Ils se sont formés aux gestes qui sauvent

Un millier de citoyens se sont formés sur la place de la République aux premiers secours lors de sessions gratuites organisées cet été par la Ville et la Protection civile. Reportage.

"Merci d'être venus pour cette initiation aux premiers secours!" Sur la place de la République, une quinzaine de personnes sont rassemblées autour d'un formateur vêtu d'un uniforme de la Protection civile. L'R' de jeux accueillait tout l'été des formations gratuites aux premiers secours, organisées avec le soutien de la Ville. Ce dispositif, mis en place après les attentats qui ont frappé la capitale en novembre dernier, a attiré un millier de participants chaque mercredi et samedi. Le premier "Samedi qui sauve", en mars dernier, avait, lui, bénéficié à 3 000 Parisiens.

Une formation utile pour des situations exceptionnelles et dans la vie quotidienne

Pierre-Emmanuel Ranson,
Directeur-adjoint de la Protection civile de Paris

"La formation peut être utile pour des situations exceptionnelles, mais aussi dans la vie quotidienne, à domicile, au travail..., explique Pierre-Emmanuel Ranson, directeur-adjoint de la Protection civile de Paris. Les participants à ces ateliers sont souvent venus par réflexe citoyen, pour être utiles en cas de besoin". Et l'apprentissage débute tôt : on peut être formé aux gestes qui sauvent dès l'âge de 10 ans.

Au menu des deux heures de formation? Tout débute par une situation (fictive) d'étouffement avec un banal bouchon en plastique. Un participant, allongé sur des tapis de sol, joue le rôle de la victime. "Il faut taper une à cinq fois entre les épaules avec le plat de votre main", détaille Jean-François Mazeirac, formateur de la Protection civile, qui montre les gestes à effectuer.

Il rappelle aussi les numéros d'urgence à contacter: le 15 pour le Samu, le 18 pour les pompiers et le 112, le numéro européen. 

Seconde mission: que faire face à une personne inconsciente mais qui respire? C'est l'apprentissage de la position latérale de sécurité. Et si la victime ne semble plus respirer? Il faut alors pratiquer un massage cardiaque et utiliser un défibrillateur. Et chaque seconde compte: "1 minute perdue équivaut à 10% de chance de survie en moins", précise  Jean-François Mazeirac. Le massage cardiaque (une trentaine de compressions sont nécessaires) et l'usage d'un défibrillateur sont d'ailleurs complémentaires. Les participants peuvent découvrir le fonctionnement de la machine et s'exercer au massage sur un mannequin gonflable. 

"Je n'avais jamais pratiqué un massage cardiaque. Grâce à la formation je sais où il faut appuyer", se réjouit Edouard, 22 ans. Même satisfaction chez Marie-Odile : "L'atelier était très interactif, c'est une initiative à poursuivre".

Dernière mise à jour le jeudi 27 octobre 2016
Crédit photo : Jean-Baptiste Gurliat/Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.