Des lieux culturels de plus en plus accessibles

  • Mis à jour le 20 juillet 2018
  • Handicap

La Ville est engagée, depuis quelques années, dans d'importants travaux afin de rendre accessibles 900 établissements municipaux recevant du public (ERP) d'ici 2021. Paris va ainsi devenir une ville plus accessible à tous les types de handicap, sans contrainte liée à la mobilité ou à l’information. Cet objectif est porté par la stratégie « handicap, inclusion et accessibilité universelle », votée en mars 2017 au conseil de Paris.


Une accessibilité des lieux culturels en forte progression

La mise en accessibilité des bâtiments ne concerne pas que les bâtiments administratifs et les centres d’action sociale, mais également les équipements culturels et sportifs.

En 2016, ce sont 32 établissements culturels dans 18 arrondissements de Paris qui ont été rendus plus accessibles, pour plus d’un million d’euros de travaux : 19 bibliothèques, un théâtre, un établissement culturel, huit conservatoires et trois ateliers Beaux-Arts. 

En 2017, plus d’un million d’euros a été dédié à l’accessibilité des équipements culturels (hors musées) et édifices cultuels par exemple, la bibliothèque L’Heure joyeuse (5e arrondissement) et la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (4e arrondissement). En 2018, le lancement des opérations de rénovation des bibliothèques François Villon (10e), Faidherbe (11e), Melville (13e), Sabatier (18e) permettra leur mise aux normes complète.

Début 2018, sept musées de la Ville de Paris sont déjà accessibles ou partiellement accessibles aux personnes à mobilité réduite (Maison de Victor Hugo, Petit Palais, Musée Bourdelle, Palais Galliera, crypte archéologique de l’Île de la Cité, Musée Cernuschi, Musée Zadkine) et quatre musées supplémentaires seront rendus accessibles aux personnes à mobilité réduite fin 2019 (Maison de Balzac, Musée de la vie romantique, Musée Carnavalet, Musée Jean Moulin) pour un montant estimé à plus de 2,5 millions d’euros.

La Maison de Victor Hugo est un musée pilote, pionnier en matière de questions d’accessibilité : elle est adaptée aux handicaps moteur depuis 2007, auditif depuis 2010 et mental depuis 2012. Des travaux récents de refonte de l’éclairage du parcours permanent, d’un montant de 100 000 euros, l’ont également rendue accessible aux déficients visuels.

Des dispositifs innovants de médiation dans les musées

Paris Musées a équipé plusieurs établissements de dispositifs innovants de médiation numérique et/ou sensorielle.

Musée d'Art Moderne

Au Musée d’Art Moderne ont ainsi été installées des bornes accessibles dans les collections permanentes qui offrent des dispositifs interactifs de médiation avec diffusion sonore et des commentaires audio sur les œuvres. 

Musée Bourdelle

Le musée Bourdelle dispose quant à lui de tablettes numériques permettant la visite de l’appartement d’Antoine Bourdelle aux personnes en situation de handicap qui ne peuvent se rendre physiquement dans l’appartement : une photographie en 360° permet d’avoir une vue générale sur l’appartement avec treize points cliquables pour en savoir plus sur les œuvres et objets présentés dans la pièce. Le musée s’est également vu doté d’une salle pédagogique adaptée consacrée aux matériaux et techniques de sculpture (« La sculpture sur le bout des doigts ») avec une table tactile pour reconstituer un moule à bon-creux et une sélection de bronzes originaux de Bourdelle sur plateau tournant à toucher pour une expérience visuelle et tactile. 

Petit Palais

Le Petit Palais propose une découverte du lieu et des œuvres basée sur la multi-sensorialité par le biais d’outils visuels, tactiles, sonores et odorants (copie tactile d’une toile pour sentir la matière picturale et le geste de Claude Monet, maquette tactile pour découvrir les formes et matériaux du bâtiment, sept échantillons de matériaux, maquette et mannequin costumé pour se représenter un tableau hollandais du XVIIe siècle…)

Mise en accessibilité des pratiques musicale, chorégraphique et théâtrale dans les conservatoires de la Ville

Pour mieux répondre à une demande forte des associations et parents d’enfants en situation de handicap, un effort de mise en accessibilité des pratiques musicale, chorégraphique et théâtrale, a été fait : dans chacun des dix-sept conservatoires de la ville, un professeur est en charge de conseiller et d’orienter les personnes concernées, ainsi que leurs référents (dans le cas de mineurs accompagnés).

Des moyens d'investissement renforcés dans la mise en accessibilité des salles parisiennes

A la suite des travaux du Conseil Parisien de la Musique, le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV) et la Ville de Paris ont signé en 2016 une convention triennale qui vise notamment à renforcer les moyens d’investissement des salles de musiques actuelles, particulièrement dans la sécurisation, l’accessibilité et la mise aux normes. 12 salles parisiennes ont ainsi pu bénéficier de travaux d’accessibilité (La Bal de la rue Blomet, Le New Morning, L'Elysée Montmartre, La Cigale, Le Studio de l'Ermitage, Le Salo, Le 360, MU - La station, Pop Up, Sunset –Sunside, L'Alhambra, La Chapelle des Lombards) pour un montant de 400 000 euros.

Amélioration des conditions d’accueil des personnes en situation de handicap dans les bibliothèques


Les bibliothèques font également l’objet d’une attention particulière concernant l’accueil des personnes en situation de handicap. Cet accueil se fait majoritairement par groupes en collaboration avec des associations ou des classes spécialisées. De plus, deux médiathèques sont spécifiquement équipées pour les déficients visuels (Yourcenar 15e, Duras 20e) : outre le cheminement et la signalétique en braille, elles offrent un espace « Lire autrement », avec des collections et services spécifiques (livres en gros caractères, livres sonores, presse vocale). Lors de l’édition de juin 2017 du « Mois Extraordinaire du handicap », les bibliothèques ont développé une douzaine d’actions pour 470 participants.

ZOOM SUR… « Art pour grandir » et les enfants en situation de handicap (DAC)

Les enfants et jeunes en situation de handicap bénéficient du programme d’éducation artistique et culturel de la Ville de Paris « L’Art Pour Grandir ». Cette initiative, co-construite par la direction des affaires culturelles (DAC) et la direction des affaires scolaires (DASCO), a pour but de mobiliser les acteurs du secteur culturel et de l’animation pour faire de la culture un bien partagé et favoriser sa démocratisation, en particulier auprès des enfants qui en sont le plus éloignés.

Le Théâtre de la Ville a ainsi adapté son parcours « Enfance et Jeunesse » aux publics autistes et travaille depuis trois ans avec huit groupes d’enfants issus de trois instituts médico-éducatifs de la Ville. Cette action, cofinancée par la Fondation Entreprendre pour aider, a permis la formation des personnels et des acteurs du théâtre. Elle sera déployée également en direction de six classes d’enfants sourds et malentendants à compter de la rentrée 2018, en partenariat avec la fondation Agir pour l’Audition.

Dernière mise à jour le vendredi 20 juillet 2018
Crédit photo : Mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.