Le saviez-vous ? 17% des logements parisiens sont inoccupés

En cinq ans, la part des logements inoccupés à Paris a bondi de 3 points, passant de 14,1% à 17%. La raison principale : le « boom » des locations touristiques, avec l’apparition des plateformes Internet dédiées, souvent hors la loi. Un phénomène qui freine l’offre de logements pérennes dans Paris intra-muros et entraîne ainsi une diminution du nombre des habitants.

Combien de logements à Paris ? Et qu’entend-on par logement « inoccupé » ?

Selon les données de l’Insee en 2015, Paris intra-muros comptait près de 1,4 million de logements (très exactement 1.366.438). Les résidences principales constituaient 83,6% de ce total. Les propriétaires de leur logement représentaient 33,2% des occupants.

Les logements inoccupés s’entendent par l’addition des logements vacants avec les logements occasionnels et les résidences secondaires. Leur part était passée de 16% à 14,1% entre 1999 et 2011, ce qui avait accru l’offre d’habitations disponibles. Depuis 2011, ce taux est remonté à 17%, (soit environ 232.000 logements), un record. Notamment en raison du « boom » des locations touristiques, avec l’apparition de plateformes Internet dédiées (AirBnB en est le plus bel exemple).

En quoi, la hausse des locations saisonnières pèse-t-elle sur l’offre de logements aux Parisiens ?

La hausse de trois points des logements inoccupés représente 41.000 résidences principales en moins sur cinq ans. Une tendance qui contrarie les efforts réalisés par la Ville en matière de construction de nouveaux logements afin de pallier la pénurie et de limiter la hausse des loyers ou du bâti.

Tous les arrondissements à l’exception du 19e sont concernés par la baisse de la population parisienne observée depuis 2011 mais surtout les arrondissements les plus centraux : les 1er, 2e, 6e, 7e, 8e et 11e arrondissements parisiens…, là où il y a le plus de locations saisonnières.

Selon une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), le 4e arrondissement est celui qui compte le plus de logements vacants (29,8%), suivi du 1er (26,8%), du 2e (26,5%) et du 3e (20,7%).

Que peut faire la Ville pour limiter le nombre des locations saisonnières ?

Différentes procédures judiciaires sont en cours, dont certaines avec les plateformes de location. La Ville ne cherche pas à interdire aux particuliers la location occasionnelle de leur logement. En revanche, elle dénonce les fraudeurs, souvent multipropriétaires, qui mettent en location sur les plateformes de très nombreux logements. Cela cause des nuisances aux voisins, fait monter le prix de l’immobilier, concurrence l’hôtellerie qui, elle, s’acquitte de ses obligations.

Jusqu’ici, seuls les propriétaires pouvaient être condamnés. Mais avec la loi Elan (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), adoptée en 2018, les plateformes Internet de locations, type AirBnB, vont aussi pouvoir être poursuivies. Ces plateformes s’exposent à une amende pouvant atteindre 50.000 euros si elles proposent à la location des logements ayant déjà été loués 120 jours dans l’année. En outre, en plus de cette amende, le juge peut aussi condamner les plateformes à verser à la municipalité une amende civile de 12.500 euros par annonce qui n’aura pas été obligatoirement enregistrée.

C’est sur ce dernier point que la Ville a décidé d’attaquer AirBnB. Les agents du service logement ont déjà « repéré » 1.010 annonces litigieuses et des dossiers ont été montés. Sur cette base, la Ville réclame donc à AirBnB une amende de 12.625.000 euros.

Pour sa part, AirBnB invoque le droit européen qui dispenserait la plateforme de surveiller l’activité des utilisateurs. D’autres litiges sont en cours avec des propriétaires. Au final, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) devrait se prononcer en 2020.

Dernière mise à jour le lundi 4 mars 2019
Crédit photo : Emilie Chaix / Ville de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

Paris j'écoute sur twitter

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.