«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Faites le point sur l'alcool

Mairie de Paris
[18/10/2010]
Quand il est possible et recommandé de contrôler sa consommation d’alcool, que c’est important pour vous et pour les autres, quand vous avez besoin d’en parler, de vous confier ou de vous faire aider, des professionnels sont à votre service. Ils peuvent vous orienter ou vous accompagner.

Quand les chiffres vous parlent
En France, avec environ 45 000 décès directement imputables chaque année, l’alcool, malgré une baisse de la consommation par habitant ces dernières décennies, demeure un problème de santé publique très important. C’est la deuxième cause de « mortalité évitable ». Les maladies associées et les conséquences sociales de la consommation excessive d’alcool (accidents de la route, violence, délinquance, dépression, suicide) moins quantifiables, sont elles aussi considérables.

L’abus d’alcool, des risques pour vous et pour les autres


Ne pas maîtriser sa consommation d’alcool, c’est prendre de très gros risques avec sa santé et … parfois avec la vie des autres.
- Les accidents de la route (un accident mortel sur trois est directement lié à l’alcool, sans compter les milliers de blessés graves chaque année). Dans 85 % des cas, les accidents sont causés par des buveurs occasionnels.
- Malaises, violences, rapports sexuels à risque : l’alcool, en faisant baisser la lucidité, conduit à des comportements immédiatement dangereux.
- A long terme, en créant une dépendance physique et psychique, l’alcool a des effets destructeurs sur la santé. Quand on boit trop, on réduit son espérance de vie de plusieurs années, en multipliant, par exemple, les risques de cancer, de cirrhose, de maladies cardio-vasculaires, d’hypertension et d’atteinte du système nerveux. Boire trop, c’est risquer aussi l’échec personnel et professionnel.


Ce qu’il faut savoir sur l’alcool


Un demi de bière, un ballon de vin rouge, une dose de whisky, de pastis, un porto, une vodka orange, une canette de « premix »* : toutes ces boissons contiennent pratiquement la même quantité d’alcool pur, c'est-à-dire environ 10g, soit une unité d’alcool.
Savoir ce que vous avez bu, ce n’est pas difficile : deux apéritifs puis deux verres de vin puis un digestif, cela fait 5 unités d’alcool.

2 unités d’alcool = 2 verres = 0,5 g d’alcool par litre de sang
= dose maximale tolérée pour prendre le volant

Quand la consommation devient-elle excessive ?

L’excès d’alcool, on ne le conçoit souvent que dans ces deux formes extrêmes : la dépendance, et l’ivresse.
Pourtant, nombreux sont les « buveurs excessifs » qui ont une alcoolisation régulière supérieure à 2 verres par jour (pour la femme) et 3 verres par jour (pour l’homme), qui sont les seuils à ne pas dépasser selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).


Attention, il ne faut consommer aucune boisson alcoolisée :
• pendant la grossesse et l’allaitement
• pendant l’enfance
• quand on prend certains médicaments.


Et vous, où en êtes-vous ?


• J’éprouve le besoin de consommer pour me sentir mieux ou supprimer un mal-être
• On m’a déjà fait des remarques sur ma consommation
• J’ai déjà eu l’impression que je buvais trop
• J’ai besoin d’alcool dès le matin pour me sentir en forme
• Je suis anxieux(se) et irritable si je ne consomme pas
• Ma consommation perturbe ma vie personnelle, mes études ou mon travail.
Si vous vous retrouvez dans au moins trois des situations décrites ci-dessus, demandez de l’aide à une personne qualifiée de votre choix, en qui vous avez confiance.


Réduire votre consommation


Ce n’est pas simple de changer de comportement. Il faut d’abord faire le point sur vos motivations (je veux protéger ma santé, je me sens coupable, je voudrais un enfant…) et analyser vos habitudes de consommation. En vous fixant des limites précises, en apprenant à boire « mieux » pour boire moins, et en n’hésitant pas à trouver de l’aide auprès des autres. Dans les centres d’alcoologie, les soins et les conseils sont gratuits.


Pour en parler


» consultez votre médecin généraliste, un psychologue, un travailleur social
» contactez le service « Drogues, Alcool, Tabac info service » :
113 (24/24 h, appel anonyme et gratuit)
» Appelez le « Fil Santé Jeunes » :
3224 (numéro vert)


» Vous pouvez aussi faire appel à l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA 75) :
ANPAA 75

54, rue de Clignancourt
Paris 18e
Tél. : 01 46 06 26 00
Fax : 01 46 06 80 35
Site Internet : www.anpa.asso.fr 

(*) premix = Mélange d’alcool et de jus de fruits ou soda vendu en prêt à boire.


La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris