«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=« Abus d’écrans » ? « Cyber-dépendance » ? Comment réagir ?

Mairie de Paris
[16/01/2014]

Quand les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ont radicalement changé les modes d’échanges dans notre société, certaines formes d’utilisation d’Internet mais aussi de jeux vidéo et d’ «écrans » en tout genre peuvent se révéler problématiques, entraîner des risques liés à des abus, voire mener à une dépendance.

Et vous, où en êtes-vous ?Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ont radicalement changé les modes d’échanges dans notre société. Avoir recours aux nouveaux médias est considéré aujourd’hui comme une nécessité par nombre d’entre nous, et plus particulièrement encore, par les adolescents et les jeunes adultes.
Pourtant, on constate que certaines formes d’utilisation d’Internet mais aussi de jeux vidéo et d’ «écrans » en tout genre peuvent se révéler problématiques, entraîner des risques liés à des abus, voire mener à une dépendance.

Un usage problématique … qu’est-ce que c’est ?

Un usage problématique se manifeste par le fait de ne plus être capable de se donner des limites, surtout en terme de gestion du temps.
Avec des conséquences négatives sur la vie quotidienne :
- une baisse des performances scolaires ou professionnelles ;
- une dégradation des relations sociales, familiales ou amicales ;
- un désinvestissement d’autres loisirs ou activités …

Bref, un « rétrécissement » de son champ d’intérêt et de sa vie avec les autres !
Sans compter des effets possibles sur la santé physique : des problèmes liés à des comportements alimentaires désordonnés (manger devant son écran), à la sédentarité, à de mauvaises postures corporelles prolongées (maux de dos), au manque de sommeil, ou encore des problèmes de vue.

Une addiction aux écrans, à Internet, ça existe ?Parmi les spécialistes, tous ne sont pas d’accord pour utiliser le terme d’addiction ou de dépendance face aux usages les plus « excessifs » de ces nouvelles technologies.
Ceux qui, au contraire, estiment qu’on peut considérer de tels usages comme une forme d’addiction sans produit, précisent les points suivants :
- toute utilisation abusive ne se mue pas immédiatement en addiction
- ce sont surtout les jeux en ligne, les chats et les sites à caractère sexuel qui présentent un risque
- la perte de contrôle et la compulsion qui poussent à rester de plus en plus longtemps en ligne sont les aspects les plus typiques de la cyber-addiction
- ces usages les plus excessifs provoquent à la longue une modification des zones du cerveau liées au plaisir de la récompense, avec pour conséquence le fait que les situations ordinaires de satisfaction au quotidien ne suffisent plus
- les joueurs « accro » réagissent avec nervosité, voire agressivité, s’ils sont privés de ces activités et, le plus souvent, minimisent le problème. Un changement de comportement ne peut s’opérer qu’avec l’aide de leur entourage

Quelle prévention en direction des jeunes ?
On constate que les jeunes sont plus particulièrement vulnérables ; en effet, il est en général plus difficile de réussir à se contrôler à cet âge …Et ils ont donc besoin d’une attitude de vigilance et de conseil de la part de leurs parents. Si ceux-ci doivent être attentifs, il est important aussi de ne pas dramatiser : nombre d’ados peuvent traverser des périodes où ils font preuve d’excès comportementaux et s’en libérer ensuite.


Quelques conseils simples aux parents pour aider les jeunes internautes ou joueurs à apprendre à assurer un contrôle personnel et à utiliser la Toile ou les jeux avec plaisir et modération :

- fixer certaines règles : par exemple, fixer un « budget-temps » hebdomadaire ou fixer le type de jeux permis ;
- proposer d’autres formes de loisirs, dans l’optique aussi de privilégier le partage d’expériences bien réelles et non pas seulement « virtuelles » ;
- ouvrir la discussion et montrer son intérêt pour ces modes de communication et ces technologies qui sont celles des nouvelles générations, bref permettre là encore échanges et partages…
» Visionner les 5 films d'information et de conseil aux parents 

Des consultations jeunes consommateursEt puis, il y a toujours la possibilité de demander conseil face à des situations problématiques auprès des « Consultations jeunes consommateurs » dont certaines sont spécialistes de ces questions.
Les professionnels (médecins, psychologues,…) qui accueillent seront en mesure d’aider le jeune à évaluer la situation, à réfléchir aux réajustements nécessaires et aux moyens d’y parvenir. Le cas échéant, ils pourront aussi accueillir l'entourage, à sa demande, si le jeune lui-même n'est pas encore prêt à consulter.

Où consulter ?> retrouvez tous les contacts utiles 

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris