Comment Paris lutte contre les rats

Paris, comme de nombreuses métropoles, fait actuellement face à une présence accrue de rats dans ses rues et dans ses espaces verts. La Ville a mis en place en 2017 un plan d’action à grande échelle pour les éradiquer. Comment signaler la présence d'un rat et quels réflexes adopter pour limiter leur nombre ? 

Toutes les villes du monde comptent une importante population de rats, qui vit généralement en sous-sol. Leur rôle peut s’avérer utile, puisque les rats consomment une partie des déchets qui circulent dans les égouts : ils contribuent ainsi, à leur manière, au nettoyage des réseaux d’assainissement.

Un plan ciblé pour réduire fortement la présence de rats dans Paris

Afin d’enrayer l’augmentation récente de ces rongeurs dans l’espace public parisien, un plan d’action doté d'un budget de 1,5 million d'euros est déployé sur le territoire. Si l'éradication complète de ces rongeurs s’avère impossible, l’objectif de la Ville est donc de réduire significativement  leur présence en:

  • empêchant les rats de sortir des égouts,
  • éliminant progressivement les rats dans les parties en sous-sol des immeubles et dans les zones faisant l’objet de travaux,
  • ciblant drastiquement la population de rats indépendants des égouts, vivants en surface.
  • en clôturant les zones les plus touchées des parcs et jardins de la ville et en expérimentant l'installation de nouveaux pièges sans risque pour l’environnement.

Que fait la Ville de Paris pour régler ce problème ?

Les élus parisiens ont adopté en 2017 un plan d’action à grande échelle pour réduire le nombre de rats dans les rues de Paris. Ce plan est doté d’un budget de 1,5 million d’euros.

Il se traduit de cinq manières :

  • multiplier les opérations de dératisation dans les espaces verts, les sous-sols des immeubles et les zones de travaux, développer la surveillance des sites tout en mettant en place des solutions respectueuses de l’environnement ;
  • empêcher les rats de sortir des égouts, par exemple par la pose de grillages sur les plaques et grilles d’égouts ;
  • limiter l’accessibilité des déchets alimentaires aux rats, par exemple en augmentant le nombre de poubelles dans les espaces verts et les zones piétonnes, et en remplaçant progressivement les sacs par des conteneurs fermés ;
  • accroître les tournées de ramassage des poubelles dans les lieux les plus fréquentés et accueillant le plus de pique-niques, et renforcer le nettoyage de l’espace public ;
  • sanctionner les personnes qui jettent de la nourriture dans les rues et les espaces verts, qu’il s’agisse de déchets, de graines ou de pain destinés aux oiseaux, qui sont très appréciés par les rats.

En plus de ces dispositifs, de nouveaux modèles de corbeille munies de véritables cendriers à l’épreuve des déprédations sont actuellement en test en différents points de Paris. Pour réduire les risques de débordement de ces corbeilles, en particulier dans les lieux les plus fréquentés, 42 nouvelles poubelles compactantes à énergie solaire sont testées boulevard Haussmann, place de la République et sur le parvis de la gare du Nord.

L'implantation d'abris à conteneurs dans les espaces verts vise également à réduire la prolifération et les dégâts liés à la présence des rats par rapport au dispositif porte-sacs poubelles.


Lieux traités

Plusieurs centaines de lieux ont ainsi été traités en 2017, dont de nombreux espaces verts et plusieurs centaines d’autres le sont en 2018. Parmi les lieux concernés:

  • le square Cambronne (15e)
  • le square Garibaldi (15e)
  • le jardin Villemin (10e)
  • le square de la Tour Saint-Jacques et le jardin des Rosiers-Joseph-Migneret (4e)
  • le square Charles-Victor-Langlois (4e) 
  • les squares de la Roquette et Richard-Lenoir (11e)

Des opérations ont également été lancées sur le Champ-de-Mars,

En 2017, on constate une diminution nette et stable de l'infestation des rats dans 67% des jardins.

Légendes

  • 0 (vert) : pas de signalement ou fin d’infestation (plus de terriers)
  • 1 – 2 (jaune) : infestation faible (peu de terriers, zone limitée)
  • 3 (orange) : infestation moyenne (terriers sur plusieurs zones mais régulée, sans extension)
  • 4 – 5 (rouge) : infestation élevée à très élevée (infestation généralisée ou en croissance, et/ou rats visibles en plein jour)

Des mesures spécifiques ont été déployées à la suite de la présence de rats sur les berges piétonnes du 7e arrondissement : lavage intensif des édicules à conteneurs une fois par semaine à l’eau chaude, en plus des mesures de lavage classique, commande de nouveaux bacs et test de remplacement des bouchons de vidange des conteneurs par une grille en métal percée, condamnation des corbeilles à proximité de l’édicule le plus problématique, mise en place de pièges...



Les rats à Paris : qui sont-ils ?

Ils mesurent 19 à 27 cm de long (sans la queue) et pèsent environ 300 g. Leur odorat et leur audition sont très développés. Ils sont omnivores et mangent quotidiennement l’équivalent de 10% de leur poids.

Ils sont prolifiques. La femelle atteint sa maturité sexuelle à 8 semaines et elle a dans la nature 3 à 5 portées par an des petits, eux-mêmes très vite prolifiques. Le rat vit en groupe et creuse des terriers. Il affectionne les lieux humides et a une activité essentiellement nocturne.

Où vivent-ils ?

Essentiellement dans nos espaces verts (parcs et jardins, jardinières de rues, promenades plantées, talus du périphérique) car ils y trouvent de l’eau, de la nourriture (déchets alimentaires) et de la terre pour y faire leur terrier. Toutes les grandes villes (mais également les campagnes) sont confrontées à ce phénomène.

Pourquoi lutter contre ?

Le rat est présent dans les égouts. Même s’il participe à la destruction de déchets, au désengorgement des égouts et peut avertir de la montée des eaux, le service de l’assainissement veille à contenir ce peuplement souterrain. 

On doit également éviter qu’il ne remonte à la surface…. Pourquoi ?

  •   Il est source d’inconfort visuel, de crainte, voire de phobie.
  •  Le rat est à l’origine de dégradations diverses : espaces verts, circuits électriques, stocks de nourriture etc.
  •  Le risque sanitaire est cependant minime.

Raisons de la présence de rats dans l’espace public ?

  • Le comportement du public : incivilités, déchets dans l’espace public, engouement pour les pique-niques et les gouters dans les jardins.
  • Le phénomène de nourrissage (de pigeons, de chats, parfois de rats) pouvant dans des cas extrêmes relever d’une pathologie psychiatrique.
  •  La résistance des rats aux raticides
  •  Le changement dans les pratiques de traitement : les raticides sont placés dans des boîtes sécurisées et non plus dans les terriers, en application de la réglementation en vigueur.

La présence de nourriture constitue la raison principale de la présence de rats dans l’espace public et de l’efficacité relative des traitements.

Une recrudescence ces dernières années ?

Les normes européennes en matière d’usage de produits chimiques ont été durcies : c’est une bonne nouvelle pour la protection de l’environnement, mais les moyens pour éradiquer les rats ont donc été considérablement réduits. Leur population s’est donc accrue.

Par ailleurs, notre ville est confrontée à des crues de la Seine de plus en plus fréquentes, dont une crue majeure en juin 2016. Ces crues provoquent régulièrement l’inondation d’une partie des égouts et donc la remontée des rats.

En parallèle, les Parisiens et les visiteurs ont aussi fait évoluer leurs usages de l’espace public : de plus en plus de personnes pique-niquent aux beaux jours dans les zones piétonnes et les espaces verts, ce qui entraîne une augmentation des déchets alimentaires au sol, dont les rats viennent se nourrir.

Comment signaler la présence de rats, vivants ou morts ?

Pour signaler la présence de rongeurs (rats, souris) dans un lieu public ou un immeuble privé, contactez le Service parisien de santé environnementale (SPSE). Ses agents pourront vous conseiller et, le cas échéant, intervenir sur place.

Une adresse mail pour tout signalement : spse.dfas@paris.fr

Pour tout signalement de rongeurs sur la voie publique, utilisez également l’application mobile gratuite DansMaRue depuis votre smartphone (disponible sur Android ou IOS).

Pour les cadavres d’animaux, ce signalement sera également effectué via cette même application DansMaRue,  qui sera affecté au service spécialisé de la préfecture qui seul peut intervenir en raison des risques sanitaires potentiels. Il est aussi possible de le signaler au commissariat de police.

Vous pouvez également utiliser la version web de l'application DansMaRue en suivant ce lien.


Les bonnes pratiques pour limiter la présence des rats

Votre aide est très importante pour lutter contre la présence des rats dans les rues et les espaces verts. Riverains, commerçants, visiteurs, voici les bonnes pratiques à adopter:

  • Ne pas jeter ses déchets à terre !
  • Ramasser systématiquement les restes de vos pique-niques et jeter ce qui doit l’être dans les poubelles prévues à cet effet.
  • Ne pas jeter de sacs-poubelles dans la rue, même près des corbeilles de rue car ils seront éventrés par les rats.
  • Ne pas nourrir les animaux dans l’espace public (oiseaux, chats, etc.).
  • Ne jamais toucher aux pièges, ne pas déplacer les boîtes, et ne pas toucher aux cadavres de rats.
Dernière mise à jour le mercredi 12 septembre 2018
Crédit photo : F. Grunberg/Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.