«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Techniques de diagnostic

Crédits photo : Mairie de Paris
[22/11/2007]

Afin de garantir la sécurité du public et la longévité du patrimoine arboré, des techniques toujours plus performantes sont employées pour détecter les arbres malades...

Puce environnementUne expertise systématique :

  
Les contraintes du milieu urbain (sécheresse, compactage du sol, pollution, chocs des véhicules) placent les arbres d'alignement dans des conditions de faiblesse favorables au développement des parasites.
La lutte chimique (insecticides, fongicides) contre les parasites, qui présente des dangers immédiats ou différés en ville, n'est plus utilisée à Paris pour l'entretien des arbres.
L'utilisation systématique de méthodes alternatives à la lutte chimique permet de préserver les arbres sans nuire à l'environnement. Une molécule permettant de bloquer la mue des termites est en particulier utilisée depuis 1995 à Paris pour l'entretien des arbres. Cet action a reçu l'appui du laboratoire de Neurobiologie du CNRS. Les 1 300 arbres situés en zone termitée ont été traités avec succès et sont surveillés depuis 11 ans.
Puce environnement D'autres méthodes ont été mises en oeuvre :
- utilisation des prédateurs contre les insectes nuisibles;
- plantation de marronniers rouges résistant à la mineuse, à la place des marronniers blancs;
- incinération des feuilles de marronniers blancs atteints par la mineuse;
- sélection de clones d'ormes résistant à la graphiose;
- brûlage des érables atteints de la maladie de la suie.

Puce environnementLe retour de l'orme à Paris :

  
Il y a environ 30 ans, la quasi-totalité des ormes en France disparait à cause de la maladie de la graphiose. Cette maladie est due à un champignon dont les spores sont transmises d'arbre en arbre par un insecteur dit "vecteur".
L'orme est la première espèce d'arbre à Paris jusqu'à la fin du 19ème siècle. Elle est la troisième espèce avant l'épidémie de graphiose. On compte 16 000 ormes dans les rues, 14 000 dans les deux bois en 1975. Plus aucun orme n'est planté en attendant que les travaux de recherche agronomique permettent de sélectionner des ormes résistants à la maladie, par croisement avec des variétés asiatiques résistantes à la maladie.
La collaboration étroite entre l'INRA et la Ville de Paris a permis de sélectionner un nouveau clone d'orme résistant. Il est cultivé depuis la fin 2002. Ce clone appelé "Lutèce" a commencé à être planté au début de cette année 2007.
Un autre clone d'orme, le "Sapporo gold" résistant à la graphiose, mais aussi au vent, au froid et à la pollution a été planté sur le boulevard Magenta au cours des hivers 2004/2005 (85 sujets) et 2005/2006 (211 sujets).

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris