L'engagement des étrangers dans la Grande guerre

Une exposition retrace l'engagement de 600 000 soldats des troupes coloniales et des 500 000 travailleurs étrangers : à découvrir au Jardin d'agronomie tropicale du 15 octobre au 15 décembre. Présentation.

Ils ont découvert la métropole par ses champs de bataille et ses usines. De 1914 à 1918, près de 600 000 soldats des troupes coloniales, sont appelés par la France pour combattre. 70 000 ne reverront jamais leur terre natale d'Afrique ou d'Asie, et perdront la vie durant ce premier confit mondial. Et 500 000 travailleurs participeront à l'effort de guerre sur le sol français, dont 200 000 issus de l’Empire britannique.

Jardin d'agronomie tropicale

Un hôpital et une mosquée dédiés aux troupes coloniales

Une exposition gratuite, réalisée par l'association Génériques (à découvrir du 15 octobre au 15 décembre) retrace leur itinéraire. Et le lieu, le Jardin d'agronomie tropicale, ne doit rien au hasard. Ce très beau jardin, implanté dans le bois de Vincennes (12e), face à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), accueillait en 1907 une grande exposition coloniale. 

Jardin d'agronomie tropicale

En 1916, l'hôpital de guerre, créé sur place au début du conflit, est entièrement dédié aux blessés des troupes coloniales. La même année, "la première mosquée de métropole y a été construite, dix ans avant la construction de la Grande mosquée de Paris", rappelle Amar Nafa, directeur de l'association Génériques.

Amar Nafa, directeur de l'association Génériques

Le lieu de culte sera désaffecté après la fin du premier conflit mondial.

Jusqu'à sa fermeture, 4813 soldats sont pris en charge à l'hôpital. En 1920, un premier monument rendant hommage aux troupes venues de l'Empire, est érigé dans le jardin. Puis, une série d'autres stèles voient le jour : à la mémoire des "Indochinois chrétiens" (1921), en hommage aux soldats malgaches (1925), aux "Cambodgiens et Laotiens morts pour la France" (1927) mais aussi pour les "soldats noirs morts pour la France" (inaugurée en 1940). 

Monument en l'honneur des soldats malgaches dans le jardin d'agronomie tropicale

Cette reconnaissance restera très souvent symbolique. Le combattant issu de l'Empire, malgré sa valeur sur les champs de bataille, reste un sujet colonial. En position subalterne.

Monument en hommage aux soldats noirs dans le Jardin d'agronomie tropicale

Dans le bois de Vincennes, l'armée soigne à partir de 1916 uniquement les blessés issus de l'Empire colonial. Car elle veut limiter au maximum les contacts avec les habitants de métropole. "C'est une conception racialiste, explique Amar Nafa, où chacun est séparé en fonction de son origine", Malgaches, tirailleurs sénégalais, Indochinois... Pourquoi cette séparation avec les métropolitains ? L'Etat français craint notamment "la contagion des idées" entre population hexagonale et peuples colonisés, qui découvrent, par exemple, la liberté d'expression au pays de Voltaire et de Rousseau.

Certains soldats indiens sont soignés en Angleterre. Témoignage en images avec cette "une" de l'Excelsior du 14 novembre 1914.

500 000 travailleurs étrangers... tombés dans l'oubli

Guerre 1914-1918 : femmes et ouvriers chinois travaillant dans une usine française d'armements

"La France a fait venir des travailleurs étrangers pour faire tourner les usines, notamment d'Asie (Indochine, Chine...), précise Amar Nafa. Mais tout a été fait pour limiter au maximum les contacts avec les habitants de métropole". Une fois la guerre achevée, l'Etat "s'est dépêché de les renvoyer chez eux", par crainte de créer des tensions sur le marché du travail. Le rôle majeur de ces 500 000 travailleurs tombe ensuite dans l'oubli.

Récépissé d’une carte d’identité et de circulation (travailleurs agricoles) délivrée le 28 décembre 1918 par le Commissariat spécial de la frontière, Le Perthus (Pyrénées-Orientales)

Pendant la Première Guerre mondiale, le contrôle des travailleurs étrangers est strict : chacun est rattaché à une préfecture et à un secteur d'activité. En 1916, tous les travailleurs coloniaux et étrangers doivent se munir d’un titre d’identité et de circulation. Puis une carte d’identité d’étranger est instaurée en avril 1917. Ce document, conservé dans l’après-guerre, jouera un rôle essentiel dans l’histoire du contrôle des étrangers en France.

45.000 Allemands et Austro-Hongrois internés

Autres oubliés de la mémoire collective : les populations internées sur le territoire français. L'exposition du Jardin d'agronomie tropicale évoque la situation des 45.000 ressortissants des pays "ennemis" : ces citoyens, en majorité allemands et austro-hongrois sont enfermés sans jugement, dès l’été 1914 par la France. Parmi elles, de nombreuses familles.

Infos pratiques

"Portraits de l'étranger : figures de l'autre dans la Grande guerre". Exposition à découvrir au Jardin d'agronomie tropicale du 15 octobre au 15 décembre. Accès libre.

Le jardin est situé dans le bois de Vincennes (12e). 

45 bis, avenue de la Belle-Gabrielle - RER A : Nogent-sur-Marne

Tous les accès sont par ici



Dernière mise à jour le lundi 22 octobre 2018
Crédit photo : F. Grunberg/Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.