Les Mercredis : du sport pour les enfants

La Ville de Paris a mis en place les Mercredis du sport (MDS), dispositif qui a bénéficié à plus de 5 000 enfants en 2017. Reportage au centre sportif Max-Rousié, à la porte Pouchet (17e).

Le centre sportif Max-Rousié est un stade de grands pour des petits qui rêvent de le devenir. Un après-midi par semaine, il offre ses installations aux Mercredis du sport (MDS), entre 13h30 et 16h30. Soixante-dix enfants du CP au CM2 y participent, encadrés par des professeurs qui animent les activités sportives.

« Cette année, j’ai pu faire de la gym, du foot, du hand et du volley », souffle Thaïs, 8 ans, en CE1. « Mais t’as oublié l’initiation au golf ! » la reprend son camarade Eddy.

Continuité avec l’école

Il est 13h30, les enfants arrivent accompagnés de leurs parents, ou directement de l’école pour ceux qui ont mangé à la cantine. La Ville de Paris met à disposition les infrastructures, les éducateurs et les transports.

L’Union sportive de l’enseignement du 1er degré à Paris (Usep Paris) organise quant à elle les rencontres sportives et les compétitions. Dirigé par Ludovic Fortes, professeur d’éducation physique de la Ville de Paris (PVP) à l’école voisine des Épinettes (17e), le MDS de la porte Pouchet repose sur une équipe de quatre éducateurs sportifs. La continuité avec l’école est essentielle dans ce dispositif devenu un lien supplémentaire entre la famille et l’équipe enseignante.

Ici, ils ont souvent comme formateurs leurs propres professeurs de sport. « On ne porte pas la casquette de professeur », précise toutefois Hugo Grassac, professeur d’éducation physique de la Ville de Paris, de l’école Maurice-Genevoix (18e).

De meilleurs résultats

Dans ce quartier de la ville, les professeurs de sport sont fiers d’être aussi des éducateurs : « L’acceptation de la règle au sport permet de la diffuser plus tard en société. On travaille sur l’entraide, la tolérance, le fairplay… » Toujours sur un mode ludique : « Nous ne mettons pas la pression aux enfants, comme c’est quelquefois le cas en club. » Ce qui n’empêche pas « de remettre les pendules à l’heure dans le cadre scolaire », le lendemain, si nécessaire, indique Ludovic Fortes. Il s’agit d’utiliser le sport comme outil éducatif tout en acquérant de vraies compétences techniques, comme dans un club. Souvent, les progrès constatés aux Mercredis du sport iront de pair avec de meilleurs résultats scolaires.

Tarifs selon le quotient familial 110 000 enfants sont inscrits dans les centres sportifs parisiens. Pour vous inscrire, cliquez ici

« Avec les Mercredis du sport, je me suis amélioré en foot ! J’aimerais bien devenir entraîneur pour apprendre aux autres CP comment marquer, ou jouer dans les buts. » Melvin - CP (17E)

De nombreux dispositifs

Aux côtés des Mercredis du sport, la Ville propose d’autres dispositifs. Pour les 6-12 ans, il y a les Ateliers bleus sportifs (ABS), qui ont lieu en semaine après la classe. Il est aussi possible de faire du sport en famille le dimanche avec Paris Sport famille (PSF) qui propose dès 3 ans des cours de baby gym, des parcours de motricité, etc. Et bien sûr, toujours Paris Sport Vacances (PSV) et son large choix de stages sportifs pour les 7-17 ans.

Dernière mise à jour le mercredi 5 septembre 2018
Crédit photo : Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.