu couvert. Les produits collectés sont ensuite donnés à des associations d'aide alimentaire qui les redistribuent le soir même. L’association s’est développée sur le modèle d’une association italienne aujourd’hui présente dans 5 villes, et qui a déjà couvert plus de 500 événements.

Créée en novembre 2016, l'association Pâtisseries Solidaires procède à la récupération de pâtisseries dans une dizaine d’enseignes d’excellence qui sont ensuite redistribuées à des associations caritatives à Paris et en Île-de-France .

L'association "Marché sur l'Eau" promeut une consommation locale et de saison en assurant la distribution, en circuit court, des produits d’une quinzaine de producteurs d’Île-de-France (du 77 et 95) acheminés en bateau via le canal de l’Ourcq. Cette activité contribue à la lutte contre le gaspillage alimentaire par le mode d’acheminement fluvial, moyen de transport doux qui réduit la part de produits abîmés, par le choix d’accepter tous critères de calibrage de marchandises, ce qui permet aux producteurs de ne pas jeter une partie de leur production, et par la diminution des intermédiaires qui réduit le risque de pertes.

Afin d'optimiser son activité, l’association opère à la transformation de son bateau en l’équipant d'un moteur électrique et en allongeant sa surface. Cette transformation permettra également de mettre en place une activité de transport des bio-déchets des commerçants et restaurateurs parisiens vers les agriculteurs, afin d’éviter un retour à vide du bateau.

Excellents Excédents, entreprise de l'économie sociale et solidaire créée en septembre 2016, propose une offre de restauration «antigaspi» issue d'excédents de production de la restauration collective. Les excédents sont collectés auprès de différentes cuisines centrales, acheminés jusqu'à un entrepôt frigorifique où des repas sont allotis en fonction des commandes des clients. Ces repas sont destinés à des associations d'aide alimentaire qui accueillent des personnes démunies, ainsi qu'à toute structure qui ne dispose pas de cantine (dont des espaces de coworking et des PME). Au cours de sa première année d'activité, Excellents Excédents projette de fournir 125.000 repas et de valoriser ainsi 65 tonnes d'excédents.

L’association "Espaces", qui anime 14 chantiers d'insertion en écologie urbaine et gère 23 jardins solidaires en Île-de-France, s’est engagée dans des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire dans le cadre de l’animation du jardin solidaire Hérold, situé au cœur du quartier prioritaire Danube-Solidarité-Marseillaise (19e). Il s’agit notamment de la collecte d’invendus sur les marchés alimentaires, de l’organisation d’ateliers «Cuisiner les restes des frigos» et d’activités de transformation d'invendus.

En 2016, l'association a récolté 1,2 tonne d’invendus à raison de 100 kilos par mois, et estime pouvoir collecter 2 tonnes pour l’année à venir.

L'association "Les Eco- Charlie", créée en février 2016, organise des collectes piétonnes d’invendus dans des supermarchés bios du 2e arrondissement et redistribue les produits auprès des bénévoles membres de l’association. Avec l’aide de 50 bénévoles actifs, et l’achat de nouveau matériel de collecte, l’association a pour objectif de participer à la ramasse et à la valorisation locale de 9 tonnes d'invendus alimentaires par an. Animations à base d'invendus alimentaires et expérimentations.

L'association "Disco Soupe" organise régulièrement à Paris les événements «Disco Soupe», repas collaboratifs à base d’invendus alimentaires, préparés en musique et proposés dans des lieux publics ouverts à tous. En particulier, l’association organise à proximité de la Porte de la Chapelle (18e), des Disco Soupes destinées aux populations de migrants présents localement. Depuis décembre 2016, cinq de ces « Disco Fugees » ont déjà eu lieu et ont permis la préparation et la distribution gratuite ou à prix libres de plus de 500 repas au total. L’association projette de valoriser ainsi jusqu'à 200 kilos d'invendus par édition, soit 10 tonnes par an, à raison d’une édition par semaine.

L'association "Moissons Solidaires" effectue des ramasses hebdomadaires de fruits et légumes invendus sur quatre marchés alimentaires de l'est parisien (dans le 11e, 19e et 20e). À chaque édition, 500 kilos à 1 tonne de fruits et légumes sont redistribués en fin de marché. En plus de redistributions de produits en l’état, l’association souhaite mettre en place des animations ludiques de préparation de jus grâce à des « Vélo Mixeurs », et acquérir un vélo triporteur pour livrer les surplus qui n’ont pas trouvé preneurs à des associations partenaires qui pourront les transformer.

L’association "Zone-AH" est spécialisée dans l'agriculture et le métabolisme urbain. Elle porte le projet « ZéBU L’Écosystème des Brasseries Urbaines » qui vise la création d'une filière économique de gestion des déchets des brasseries urbaines franciliennes (notamment les drêches, résidus de malt ayant des propriétés nutritives). L’association souhaite mettre en place une plateforme afin de tester la mutualisation de la collecte, du stockage et de la valorisation des drêches. La valorisation des drêches passera par la méthanisation, la transformation en substrat de culture, mais également par la transformation pour l’alimentation humaine. Un potentiel de 500 tonnes de drêches est valorisable à terme.

Expliceat porte un projet de production de biscuits dont la farine est intégralement remplacée par de la poudre de pain dur, baptisés « cookies évadés ». La structure souhaite implémenter à Paris trois sites pilotes de production des « cookies évadés », en les équipant d’outils de transformation spécialement conçus pour réduire le pain en poudre pour des volumes importants. L’objectif de cette expérimentation est de permettre la démonstration in situ de la viabilité de cette opération, afin d’inciter ensuite les professionnels détenant des surplus de pain à fabriquer eux-mêmes des cookies à partir de la poudre du pain dur.

L’association "À Table Citoyens", créée en 2012 est spécialisée dans des actions de sensibilisation à l’alimentation responsable. Elle accompagne actuellement le projet «Re-Belle» qui consiste à transformer des fruits et légumes, issus de surplus de la grande et moyenne distribution, en confitures de qualité avant de les commercialiser dans une trentaine de points de ventes et lors d’événements ou de marchés. L’association souhaite professionnaliser cette activité, et projette d’atteindre une production hebdomadaire de 2.600 pots de confitures, ce qui permettrait de revaloriser 50 tonnes de fruits et légumes par an.

Disco Soupes destinées aux migrants de Porte de la Chapelle dans le 18ème : Les Disco Fugees

Le Plan Compost parisien 2016- 2020

Lors du Conseil de Paris de juin 2014, la Ville s'est engagée dans une stratégie "Zéro déchet" ayant pour objectif de mettre fin à l'enfouissement et à l'incinération des déchets pouvant être valorisés autrement.

Cette stratégie se traduit par des actions à porter auprès des Parisien.ne.s afin de réduire les quantités de déchets alimentaires jetés d'abord en diminuant le gaspillage alimentaire, puis en valorisant ces déchets alimentaires.

Le Plan Compost propose les orientations pour mobiliser l'ensemble des acteurs : état des lieux du compostage à Paris, stratégie et objectifs du Plan Compost, actions du Plan Compost.

Image Plan-Compost-Parisien-2016-2020

Composter ses biodéchets

À Paris, les déchets organiques représentent encore 22 % des ordures ménagères du bac à couvercle vert. Composter ses biodéchets permet de recycler ses déchets de cuisine et de jardin et de produire naturellement de l’engrais pour les plantations.

En triant et valorisant ses biodéchets à la source grâce au compostage, on peut réduire de 77 kg le poids de déchets produits par an par habitant!

Le compostage, comment ça fonctionne?

Les déchets de cuisine et de jardin sont déposés dans un bac réservé à cet effet: le composteur.
Au fil du temps, grâce à l’humidité, à l’ajout de matière sèche et au travail des petites bêtes qui se nourrissent de la matière pour se développer, ainsi qu'au brassage régulier du composteur: les déchets se décomposent pour se transformer en compost.

Le compost naturel produit se réutilise sous forme d’engrais gratuit pour ses plantes d’appartement ou comme terreau fertile pour les jardinières. On peut également contribuer à végétaliser les espaces verts communs.

Quels déchets composter?

  • épluchures de fruits et légumes
  • restes alimentaires
  • coquilles d’œufs
  • marc de café, sachets de thé
  • filtres en papier
  • essuie-tout
  • cartons salis à déchiqueter
  • plantes d’intérieur
  • feuilles mortes
  • fleurs fanées
  • résidus végétaux…

Certains déchets alimentaires et de maison ne peuvent pas être compostés:

  • les agrumes
  • l’ail et l’échalote (qui sont des vermifuges)
  • les corps gras (huile, beurre…)
  • les noyaux
  • les viandes et les poissons 

Comment composter à Paris ?

La Ville de Paris propose un guide expliquant toutes les solutions existantes pour composter à Paris, ainsi que ses dispositifs d’accompagnement.

Le compostage collectif en pied d'immeuble

En 2010, la Ville de Paris a lancé une opération de compostage en pied d'immeuble dans le cadre du plan de prévention des déchets et du plan régional d'élimination des déchets ménagers. 

En 2012, la Ville a complété ce dispositif en proposant le lombricompostage collectif, qui offre la possibilité aux candidats ne disposant pas d'espace vert de participer à l'opération.

En décembre 2016, 256 copropriétés, 186 écoles et 35 sites administratifs se sont engagés à composter leurs déchets accompagnés par la Ville.

Comment installer un composteur collectif ?

Les copropriétés privées, les immeubles ou ensembles gérés par un bailleur social ou privé, les établissements publics (écoles par exemple) et institutionnels peuvent se porter candidat au compostage collectif.

- habiter à Paris

- pour le compostage collectif en bacs : disposer d'un emplacement de quelques mètres carrés (minimum 5 m²) pour installer les composteurs (bacs dans lesquels se fait le compost) un peu à l'écart des ou de l'immeuble(s). Les composteurs doivent également être posés sur la terre, afin que les déchets puissent entrer en contact avec les micro-organismes du sol et les petites bêtes détritivores responsables de leur transformation en compost.

- pour le lombricompostage collectif : la présence d'espace vert n'est pas nécessaire, car la transformation en compost n'est pas due au contact avec le sol, mais à l'action de vers directement déposés dans le lombricomposteur.

- disposer de débouchés suffisants (espace vert, plantes d'appartement...) pour l'utilisation sur place du compost

- être un nombre suffisant de foyers motivés pour participer, une dizaine par site volontaire. Parmi eux, trouver une (ou plusieurs) personne(s) référente(s), bénévole(s) motivée(s) chargée(s) de l'animation et du suivi du compostage ou lombricompostage. Cette / ces personnes bénéficiera (ront) d'une formation de "guide composteur".

- obtenir l'accord du syndic ou du bailleur et de l'assemblée des copropriétaires ou de l'association des locataires, s'il en existe une.

Les candidats s'engagent à ne mettre que des biodéchets (fruits et légumes-abîmés, ou coupés en morceaux, épluchures, sauf les agrumes et leurs épluchures trop acides pour être compostables-, coquilles d'oeufs pilées, filtres avec marc de café, marc ou sachet de thé, de tisane, fleurs, plantes fanées), à l'exclusion de restes de viande, poisson, fromage ou pain qui peuvent attirer les animaux.

- première sélection sur dossier par la Direction de la propreté et de l'eau ;

- diagnostic du site candidat (faisabilité technique, degré d'acceptation par les habitants, nombre suffisant de volontaires, accord de la copropriété ou du bailleur) réalisé sur place par un cabinet spécialisé chargé de l'ensemble du projet. À l'issue de ce diagnostic, seront proposées les solutions possibles pour le site candidat : compostage collectif ou lombricompostage collectif. Seront également arrêtés en concertation le dimensionnement des équipements (les bio seaux, le nombre et le type de bacs de 400 et de 600 litres : bois ou plastique - pour le compostage - plastique uniquement pour le lombricompostage et leur emplacement) ;

- validation par la Mairie des sites retenus.

- Organisation d'une réunion de lancement et d'explication du projet à l'intention des habitants, des volontaires et des représentants (syndic, bailleur, copropriété, association de locataires) de chaque site.

Lors de cette réunion, les foyers volontaires signent une charte d'engagement en échange de leur bio seau. Des outils de communication sont également fournis (guide compostage ou lombricompostage et affiches pour les bacs).

- Une journée formation de "guide composteur" pour la/les personne(s) référente(s)

- Accompagnement (suivi technique du fonctionnement des composteurs et de l'obtention d'un compost de qualité) par un professionnel durant 6 mois en vue d'une pleine autonomie du site.

Pour le compostage :

Les composteurs sont des bacs (en bois ou en plastique recyclé) de 600 litres (pour l'apport et la maturation des déchets de cuisine) et de 400 litres (pour les déchets verts secs : feuilles, fleurs, plantes, herbe, branchage, broyat).

Un outil aérateur en acier est fourni pour aérer le compost dans les bacs à chaque apport de matière organique.

Les bio seaux sont des seaux en plastique, d'un volume de 10 litres, utilisés par les foyers volontaires pour le tri de leurs déchest organiques de cuisine et leur transport jusqu'au bac de compostage ou au lombricomposteur.

Pour le lombricompostage :

Les composteurs sont des bacs (en polyéthylène recyclé) à roulettes qui permettent de composter en intérieur, 400 litres ou 600 litres, selon les besoins. Ils sont livrés avec de la fibre de coco, un matelas d'humidification, et les vers indispensables au processus (5 kg, soit 10 000 vers pour un bac de 400 litres et 7 kg pour un bac de 600 litres).

Les bio seaux sont des seaux en plastique, d'un volume de 10 litres, utilisés pour le tri de leurs déchets organiques de cuisine et leur transport jusqu'au lombricomposteur

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Foire aux questions sur le compostage en pied d'immeuble

Dimensions d'un composteur de 400 L : 740mm de large, 740 mm de long, 840 mm de haut et 0,55m² d'emprise au sol

Dimensions d'un composteur de 600 L : 800 mm de large, 800 mm de long, 1040 mm de haut et 0,64m² d'emprise au sol

La Mairie met en place à compter de juin 2012 un dispositif de lombricompostage collectif.

L'apport de déchets organiques de cuisine dans les parcs et jardins de la Ville n'est pas envisageable pour des questions d'hygiène liées au transport des déchets et de traçabilité des apports.

Le plus souvent oui, mais une simple communication peut suffire.

Si vous avez d'autres questions

Vous pouvez envoyer un courriel à : dpe-compostage@paris.fr

Les composteurs de quartier

Pour que chacun puisse recycler ses déchets alimentaires même s'il n'a pas la place d'implanter un composteur dans son immeuble, Jean-Jacques Fasquel, maître composteur à eu l'idée d'en créer un accessible à tous.
Ce projet, concrétisé en 2014 dans le 12e arrondissement, a été largement plébiscité par les Parisiens lors du budget participatif. 
Aujourd'hui, «Trier au plus près» est un système de recyclage des déchets organiques, qui commence à s'étendre dans la capitale.

Composteur de quartier Paris 12e

De nouveaux composteurs de quartier voient le jour au fur et à mesure dans les arrondissements, n'hésitez pas à contacter les associations qui les gèrent!

Selon les quartiers, les foyers inscrits viennent déposer leurs déchets organiques dans les composteurs en accès libre quand ils le veulent pendant les heures d'ouverture des jardins. Certaines associations organisent une collecte régulière dans les résidences du quartier.

Association qui porte le projet

Adresse du composteur de quartier

Compostaparis

Maison des Associations 181 avenue Daumesnil Paris 12e

Compos'13 J'aime le vert

Square Héloïse et Abélard 22 rue Pierre Gourdault Paris 13e

Folie d'humus - Association Espaces

60 boulevard Lannes Paris 16e

Conseil de quartier Mouton-Duvernet 

20 rue Saillard Paris 14e

Les amis du Jardin de la Félicité 

24 rue Paul Barruel Paris 15e

Conseil de quartier St-Gervais et association Les Jardiniers du 4e

Jardin des Rosiers Paris 4e

Association Graine de partage Jardin Bel-Air

Square Charles Péguy - Rue Rottembourg Paris 12e

Association Le lapin ouvrier

Rue Raymond Losserand Paris 14e

Suivre l'actualité du compostage: le blog

Le blog Compost& vous... à Paris est là pour vous aider si vous souhaitez participer à l'opération de compostage collectif ou si vous vous êtes déjà lancés individuellement. On y retrouve des informations techniques régulièrement complétées par des spécialistes du compostage. Ce blog est avant tout un lieu d'échanges privilégié où partager son expérience, ses résultats et ses projets pour dynamiser le compost et le jardin associé!

Blog Compost&vous à Paris

Le compostage expliqué aux enfants

Un livret pédagogique et pratique a été conçu pour accompagner les enseignants qui installent un site de compostage dans leur école.

Grâce à des séances d'expérimentation et d'observation ludiques, les élèves peuvent découvrir les déchets compostables, étudier la décomposition de la matière jusqu'à sa transformation en compost et l'utiliser pour faire des plantations.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Réemployer: donner une seconde vie à ses objets occasionnels

Vous faites le grand ménage dans votre garde-robe? Votre bibliothèque déborde? Vous avez décidé de changer votre vieux téléviseur ou frigidaire contre un modèle plus récent ? Offrez une seconde vie solidaire à vos objets! 

Les recycleries à Paris

La recyclerie collecte, réemploie et valorise les déchets, elle met en œuvre une action quotidienne et pérenne de sensibilisation et d'éducation au réemploi. En donnant vos objets avant qu'ils ne deviennent des déchets, ils contribuent à créer des emplois et, une fois remis en état, ils serviront à d'autres personnes!

Testez vos connaissances à l'aide du quiz AntiGaspi créé par la Ville:

Déposer et acheter solidaire à Paris: toutes les cordonnées des recycleries 

N'hésitez pas à téléphoner avant de vous rendre sur place: les jours et les horaires d'ouverture peuvent varier, ainsi que les objets acceptés!

Séléctionnez un arrondissement :

10e arrondissement de Paris

Association La Textilerie

22 rue du Château Landon 75010 Paris

contact@latextilerie.fr

Tel : 01 40 35 77 14

Ouverture du mercredi au vendredi et tous les premiers samedis du mois entre 12h et 18h

Chiner et donner une seconde de vie à ses vêtements. Cours et atelier : apprendre à réparer et fabriquer des vêtements

Les conteneurs à textiles sur la voie publique

Ne jetez pas vos vêtements, foulards, gants et bonnets, draps et serviettes, nappes et mouchoirs, chaussures de ville et de sport, tongs et sandales..., même usés, ils peuvent servir et être valorisés!

Trois opérateurs de la collecte des textiles, Le Relais 75, Le Relais Val-de-Seine et Ecotextile, mettent à votre disposition plus de 200 conteneurs sur le territoire parisien.

Les textiles, linges et chaussures déposés sont ensuite triés, et soit revendus pour être réemployés, soit recyclés.

Et quand on déménage, que peut-on faire?

Pour répondre à cette question, l’association Carton plein 75 a réalisé un guide «Déménager autrement à Paris» qui présente une liste non exhaustive d’associations et d’entreprises collectant toutes les affaires dont vous n’avez plus besoin, en état, ou en moins bon état. Le vieux mobilier, la vaisselle, vos vêtements délavés, le mixeur ou la lampe qui traîne dans le grenier : tout a un lieu d’accueil! 

    Vous avez une demande ?

    Contactez le service concerné en utilisant ce formulaire :

    Accéder
    Dernière mise à jour le vendredi 18 mai 2018
    Crédit photo : Service des canaux

    Restez connecté

    La newsletter

    Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

    Je m'abonne

    Paris j'écoute

    Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.