Sea Bubble se dévoile au salon VivaTech

Le navigateur Alain Thébault a conçu Sea Bubbles, une sphère étonnante qui a fait en juin ses premiers essais publics à Paris sur la Seine. Interview.

Présentation de la première Sea Bubble le 15 juin

La première démonstration publique des "Sea Bubbles" (Ndlr : « bulles de la mer ») doit être organisée sur la Seine l'été prochain. Pour vous faire patienter, la première Sea Bubble a été présentée à l'occasion du salon VivaTech qui avait lieu les 15, 16 et 17 juin à Paris Expo Porte de Versailles.

« Comme à la godille, le plus dur est de démarrer ! » Pour décrire sa nouvelle aventure, Alain Thébault cite en souriant Éric Tabarly. C'est avec le soutien du célèbre navigateur qu'il avait mis au point la maquette de l'Hydroptère, un voilier volant avec lequel il fit tomber le record de vitesse de traversée de la Manche en 2005. Son nouveau défi, soutenu par la maire de Paris : "Sea Bubble".  

Une maquette avait été présentée à Paris en 2016 au salon Viva Technology, notament à Anne Hidalgo. Les premiers essais sur la Seine ont eu lieu en juin 2017

Paris.fr avait interviewé Alain Thébault lors du lancement du projet en 2016.

La Sea Bubble au salon Viva technology
Alain Thébault

Comment est né le projet Sea Bubbles ?

Tout est parti d'une demande de mes trois filles, en juin dernier [2015], à Hawaï. Elles m'ont dit: « Tu as battu des records de vitesse en bateau, Mais comment peux-tu être utile à la société ? » En me baladant à Paris en vélo, j'ai été frappé par la congestion automobile alors qu'il y a tant de place sur le fleuve ! En août dernier, j'ai dessiné mon idée, avec trois objectifs : zéro émission de CO2, zéro bruit et zéro vague. Car les vagues creusent les berges. 

Qu'est-ce que la Sea Bubbles ? Un bateau, une voiture sur l'eau ?

Pour moi, c'est un tapis volant ! C'est un œuf de quatre places (dont une pour le chauffeur) avec quatre ailes en dessous pour le soulever. La bulle sera de la taille d'une petite voiture, avec une propulsion électrique et un rechargement des batteries par panneaux solaires et bornes. On travaille aussi sur un modèle de vingt places.

Est-ce un véhicule de loisirs ou de transport ?

Les deux. J'espère que 4 000 bulles seront en circulation à l'horizon 2018. Il est urgent de se réapproprier les cours d'eau. On prépare un système complet et fiable, où l'on pourra commander sa bulle facilement. Avec un critère numéro 1 : la sécurité. La vitesse maximale à Paris sera de 10 nœuds, soit 18 km/h (la vitesse maximale autorisée).

Quand va-t-on découvrir ces bulles ?

Pour remercier Anne Hidalgo, qui a été l'une des premières à nous soutenir, les premiers essais auront lieu à Paris sur la Seine. On a des demandes du monde entier ! D'Europe, des États-Unis, du Japon, de Russie, des Émirats arabes unis...

Sea Bubble
Dernière mise à jour le mardi 20 juin 2017
Crédit photo : Sea Bubbles

Votre avis nous intéresse

Afin d'améliorer l'information sur Paris.fr et de mieux répondre à vos attentes, vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.

Merci pour votre contribution. Attention nous ne formulons pas de réponse dans cet espace.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

Sur @Parisjecoute, la Mairie de Paris répond à toutes vos questions pratiques. A votre service du lundi au vendredi.