De nouvelles dimensions pour la gare du Nord 

La gare du Nord va tripler de volume d'ici 2023, dans la perspective des Jeux Olympiques de 2024. Et, première mondiale, une piste de trail de 1 km sera installée sur ses toits au profit de tous les sportifs. Car l'ambition du projet en plus d'améliorer le transport est aussi de créer un nouveau quartier au service des riverains. 

Le projet d'agrandissement et de transformation de la gare a été validé lors d’un conseil d’administration extraordinaire de SNCF Mobilités, ce lundi 9 juillet 2018. Et c’est avec le groupe Auchan (Ceetrus) que l’entreprise ferroviaire a finalement choisi de s’associer. 600 millions d'euros vont être investis pour transformer la gare, d’ici à 2023. A terme, la SNCF n’y sera qu’un actionnaire minoritaire, tandis que Ceetrus en sera l’actionnaire majoritaire, pour une durée de 46 ans.

Valode & Pistre, CEETRUS, Gare & Connexions

Le projet de transformation a été confié à Valode & Pistre architectes. L’ambition est de transformer la gare en un complexe urbain et d’en faire une référence d’un type nouveau pour le XXIe siècle.

Rappelons que la gare du Nord est déjà la plus grande gare d'Europe. Et elle ne risque pas de perdre son titre puisque sa superficie va passer de 36 000 m² à 110 000 m², soit une multiplication par 3 des espaces pour les voyageurs.

L’organisation des flux différenciés entre les départs et les arrivées ainsi que le développement des surfaces nécessaires pour accueillir les services et les activités réinventent la conception d’ensemble et le rapport avec la ville.

C’est d’abord la création d’une entrée unique, vaste loggia ouverte sur le parvis, à l’est de la gare historique qui donne accès à une rue intérieure de 300 mètres de long couverte par une verrière. Ce chemin de lumière traverse le nouveau bâtiment, guide les usagers vers les départs de toutes les destinations et dessert les nouvelles activités, commerciales, culturelles, sportives et de coworking. Les surfaces existantes sont quintuplées.

Le respect du patrimoine historique a guidé la conception. La façade intérieure de la grande halle conçue par Jacques-Ignace Hittorff au XIXe siècle a été restituée dans son état d’origine et devient un élément magistral d’accueil pour les voyageurs des grandes lignes européennes.

Une séparation des arrivées et des départs, comme à l'aéroport 

Grandes lignes...

Un nouveau terminal départ sera construit et agrandira significativement la gare. Ainsi les flux arrivées et départs de la gare seront distincts et amélioreront la fluidité. La construction de passerelles au-dessus des voies existantes, permettront la circulation de ceux qui partent tandis que les arrivants sortiront de la gare par les quais.

Un agrandissement du terminal Eurostar permettra aussi de mieux répondre au défi du renforcement des contrôles douaniers liés au Brexit.

Les espaces de circulation seront multipliés par 2,5 et vont passer de 15 000 m² à plus de 37 000 m². L’accessibilité sera renforcée avec 2,5 fois plus d’ascenseurs et d’escaliers mécaniques (55 ascenseurs et 105 escaliers mécaniques). Le but est d'améliorer sensiblement les flux de circulation dans cette gare, qui verra passer chaque jour 800.000 passagers en 2024, et 900 000 en 2030.

… et trains quotidiens, même effort

Si la halle originelle va globalement rester identique, l’entrée «Transilien», avec ses murs en verre, va être profondément transformée. Cette entrée va en effet devenir une «rue» centrale dans la gare, surmontée d’un toit transparent, soit un passage de plus de 300 mètres sur 18 mètres de large, d’où il devrait être facile d’accéder aux différents quais: Eurostar, TGV, RER et Transilien. L’attention est aussi forte pour les trains longue distance que pour les bus et les trains de la vie quotidienne. Et un immense garage à vélos de 1 200 places à l’entrée de la gare, rue de Dunkerque, est aussi prévu. 

La sécurité de la gare sera intégrée à la conception. La vidéosurveillance sera significativement renforcée.

Irréprochable pour l'environnement

La gare se fera belle avec une nouvelle façade, côté rue du Faubourg-Saint-Denis et un accès direct au terminal départ. Elle sera aussi exemplaire en matière environnementale, proposant espaces verts et production d’énergie. 

3 200 m2 de panneaux photovoltaïques seront installés. Les niveaux 4 et 5 de la gare seront construits en bois et implantés dans un jardin qui sert de toiture à l’ensemble et où se développent les activités sportives (piste de trail de 1 km) et de restaurants avec une vue imprenable sur Montmartre.

Les travaux, construction et exploitation de la gare respecteront les normes environnementales les plus exigeantes (notamment le label BREEAM).

Le projet dans sa phase de construction portera également une attention aux riverains en mettant en place des dispositifs pour préserver la qualité de l’air, des écrans acoustiques dans les zones de travaux bruyants, un approvisionnement du chantier par le nord et des structures préfabriquées pour réduire les temps d’assemblages.

Se cultiver, se détendre et faire du sport: un nouveau lieu de vie pour le quartier

La nouvelle gare du Nord présentera 7 700 m2 d’espaces verts. Ce futur jardin public, situé sur les toits de la gare du Nord, côtoiera également des espaces dédiés au sport, au coworking et enfin, une piste de « trail » longue de 1 km, qui vous permettra de faire votre jogging sur le toit de la gare, offrant une vue imprenable sur la capitale.

En 2023, la surface dédiée aux commerces, aux restaurants et aux services, aura été multipliée par cinq, pour atteindre 50 000 m². 

Une salle de concerts de 2 000 spectateurs verra le jour (gérée par Live Nation) ainsi qu’une zone d’exposition, tournée essentiellement vers les arts numériques. 

Un siècle et demi d'histoire pour la gare du Nord

La plus grande et la plus ancienne gare parisienne

La gare du Nord telle que nous la connaissons a été ouverte au public le 19 avril 1864. Elle remplace une première gare, inaugurée le 14 juin 1846, un «embarcadère du Chemin de Fer du Nord» qui est alors la deuxième gare parisienne après Saint-Lazare. Il couvre 12 000m² et ne dessert que deux voies, l’une pour les arrivées, l’autre pour les départs. Une faible capacité qu’il faut rapidement faire évoluer.

Jacques-Ignace Hittorff, l’architecte de la Ville et du Gouvernement chargé de réaliser la gare, orchestre pendant trois ans des travaux d’ampleur: la surface de la gare triple (36 000 m²) et son nombre de voies quadruple (8 voies). Elle arbore une façade de 180 mètres de long ornée d’un pavillon central de 30 mètres de haut et de statues symbolisant les principales destinations européennes et régionales desservies. Inaugurée en 1864, la structure du bâtiment est restée quasiment à l’identique jusqu’à nos jours.

Paris capitale attire de grands événements : la gare se métamorphose

Si le bâtiment n’a que peu changé en 150 ans, l’intérieur de la gare a dû subir d’innombrables remaniements pour répondre à l’augmentation constante du trafic. Son histoire est intimement liée à celle de Paris et des grands événements qu’accueille la capitale. Les grandes expositions universelles de 1854, de 1889 et de 1900 ont constitué des opportunités de travaux d’agrandissement rendus par ailleurs nécessaires par la forte croissance de sa fréquentation. Pour les expositions universelles de 1889 et de 1900, le nombre de voies passe respectivement de 13 à 18 voies, puis de 18 à 28 voies. Surtout, sa fréquentation ne cesse de croître. Rien qu’entre 1875 et 1889, elle passe de 6 à 10 millions de voyageurs.

Plus d’un siècle de travaux de modernisation

Tout au long du XXe siècle, la gare connaîtra une fréquentation croissante liée notamment à son interconnexion à d’autres réseaux (métro, RER), à l’arrivée de nouveaux sillons (banlieue, Europe) ou encore à des progrès technologiques (électrification).

Ce fut notamment le cas :

  • en 1906, avec l’arrivée du métro (ligne 4)
  • dans les années 1950 et 1960, avec l’électrification des voies,
  • entre 1977 et 1983, avec le chantier titanesque de la gare souterraine dédiée à la banlieue,
  • en 1993 et 1994, avec l’arrivée de la grande vitesse avec le TGV Nord et de l’Eurostar.

Fréquentée quotidiennement par plus de 700 000 voyageurs, Paris gare du Nord est aujourd’hui sous-dimensionnée et l’environnement très contraint. En 2024 elle verra passer chaque jour 800 000 passagers et 900 000 en 2030.

Le défi: «pousser les murs» et ici surélever la gare sans dénaturer son architecture, classée au Patrimoine. 

Rendez-vous en 2024 donc, pour un nouveau lieu de vie. 

Dernière mise à jour le mercredi 11 juillet 2018
Crédit photo : Deborah Lesage / mairie de Paris

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.