«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

A partir de quelle température déclenche-t-on le plan "Grand Froid" à Paris ?

crédits : Flickr - Marc Lagneau
[22/11/2013]

Les grands froids arrivent à Paris. La ville, main dans la main avec la préfecture et les associations se prépare à mettre les SDF à l'abri du froid. Tout ce qu'il faut savoir sur le déclenchement du plan "Grand Froid" par la préfecture de Paris et son fonctionnement.

 

 

Le plan Grand Froid : mode d'emploi

Préfectures et associations se préparent à mettre les SDF à l'abri du froid. 
  
A Paris, les niveaux "temps froid" et "grand froid" sont du ressort du préfet de Paris préfet d'Ile-de-France, mais en cas de "froid extrême", c'est le préfet de police qui "reprend la main" avec la réquisition éventuelle de bâtiments.

Le déclenchement du plan Grand Froid dépend des températures ressenties


Depuis l'hiver 2008, le plan grand froid n'est plus déclenché au niveau national mais à l'échelon départemental, par les préfectures. Il n'y a plus de seuil de déclenchement, l'appréciation de la conduite à tenir en cas de grand froid étant laissée aux préfets, en fonction surtout de la notion de "ressenti" des températures.

Ainsi une température relevée par Météo France par exemple à + 4°C peut, en raison de l'humidité et du vent, être "ressentie" comme négative par les sans-abri et même par les passants qui appellent alors le Samusocial.

 

Un plan d'alerte en trois niveaux   

Le plan "Grand Froid" est un dispositif qui s'accompagne d'une procédure de veille et consigne les bonnes pratiques pour prévenir les dangers d'une période de froid prolongée. Il existe trois niveaux de vigilance, dépendant directement du relevé quotidien des températures diurnes et nocturnes.

- niveau 1 (temps froid) avec température positive dans la journée mais comprise entre zéro et - 5°C la nuit

- niveau 2 ( grand froid) avec température négative le jour et comprise entre - 5°C et - 10°C la nuit

- niveau 3 (froid extrême) avec température négative le jour et inférieure à - 10°C la nuit, ce niveau 3 correspondant à un niveau de crise exceptionnel.

Dès le niveau "temps froid", le Samusocial renforce ses effectifs au 115, numéro utilisé par les sans-abri ou les passants qui veulent signaler un cas. Dix employés du Samusocial et des bénévoles, plus spécialement chargés des "signalements", traitent les appels en fonction des urgences.

Les maraudes (camionnettes avec chauffeur, travailleur social, infirmier), qui tournent toute l'année pour repérer les SDF en difficulté, sont alors renforcées en cas de "temps froid".

En fonction des niveaux, déclenchés par le préfet de Paris ou le préfet de police, le Samusocial est renforcé par des "partenaires" (Croix-Rouge, ville de Paris, Ordre de Malte, Protection civile de Paris, Restos du Coeur), soit un total de 35 maraudes par jour, coordonnées par le Samusocial.

Les véhicules du Samusocial, et depuis cet hiver ceux de ses "partenaires", sont par ailleurs équipés de systèmes de géolocalisation pour mieux organiser les déplacements. Par ailleurs, en fonction des niveaux, des centres d'hébergements sont ouverts par le Samusocial, la ville de Paris (gymnases, salles de mairie d'arrondissement) ou Emmaüs.

 

Deux dispositifs principaux : le 115 et les maraudes

 

Le 115 de Paris est un numéro de téléphone gratuit qui permet à tous de signaler une personne en difficultés dans la rue. Il est géré par le Samusocial de Paris. Le sans-abri sera ensuite localisé par les maraudes qui lui proposeront une place en hébergement d'urgence et un dispositif d'aide.

Les maraudes, plus nombreuses et avec des fréquences et durées de tournée augmentées avec l'activation du plan Grand froid, apportent au sans domicile fixe une aide de terrain.

Paris a, cette année, été divisée en quatre zones pour les maraudes confiées à quatre associations : Emmaüs, Aurore, Les enfants du Canal et l'association Aux captifs la libération. Elles interviendront sur le territoire suite aux appelles émis au 115. Elles assurent le transport et la prise en charge de ces personnes à la demande du 115, les soins infirmiers d'urgence, les entretiens sociaux, les distributions alimentaires, les distributions de duvets et vêtements.

A la une

Un dimanche sous le signe de Ganesh