«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Les feuille mortes transformées en compost

Flickr - Gelinh
[16/11/2011]

A l'heure où les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les jardiniers municipaux sont sur le pont. Collectés, stockés, convertis en paillage ou compost, les feuillages parisiens ont une seconde vie. Reportage vidéo sur le terrain.

 

Revalorisation des feuilles mortes pour un engrais écologique

Le ramassage des feuilles a commencé au parc Floral de Paris. Une partie d'entre elles (feuilles de chêne, érables, tilleuls...) seront transformées en compost. Stockées et mélangées avec du fumier (récupéré à la ferme de Paris et à l’atelier de chevaux dans le bois de Vincennes), elles constitueront un excellent paillage utilisable dès juin au moment des plantations. Déposé en surface ce paillage a une triple utilité:

- il sert de nourriture pour les plantations.

- Il freine l'évaporation de l'eau (1 arrosage au lieu de 3.)

- Il évite le désherbage.

Toutes les feuilles ne peuvent pas être valorisées. Certaines, comme les feuilles de plantanes sont dures et ne pourrissent pas. Les feuilles de marronniers quant à elles sont brûlées pour éviter le risque de contagion (Les marronniers sont parfois atteints par la mineuse, petit insecte qui loge ses larves dans les feuilles et qui leur donne un aspect automnal dès le mois d’août).


Les feuilles mortes se ramassent à la pelle... et après ? 

Le parc Floral un jardin botanique labellisé

Le parc Floral de Paris fait partie des jardins labellisés pour leur gestion écologique. Ainsi, les déchets verts sont réutilisés sur place pour être transformés en compostage. Le compost constitue un engrais naturel et biologique qui a remplacé les produits de synthèse toxiques pour l'environnement. Le compostage est une technique relativement récente de valorisation des matières organiques. Elle s’inspire des cycles naturels : en forêt, les litières de feuilles mortes évoluent sous l’influence des micro-organismes (champignons, bactéries…), des insectes et des vers de terre pour se transformer lentement en humus, en éléments minéraux de nouveau assimilables par les plantes.

Pourquoi les feuilles tombent-elles quand vient l'automne?

Dès octobre les arbres des rues et des bois s'habillent de magnifiques couleurs, puis, à notre grande déconvenue se dénudent. En fait, tous les ans, nos arbres se préparent et se mettent en condition pour résister à l'hiver.

Quand vient l'automne et que les premiers froids arrivent, l'arbre doit mettre en place un système pour vivre au ralenti durant l'hiver. Le mécanisme de la chute des feuilles est vital pour l'arbre. Cela lui permet de mettre en oeuvre une mesure de protection naturelle contre les grands froids à venir. Tout ce qui brûle de l'énergie est sacrifié. Si le tronc et les branches, isolés par l'écorce, et les racines, au chaud dans le sol, sont en mesure de supporter les conditions hivernales il n'en est pas de mème pour les feuilles dont les tissus tendres ne résistent pas aux grands froids. L'arbre par souci d'économie coupe donc les vivres à ses feuilles qui seules sont dépensières en  énergie. Très astucieux les arbres! Dès le mois d'octobre les feuilles sont isolées des réseaux de sève. Comment? En scellant la base de chaque pétiole par une couche de liège qui forme un bouchon et prive ainsi la feuille de nourriture (eau et minéraux). Ceci commence lorsque les températures se rafraîchissent et que les jours s'écourtent. 
Les feuilles munies de capteurs sensibles à l'énergie solaire envoient à l'arbre l'information en produisant un surplus d'éthylène (une hormone). A ce signal, l'arbre est alerté du retour du froid et sécrète une ribambelle de petits bouchons de liège. Ces derniers arrivent dans les pédoncules des feuilles pour couper la sève. Les feuilles, privées d'eau et de sels minéraux ne peuvent plus produire de chlorophylle (pigment vert qui participe à la photosynthèse). Elles se dégradent et sont remplacées petit à petit par les pigments rouges, jaunes et orange. La feuille, qui a survécu quelques temps en digérant ses propres réserves, se déshydrate, change de couleur et finit par tomber. Le vent, fréquent en automne, la fera s'envoler.

Les conifères restent habillés pendant l'hiver

Les conifères, comme le pin, l'épinette et le cèdre ont une stratégie différente. Ils possèdent des feuilles coriaces et persistantes sous la forme de petites aiguilles ou d'écailles. Elles sont recouvertes d'une couche de cire, isolante, et leurs cellules contiennent des substances spéciales pour résister au froid. De cette manière, la plupart des conifères peuvent supporter les pires conditions hivernales. Les feuilles étant protégées naturellement, elles ne sont plus considérées comme des dévoreuses d'énergie. L'arbre les conserve donc puisqu'elles ne l'empêchent pas de se  mettre en régime ralenti d'hiver. Certains conifères comme le mélèze perdent leur feuillage en hiver. Ce phénomène est du à l’évolution. Ce sont en effet les conifères les plus évolués. Ils ont précédé les angiosperme ou plantes à fleurs.

Recyclage

  • Où apporter son sapin?

    Sapin dans la rueCrédits

    La Ville de Paris met à la disposition des Parisiens des emplacements pour déposer leurs sapins de Noël. Cette année, cent points de collecte volontaire seront installés dans les jardins jusqu'au 26 janvier.