«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Le binge drinking ou alcool défonce

Mairie de Paris
[29/07/2013]

Le « binge drinking », traduit souvent par « alcool défonce » ou « biture expresse », désigne un mode de consommation abusive d’alcool pratiqué en particulier par des jeunes : il s’agit de consommer un maximum d’alcool dans un minimum de temps pour atteindre rapidement un état de « défonce ». Une conduite d’alcoolisation « à hauts risques ».

Qu’est-ce que c’est ?
Le « binge drinking », traduit souvent par « alcool défonce » ou « biture expresse », désigne un mode de consommation abusive d’alcool pratiqué en particulier par des jeunes : il s’agit de consommer un maximum d’alcool dans un minimum de temps pour atteindre rapidement un état de « défonce ».
Quels risques ?
Une conduite d’alcoolisation est « à hauts risques ».
Ses conséquences peuvent être dramatiques pour l’intégrité physique et sur le plan social :
- provoquer un accident ou en être victime,
- avoir des rapports sexuels non désirés ou non protégés,
- devenir violent,
- tomber dans le coma,
- causer des lésions cérébrales quand il y a répétition d’une pareille consommation excessive,
- sans compter – on ne le dit jamais assez - qu’on n’est pas à l’abri de s’accrocher au produit.
Pourquoi une telle pratique ?
Qu’est-ce qui motive des jeunes à consommer de la sorte ?
Des hypothèses sont avancées :
- outre la recherche évidente de désinhibition que provoque l’alcool, la recherche de sensations extrêmes ;
- cette défonce pourrait être en miroir « à une injonction de notre société » : « toujours plus vite, toujours plus intense, toujours plus nouveau » ;
- soumis à des pressions de plus en plus grandes sur le plan scolaire et quant à l’avenir professionnel, les jeunes tenteraient aussi de « décompresser », de s’échapper… jusqu’à l’oubli ;
- en dehors de situations de détresse psychologique, des raisons culturelles sont parfois évoquées : « l’alcool est ancré dans les familles et ne fait pas peur aux parents. » D’où alors un manque de mise en garde de la part des adultes ;
- enfin, l'alcool pourrait être perçu par les jeunes comme une aide au dialogue en face à face alors que pour communiquer entre eux, ils utilisent de plus en plus les SMS, les messageries instantanées, etc.
Comment réduire les risques ?
Mais quelles que soient les raisons de cette pratique, des conseils sont indispensables pour « réduire les risques » :
- boire régulièrement de l’eau pendant et après pour éviter la déshydratation ;
- ne pas boire l’estomac vide ;
- boire à son rythme, sans vouloir adapter ou caler sa consommation sur celle des autres.
L'avis du Docteur Philippe Batel en vidéo



Bon à savoir :
Le taux maximum d’alcool dans le sang est atteint au bout d’1 demi heure si on est à jeun et au bout d’1h si on a mangé. L’élimination de l’alcool est beaucoup plus longue.
Idée reçue :
Imaginer que douche, café, huile, vomir, danser, dormir permettent de dessaouler plus vite, est FAUX ! Seul le temps permet d’éliminer l’alcool.

 

Ne pas oublier que :
- l’alcool altère les capacités de jugement et de réaction ;
- l’on n’est pas tous égaux face à l'alcool : les effets varient d’une personne à une autre en fonction de la corpulence, de l’habitude à consommer, de l’état d’humeur, de la fatigue …


En savoir plus
Que faire si une personne de son entourage a trop bu et … ne se réveille pas ?
Boire trop et/ou trop vite peut se conclure par un coma*. Le risque est encore plus élevé à jeun. Un coma éthylique peut entraîner la mort si l’entourage ne réagit pas correctement.
Si la personne est inconsciente, il faut d’abord essayer de la réveiller et lui parler.
Qu’elle soit éveillée ou non, des gestes essentiels peuvent être accomplis :
- la couvrir car l’alcool refroidit,
- la coucher sur le côté pour éviter qu’elle ne s’étouffe avec sa langue ou avec ses vomissements (position latérale de sécurité), avec un bras sous la tête,
- dégrafer les vêtements serrés,
- vérifier qu’elle respire normalement,
- puis téléphoner aux pompiers (18) ou au Samu (15).

Les autres documents

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris