Conseil de Paris: les temps forts du Conseil de juillet 2018

Le Conseil de Paris s'est déroulé du lundi 2 au jeudi 5 juillet. Il s'organisait notamment autour de 4 débats sur : un point d'étape concernant la politique parisienne du handicap, la contribution parisienne au Schéma de cohérence territoriale métropolitain (Scot), la création de la ZAC de Bercy Charenton et les nouvelles mobilités parisiennes.

Point d'étape sur la politique parisienne du handicap

Celui-ci s'inscrit tout à la fois à l'issue du Mois du handicap et dans le cadre de la stratégie parisienne «Handicap, inclusion et accessibilité universelle» 2017-2021 votée à l’unanimité par les élus parisiens en mars 2017. Trois avancées majeures sont en cours de réalisation.

La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)  de Paris se dote d’un guichet unique handicap.paris

Près de 7% de la population parisienne bénéficie d’un droit ouvert à la MDPH soit près de 154 000 personnes.

Conformément aux engagements pris en 2017, le nouveau site handicap.paris.fr est devenu opérationnel pendant ce Mois parisien du handicap. Guichet unique numérique du handicap, handicap.paris.fr constitue le nouvel outil essentiel d’information et d’accès aux droits et aux services des Parisiennes et des Parisiens en situation de handicap. Il s’agit d’un site ressource pour les usagers de la Maison départementale des personnes handicapées de Paris – la MDPH – mais aussi pour les familles, les aidants.

La vie commune dans la Cité va devenir encore plus accessible aux personnes en situation de handicap

Cela implique d’abord de pouvoir se rendre sans obstacles ni difficultés dans tous les équipements publics : les mairies, les piscines, les écoles, les musées de la Ville de Paris, etc.

Trois objectifs principaux sont poursuivis :

  • 50% a minima des travaux inscrits dans les agendas d’accessibilité programmée seront réalisés d'ici la fin de la mandature. Ce sont 2 200 équipements et plus de 400 installations ouvertes au public mis en accessibilité d’ici à 2024.
  • Augmentation significative des agents formés à l’accueil et à l’accompagnement des usagers en situation de handicap, soit 3 780 agents et agentes au total d'ici 2020.
Paris poursuit son action pour simplifier la vie des personnes en situation de handicap
  • Gratuité depuis juin de l’accès aux transports dans toute l’Ile-de-France (zones 1 à 5) avec le Pass Paris.
Paris rend gratuit les transports pour les personnes en situation de handicap

  •  Maintient de l’obligation de mise en accessibilité de 100% des logements neufs à Paris.

Paris rend gratuit les transports pour les personnes en situation de handicap

Mieux accompagner individuellement les Parisiens en situation de handicap dans leurs projets

Quatre axes majeurs sont privilégiés :

Le logement, avec la création entre 2018 et 2020 de plus de 150 nouvelles places en foyer qui ouvriront pour les personnes avec autisme, handicap psychique et mental ou polyhandicap, ainsi que 70 logements en appartement autonome.

La santé, avec la création d’une carte pro «soins à domicile» avec gratuité du stationnement pour les praticiens effectuant des visites à domicile (juillet 2017).

L'accès aux bâtiments scolaires renforcé, avec plus d’une trentaine d’opérations d’amélioration de l’accessibilité programmées sur ces deux années.

Favoriser l'emploi, en développant notamment «l'emploi accompagné», dont l'objectif est assigné à la nouvelle convention passée avec le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) signée le 1er février dernier. Démultiplier les initiatives telles que l’édition en novembre 2018 de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées.

Par-delà ces engagements, la tenue des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024 est un formidable levier pour accélérer les politiques publiques. 

Un métro davantage accessible avant les JO

Le conseil de Paris s'est adressé à la présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse (LR), patronne des transports franciliens, pour étudier avec l'Etat une "mise en accessibilité partielle" du réseau historique du métro parisien, en lien avec la cartographie des sites olympiques.

A l'initiative du groupe UDI-Modem, il a également demandé que "soit accéléré le déploiement d'escaliers mécaniques".

Londres avait profité de ses jeux Olympiques pour porter de 26% à 40% la proportion de stations accessibles, rappelle le conseil qui précise que actuellement à Paris, 15 stations seulement sont accessibles.

La contribution de la Ville de Paris au Schéma de cohérence territoriale de la métropole (Scot)

La Métropole du Grand Paris a lancé en juin 2017 l’élaboration de son Schéma de cohérence territoriale (Scot). Il s’agit d’un outil de planification prévu par le code de l’urbanisme qui a pour objectif de garantir un développement urbain maîtrisé et équilibré.

En juillet 2017 le Président de la Métropole du Grand Paris a invité les maires de la métropole à  contribuer à ses travaux. Ainsi la contribution présentée par la Ville de Paris comporte des grands enjeux généraux, des axes stratégiques accompagnés d'une méthode,  sur la base de deux  fondements majeurs : le « droit à la ville » et la transition écologique.

Elle comprend  huit orientations principales :

  • Tisser des liens entre territoires et lutter contre la ségrégation
  •  Rééquilibrer les fonctions urbaines et faciliter l’accès au logement
  •  Affirmer la place dans la ville des fonctions productives et des grands services urbains
  • Construire le Grand Paris de la culture
  • Faire du sport un vecteur de réduction des inégalités et de rapprochement entre les territoires
  •  Agir pour la qualité de l’air et apaiser les espaces publics
  •  Organiser la transition énergétique
  •  Intégrer la nature dans la ville

Création d’une Zone d’aménagement concerté (ZAC) sur le secteur Bercy Charenton (12e arrondissement)

Le projet d'aménagement de la ZAC Bercy-Charenton (XIIe) a été approuvé lundi 2 juilelt à cinq voix près par le Conseil de Paris. Composé essentiellement de grandes emprises ferroviaires, le secteur Bercy Charenton offre un potentiel d'aménagement de première importance de par sa situation en bordure de la Seine, à l'entrée de Paris. Ce territoire qui s’étend sur 80ha dont 50ha hors voies ferrées est aujourd’hui morcelé, bordé et traversé par des infrastructures de transport lourdes supportant des trafics importants (faisceau ferré, périphérique, échangeur de Bercy, A4, quai de Bercy…).

Depuis 2006, la Ville de Paris travaille à l'élaboration d'un  un nouveau projet urbain qui se concrétise aujourd'hui par la création de la ZAC Bercy Charenton.

Ce programme s’appuie sur les documents cadres de la Ville en matière de développement durable (Plan Climat Énergie, Plan Pluie, Plan Économie circulaire, Plan Biodiversité…) et  tient compte de nombreuses composantes environnementales (risques d'inondations, eaux pluviales, préservation des ressources, préservation de la nature en ville, bruit, air…) en proposant des solutions opérationnelles.

Il a pour vocations majeures de :

  •  proposer de nouvelles liaisons entre les différents quartiers du 12e, entre Paris et Charenton-le-Pont ainsi qu’entre la Seine et le Bois de Vincennes;
  • construire un nouveau quartier, mixte, avec des logements de toute nature, des activités économiques, des équipements publics, des espaces verts, en permettant le développement de la logistique urbaine durable;
  • proposer la réalisation d’équipements publics qui pour certains répondent aux besoins des nouveaux habitants et pour d’autres rayonnent sur les quartiers environnants. Cette offre nouvelle d’équipements favorisera les liens entre cette nouvelle opération et les quartiers environnants (Bercy/ Charenton-le-Pont /Vallée de Fécamp);
  • accueillir de nouveaux habitants et emplois dans ce secteur peu dépendant de la voiture individuelle car bénéficiant d’une desserte en transports en commun efficace (ligne du T3, métro 8 et 14), d’espaces publics permettant l’accueil de nouveaux modes de transport en commun, et d’un réseau de circulations douces, et donc moins susceptible de créer, à l’échelle de la Métropole, des impacts environnementaux négatifs;
  • accompagner les projets d'adaptation des installations et infrastructures ferroviaires liées à la gare de Lyon et à la gare de Bercy, et du lien avec la gare d’Austerlitz, dans la perspective d'une forte augmentation attendue du trafic de voyageurs et dans la perspective d’une insertion urbaine satisfaisante;
  •  mettre en valeur le patrimoine, notamment le patrimoine ferroviaire et le bastion;
  • offrir un cadre de vie de qualité : le réseau d’espaces verts et d’espaces végétalisés permettra de créer une trame paysagère et des continuités écologiques entre les différents réservoirs de biodiversité préexistants : le bois de Vincennes, la Seine, le faisceau ferroviaire, la Petite Ceinture, l’échangeur de la Porte de Bercy, le cimetière Valmy, le parc de Bercy et le bastion;
  • participer aux objectifs de réduction de la consommation de terres non encore artificialisées en Île de-France via la densification de l’habitat et des bureaux.

En Bref

Dispositions complémentaires de stationnement payant en surface pour les poids lourds

A compter du 1er janvier 2018, le principe de fixation des tarifs de stationnement visiteur sur voie publique, en fonction de l’arrondissement dans lequel se situe la place de stationnement, ainsi que des forfaits de post-stationnement correspondants, en cas d’insuffisance ou d’absence de paiement, est entré en application pour l’ensemble des véhicules de moins de 3,5t (poids lourds, hors deux-roues) stationnant sur les emplacements autorisés.

Il s'agit d'appliquer le même principe aux camions de plus de 3,5t.

Le Grand Palais aura une structure éphémère au bout du Champ-de-Mars

Le Conseil de Paris a approuvé lundi 2 juillet la mise à disposition du "plateau Joffre" au bout du Champ-de-Mars où sera installée une structure éphémère qui remplacera le Grand Palais, structure nationale, en travaux avant les jeux Olympiques.

La structure qui sera "de grande qualité esthétique et environnementale", sera installée du 1er septembre 2020 au 30 novembre 2024 sur une surface d'environ 13.500 m2.

Elle accueillera des activités et événements organisés par la Réunion des Musées Nationaux puis le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Le Grand Palais sera fermé de fin 2020 au printemps 2023 pour effectuer les lourds travaux nécessaires avant l'objectif d'accueillir les épreuves d'escrime et de taekwondo des jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Pendant cette fermeture, il s'agissait de maintenir dans un lieu prestigieux et central de Paris l'accueil de manifestations d'envergure organisées sous la grande verrière de la Nef du Grand Palais, comme la FIAC (Art contemporain), Paris Photo, Monumenta ou la Biennale des antiquaires.

Une mission d'information sur l'avenir du périphérique

Le Conseil de Paris a voté mercredi 4 juillet à l'unanimité la mise en place d'une MIE (Mission d'information et évaluation) qui associera un groupe d'élus de toutes tendances pour mener un travail d'auditions d'experts, d'usagers, de comparaisons internationales, etc, en vue d'élaborer des "perspectives de changement" pour le boulevard périphérique.

Cette mission, qui sera présidée à partir de septembre par son initiatrice Laurence Goldgrab, présidente du groupe des Radicaux de Gauche, rendra ses conclusions aux alentours de février 2019. 

La question de la transformation du périph', la voie routière la plus fréquentée d'Europe avec ses 1,2 million de véhicules par jour, revient de plus en plus fréquemment dans les préoccupations des élus parisiens ou franciliens.

Une consultation internationale a été lancée le 24 mai associant Paris, la région Ile-de-France, l'Etat, au côté de divers groupements et collectivités pour étudier la circulation sur les autoroutes franciliennes, dont le périphérique, d'ici à 2024.

L'architecte et urbaniste Roland Castro, chargé par Emmanuel Macron d'une mission de réflexion sur le Grand Paris, a déjà évoqué l'idée "d'en finir" avec cette autoroute.

Inauguré en 1973, long de 35 km, le périph' qui sépare la capitale et les communes environnantes et près de qui vivent 160.000 personnes, est aujourd'hui symbole de bruit et de pollution. Pour le "réinventer", certaines portions seront temporairement investies par des manifestations d'art contemporain lors de l'édition 2019 de la Nuit Blanche.

    Dernière mise à jour le mercredi 11 juillet 2018
    Crédit photo : © Guillaume Bontemps / Mairie de Paris

    Votre avis nous intéresse

    Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

    Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

    Restez connecté

    La newsletter

    Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

    Je m'abonne

    Paris j'écoute

    Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.