Dominique Dumond, co-directeur du théâtre des Bouffes Parisiens et malvoyant témoigne sur l'École des chiens-guides de Paris

Dominique Dumond est depuis 6 mois l'heureux maître de Monty, le 1000e chien formé par l’Ecole des chiens-guides de Paris, qui a fêté ses 30 ans d’existence en mai dernier. L'occasion de revenir sur cette association qui accompagne 350 chiens-guides en activité, 90 chiens-guides à la retraite et plus de 100 familles d'accueil. Et qui continue, sans relâche, à changer la vie des personnes malvoyantes.

Le théâtre des Bouffes Parisiens, un joli théâtre à l'italienne, a vu défiler les plus grands: Offenbach, Gabin, Arletty, Michel Simon, Piaf, Jeanne Moreau, Jean Marais, Cocteau, Jean-Claude Brialy, Luchini et tant d'autres...

Nous y rencontrons Dominique Dumond pour qu'il nous parle de son passage à l’Ecole des chiens-guide de Paris et de sa relation avec Monty, qui fait nonchalamment la sieste près de son bureau: "Il dort beaucoup car la guidance lui demande énormément de concentration".

Dominique Dumond et Monty, 1000e chien formé par l’École des Chiens Guides de Paris

"Il n'y a pas de hasard"

Dominique est atteint de rétinite pigmentaire depuis la naissance: "Quand tu sais que tu vas perdre la vue depuis toujours, tu es plus philosophe que celui sur qui ça tombe d'un coup". Il y a trois ans, sa vue de détériore sérieusement. Lui qui veut éviter la canne, s'interroge pour la suite: "Et chance incroyable, un jour de marché avec ma femme, on tombe sur une dame avec un bébé chien-guide. On a discuté, le chien s'est assis sur mes pieds et je me suis dit, c'est ce qu'il me faut, il n'y a pas de hasard! J'ai fait ma demande auprès de l’École des chiens guides de Paris. et "signé" pour deux ans d'attente".

L'Ecole des chiens-guides de Paris

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Il poursuit: "En amont à l'école, il y a un protocole à suivre. Tout d'abord, l'aspect psychologique pour voir si tu es stable émotionnellement. Ensuite, la rencontre avec un orthoptiste qui évalue si on peut utiliser ce qui reste de vision. Et, pour se préparer à l'arrivée du chien, une fois par mois, il faut prendre un cours de locomotion. Cette rééducation nous permet de retrouver une plus grande autonomie, de la sécurité et du confort dans nos déplacements. Enfin, un temps fort peu connu du grand public mais fondamental, la formation où l'on reste 15 jours à l'école".

Dans la rue et les transports, les personnes malvoyantes ont leurs techniques: "On se repère à tout ce qu'on peut, un abaissement de trottoir, une alternance goudron/pavé, une forme pour ceux qui en voient encore. On apprend à déceler les différents sons, est-ce que c'est une rue à double-sens, est-ce qu'il y a une voie de bus? Au départ, je traversais n'importe comment ! Les gares, on les apprend par cœur, avec l'aide d'un éducateur, je connais Châtelet et le Forum des Halles sur le bout des doigts ! Heureusement j'ai un sens de l’orientation phénoménal, je suis un vrai "pigeon voyageur!..."

La rencontre...

Pendant cette année de "formation", Dominique n'a aucune nouvelle et ne sait rien de son futur chien.

Au bout de deux ans, on m'a enfin appelé. J'ai pleuré comme une madeleine!...

Dominique Dumond,
Co-Directeur du Théâtre des Bouffes Parisiens

On lui présente enfin Monty qui, comme tous les chiens-guides, a passé un an dans une famille d'accueil puis 6 mois à l'école en formation avec un éducateur. "On me l'a décrit, on m'a laissé seul avec lui une demi-heure pour jouer. On m'a présenté le fameux harnais et on a fait notre première promenade pour voir si on s'accordait. Au départ, j'avais rempli un dossier pour décrire mon mode de vie car il faut un chien qui nous corresponde".

Monty a ensuite passé trois week-ends d'affilée chez Dominique, "pour s’intégrer à son nouvel environnement et s’assurer de la compatibilité entre nos deux caractères. Pour certains ça ne prend pas, moi j'étais complètement gaga au bout du 2e week-end!"

Les 30 ans de l'Ecole de Chiens Guides Paris/Parrainez Monty

Le séjour à l'école

Puis, c'est la "remise" du chien et Dominique passe deux semaines à l'école avec Monty, nuits et jours, "un mélange entre l'internat et l’armée... Mais avec les autres "apprenants" comme moi, on était un bon groupe, on se voit toujours".

Il se familiarise avec ces gestes qui deviendront des automatismes: donner des ordres, prendre soin du chien, lui nettoyer les yeux, les oreilles, le nourrir, marcher à ses côtés. Monty, lui, le suit partout depuis le départ et dort même dans sa chambre. "Les deux premiers jours, je me disais que je n'allais pas y arriver, je ne comprenais rien. Tout passe par le harnais. il y a de nouvelles sensations qu'il faut décoder car le chien n'a pas autre moyen d’expression que son corps".

L’Ecole de Chiens Guides de Paris fête ses 30 ans

A la fin de la première semaine, ils font leur premier parcours de validation dans Paris: "J'ai mis un bandeau et j'ai lâché prise. C'était formidable, j'ai su que ça allait fonctionner. Actuellement, je ne lui donne quasiment pas d'indications quand on rentre à la maison. A force de faire le trajet tous les jours, il le connait. Sa faculté d'assimilation est incroyable. Une fois, j'ai fait tomber la télécommande de la télé par terre, elle a littéralement explosé. Sans que je ne lui demande rien, il m'a tout ramené!"

Comme un gamin

"Je ne viens pas d'une famille spécialement intello. Je suis allé voir ma première pièce de théâtre à l'âge de treize ans avec l'école, "Ruy Blas", j'étais pétrifié. Ma passion est née comme ça. Quand ma vue s'est sévèrement détériorée il y a trois ans, je me suis rapproché de partenaires pour gérer le théâtre car si tu n'évalues pas bien ta situation, tu peux emmener toute ton équipe à la catastrophe".

Monty, qui sommeille à ses pieds, fait désormais partie de l'équipe. "Avec lui, j'ai exploré un monde formidable qui m'était inconnu. Une fois par semaine, j'essaye de retourner à l'école et avec des bénévoles, nous emmenons les chiens au bois de Vincennes. Quand on est suffisamment loin des routes, on enlève les harnais, ils sont comme des dingues. ils se roulent dans la boue, se jettent dans la rivière. C'est à la fois un moment de jeu et de détente, ça les équilibre".

L’Ecole de Chiens Guides de Paris fête ses 30 ans

Une expérience partagée

"Chacune des personnes que j'ai rencontrée m’a apporté quelque chose. Ceux qui avaient déjà eu des chiens-guides nous ont transmis leurs connaissances. Côtoyer des femmes malvoyantes, les entendre parler de comment se coiffer, se maquiller malgré le handicap, c'était très émouvant. Les éducateurs qui forment les chiens, les bénévoles qui nous accompagnent, tout le monde fait un travail formidable".

Avec ce chien je suis bien, je suis comme un gamin

Dominique Dumond,
Co-Directeur du Théâtre des Bouffes Parisiens

Car comme un enfant, Dominique continue a s’émerveiller de tout et c'est sa force. "J'ai gagné ma vie, oui, mais j'ai toujours le goût des choses simples. J'achète une bonne baguette, j'y glisse une barre de chocolat noir et je suis heureux". 

























































Dernière mise à jour le mardi 24 juillet 2018
Crédit photo : L’Ecole de Chiens Guides de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.