«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Le laboratoire d’étude des particules inhalées (LEPI)

Dominique Feix
[20/07/2011]

Interdite depuis 1997, l’amiante reste présent dans de nombreux bâtiments. Composants de construction, matériaux d’isolation, etc. : une réglementation impose aux propriétaires de faire rechercher la présence de ce produit cancérigène dans leur parc immobilier ; si le diagnostic est critique, des mesures correctives doivent être mises en œuvre.

Priorité : désamiantage !

Dans cette perspective, la Ville de Paris a inscrit une démarche de prévention allant jusqu’au désamiantage au cœur de sa politique environnementale. La présence éventuelle de matériaux ou produits contenant de l’amiante, a été recherchée dans les 2 752 bâtiments municipaux. 
Une approche globale

Pour éclairer ces orientations réglementaires et préventives, le laboratoire d’étude des particules inhalées (LEPI) apporte une expertise reconnue sur le plan national et international, capitalisée depuis le début des années 70.
Financé par le département de Paris et doté de technologies de pointe et d’une équipe de spécialistes réunissant 17 professionnels et trois médecins vacataires, le LEPI étudie les particules minérales notamment fibreuses, avec une approche unique en santé environnementale. Les fibres d’amiante, en particulier, font l’objet de recherches depuis les matériaux dont elles sont issues jusqu’à leur présence dans l’appareil respiratoire, en passant par l’atmosphère où elles sont en suspension.
Deux activités complémentaires
• L’étude de la pollution par l’amiante et les autres fibres minérales
Première mission du LEPI, ce diagnostic implique des prélèvements d’air à l’intérieur du bâti, qu’il s’agisse de crèches, écoles, gymnases ou encore d’immeubles de bureaux, afin de contrôler la pollution atmosphérique. Le LEPI surveille aussi les expositions des travailleurs lors de travaux de maintenance sur des matériels ou produits contenant de l’amiante ou lorsqu’ils effectuent des opérations de désamiantage. Apparemment inoffensives, les fibres artificielles (laines de verre, de roche ou de laitier) peuvent être responsables d’irritations cutanées, d’allergies et de problèmes oculaires.


• La « biométrologie » : par des marqueurs spécifiques
Le laboratoire est capable d’analyser, dans l’appareil respiratoire, l’exposition à l’amiante ainsi qu’à des particules non fibreuses très fines (silice cristalline, métaux, etc.). Seule structure en France à effectuer ce type de recherche, il est sollicité par des centres hospitaliers, des cliniques ou des laboratoires, à la demande des services de pneumologie comme d’anatomo-pathologie. Les Comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles de la Sécurité sociale (CCRRMP) le consultent également pour documenter des dossiers.
Enfin, le laboratoire assure également un rôle d’information auprès du public et des institutions.
Un laboratoire accrédité
Le LEPI se pose comme référence auprès de nombreux organismes. Ses activités sont sous assurance qualité et accréditées par le COFRAC (Comité Français d’Accréditation). Il est agréé par les pouvoirs publics et participe à certaines de leurs commissions. Il travaille en collaboration avec différents organismes officiels comme l’Agence Française de la Sécurité Sanitaire de l’environnement et du Travail (AFSSET), l’Institut de Veille Sanitaire (InVS), l’ Agence Française de Normalisation (AFNOR) et le Comité français d'accréditation (COFRAC) des laboratoires (Accréditation Cofrac n°1-0869 - portée disponible sur www.cofrac.fr ).
Contacts

Laboratoire d’étude des particules inhalées (LEPI)
11, rue George Eastman
75013 PARIS
Tel : 01 44 97 88 46
Fax : 01 44 97 88 45.

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris