«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Sexualité, ce que disent les Parisiens (épisode 1)

crédits : Mairie de Paris
[13/09/2012]

Où en sont les Parisiens avec la sexualité sans risque ? Sont-ils bien informés ? Pendant tout l'été, l'équipe de Paris.fr ira à leur rencontre sur divers événements estivaux afin d'en savoir plus. Première série de témoignages, glanés sur le festival Solidays fin juin.

 

"Soirée ou pas, excitation ou pas, sans le papier, il met la capote"

C’est à Solidays, célébre festival festival de lutte contre le sida qui se déroule fin juin à Paris, que nous nous sommes rendus pour réaliser notre premier reportage. Le but : savoir où en sont les Parisiens avec la sexualité sans risque. Et c’est avec bonne humeur que les festivaliers ont répondu à nos questions.

Alors qu’elle essaye les déguisements « capotes » mis à disposition par la Ville, Julie (25 ans), nous affirme que la sexualité sans risque, c’est avant tout : "se protéger, dépister, éviter les multiples partenaires et évidemment utiliser un préservatif". Un peu plus tard, entre deux concerts, Noémie (17 ans) nous garantit que "soirée ou pas, excitation ou pas, sans le papier (test de dépistage, NDLR) il met la capote".

Nous avons également profité du passage de Paul (19 ans) sur le stand de la Mairie pour connaître sa définition de la sexualité sans risque : « il s’agit avant tout d’avoir hyper confiance et d’utiliser un préservatif ». D’ailleurs, tout en montrant la poche avant de son sac, il nous précise qu’il en a sur lui. Si pour eux, c’est automatique et indispensable, nous savons cependant que seuls 44% des étudiants ayant déjà eu des rapports sexuels ont déjà effectué un dépistage du VIH au cours de leur vie (selon un sondage de la LMDE en 2011).

 

"Oui j’y pense, mais bon c’est pas automatique et puis je préfère quand même sans…"

Quelques minutes plus tard, Théo (23 ans) a un avis différent sur la question du préservatif, honnête, il avoue « oui j’y pense, mais bon c’est pas automatique et puis je préfère quand même sans… Je sais que c’est pas bien mais ça dépend de plein de choses : de la fille, du moment, du lieu, de l’excitation ! Et puis franchement, si je la connais un peu, je ne doute pas trop... ». Nous lui demandons alors ce qu’il entend par « un peu » : « Quelques jours, une semaine ou deux. De toute façon je le sens si elle n’est pas clean » nous dit-il.

Pour Théo, le risque s’évalue surtout au feeling et il ne nous le cache pas, mais en partant, il passe quand même par le stand pour récupérer quelques préservatifs mis à disposition « juste au cas où ».

Le préservatif semble bien avoir une place centrale lorsque l’on parle de sexualité sans risque. Mais derrière ce concept, de quels risques parle-t-on ? « Tomber enceinte, attraper le VIH ou des MST » nous répond Audrey (23 ans), même réponse chez sa sœur Sonia (28 ans), à une différence près : pas de « ou » mais plutôt « et » car selon elle ce n’est pas l’un ou l’autre mais « plusieurs risques en même temps ». Martin (24 ans) parle quant à lui de « VIH, d’herpès, de boutons bizarres, de syphilis, d’hépatite B… », après quelques secondes de réflexion, et avant de repartir vers la grande scène pour assister au concert d’Orelsan, il ajoute « c’est aussi le danger de devenir papa d’un seul coup ! ».

 

"Les jeunes n’ont plus conscience des risques, ils pensent qu’on n’en meurt plus"

Le soleil commence à tomber sur l’Hippodrome de Longchamp. Nous abordons un groupe de jeunes (27-28 ans), les derniers de notre reportage. Leur regard sur les jeunes générations est assez sévère : pour eux « la sexualité se banalise ». L’un d’eux ajoute « les jeunes n’ont plus conscience des risques, ils pensent qu’on n’en meurt plus, ils ne sont pas assez informés ». L’occasion pour nous de rappeler l’intérêt du concours Paris Capotes Création qui, derrière son aspect ludique, vise avant tout à inciter les jeunes à se protéger de tous les risques.

Ravis d’avoir obtenu tous ces témoignages, nous repartons avec déjà une multitude d’autres questions en tête. Ce sera pour notre prochaine étape estivale, sur les plages parisiennes…

En ce moment

  • CondomZone à L’Espace Tête-à-tête de Rosny 2

    La sexualité sans risque est à l’honneur au Centre commercial de Rosny 2. Entre une expo et plusieurs ateliers, un parcours interactif et ludique présente le préservatif comme objet de plaisir, de liberté, de respect de soi et de l’autre. La capote s’expose, elle nous révèle tous ses secrets. Ateliers et expo du 28 novembre 2013 au 18 mai 2014.


  • Paris Capotes Création: les gagnants

    C'est la création "J'aime à Paris" de Sébastien Souyri qui remporte le titre de grand gagnant du concours. Sa création sera apposée sur 350 000 pochettes de préservatifs. Découvrez le classement complet.


  • Jardin de la Folie Titon
    Sexualité, ce que disent les Parisiens (épisode 3)

    Troisième et dernier épisode de notre série de reportages sur les Parisiens et la sexualité. Au festival les Estivales musicales, dans le 11e, notre équipe de reporters s'est entretenue avec quelques festivaliers au sujet du VIH : « peut-être que cela fait moins peur aujourd’hui mais il faut continuer d’informer »


  • Sexualité, ce que disent les parisiens
    Sexualité, ce que disent les Parisiens (épisode 2)

    Rendez-vous à Paris Plages pour la 2e étape de notre série de reportages sur la sexualité sans risque auprès des jeunes Parisiens. Notre équipe s’est rendue sur les plages éphémères du bassin de la Villette avec un thème aussi sérieux que délicat à aborder : les infections sexuellement transmissibles (IST, anciennement connues sous le nom de maladies sexuellement transmissibles).


  • Témoignages au festival Solidays
    Sexualité, ce que disent les Parisiens (épisode 1)

    Où en sont les Parisiens avec la sexualité sans risque ? Sont-ils bien informés ? Pendant tout l'été, l'équipe de Paris.fr ira à leur rencontre sur divers événements estivaux afin d'en savoir plus. Première série de témoignages, glanés sur le festival Solidays fin juin.