«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Protéger les arbres

Crédits photo : Service de l'Arbre et des Bois / Mairie de Paris
[26/01/2015]

En ville, les risques d'accidents et de stress sont nombreux. L'espérance de vie des arbres des rues avoisine les 80 ans mais le remplacement systématique des arbres dépérissants, les mesures de protections et certains gestes simples permettent de protéger ce patrimoine essentiel.

La ville est un environnement spécifique. Souvent inappropriée aux besoins naturels de l’arbre, elle est le théâtre d’activités humaines à accompagner et surveiller.

Le trottoir, lieu de vie de l'arbre

La place de l'arbre sur le trottoir est soigneusement étudiée de façon à limiter le risque de collision des véhicules. Il est également nécessaire d'empêcher le tassement de la terre autour des arbres, qui entraînerait une mauvaise aération du sol et un dépérissement prématuré de l'arbre.

Des protections efficaces sont mises en place : la grille au sol permet d'éviter le compactage du sol tout en laissant passer l'eau et l'air, et les corsets protègent l'écorce contre les chocs.

Pendant un chantier

La réalisation des chantiers (parcs souterrains, canalisations...) nécessite une vigilance accrue. Un cahier des charges des mesures de protection à prendre avant de commencer les travaux a été élaboré. Ce document est systématiquement repris dans le 6e protocole de bonne tenue des chantiers conclu avec les concessionnaires de réseaux.

Pendant l'hiver

Pendant l'hiver, l'utilisation des sels de déneigement des trottoirs plantés a provoqué dans le passé des hécatombes, notamment dans les populations de platanes. Cette pratique a été définitivement abandonnée et des études sont toujours en cours sur le remplacement du sel par des produits moins toxiques.

Une démarche de qualité

L'amélioration de la conception des nouvelles plantations d'alignement permet un développement harmonieux de l'arbre et des interventions ultérieures non traumatisantes grâce :

- au respect des distances minimales des arbres entre eux et par rapport aux façades, aux réseaux, au mobilier urbain ;
- au choix des essences en fonction des contraintes spécifiques liées à la voirie ou aux constructions climatiques ;
- à l'utilisation d'une terre de qualité ;
- à des volumes de fosses de plantation suffisamment importants pour les arbres à grand développement ;
- au choix d'une période de plantation adaptée ;
- à une sélection rigoureuse des arbres en pépinières ;
- à un arrosage régulier pendant 3 années après la plantation.

Un patrimoine rajeuni

Les plantations d'alignement ainsi créées augmentent le patrimoine arboricole et contribuent à son rajeunissement.
Par ailleurs, la diversification des sources d'approvisionnement en arbres permet de mieux répondre aux exigences de souplesse et de qualité pour les chantiers de plantation dans la capitale.

Plus du tiers des arbres plantés proviennent du Centre de production horticole de la Ville, et le reste des pépinières spécialisées produisant des arbres de qualité.

Tout le monde peut participer

Pour bénéficier durablement de nos arbres, il est nécessaire de les entretenir, les surveiller et les remplacer au bon moment. Mais l’entretien et l’enrichissement du patrimoine végétal parisien ne peuvent être réalisés qu’avec l’adhésion des usagers.

Vous êtes attachés aux arbres de votre ville. Aidez-nous à les faire respecter, car ce sont eux qui, demain, feront que Paris conservera l’immense privilège d’être l’une des capitales les plus boisées d’Europe.

Des gestes simples suffisent

- Porter les déchets toxiques dans une déchetterie (consulter la liste sur le site). Sinon, les produits toxiques entraînés par ruissellement sont absorbés par les racines et empoisonnent l’arbre.
- Éviter de faire uriner son chien au pied des arbres. L’urine de chien brûle l’écorce et les racines de l’arbre.
- Ne pas saler au pied de l’arbre lorsqu’il gèle.
Et surtout, protégeons le tronc des arbres ! Toute agression sur le tronc endommage les vaisseaux conducteurs et interrompt la circulation de la sève. Ces blessures constituent la porte d’entrée à de nombreux micro-organismes capables d’entraîner la mort de l’arbre.

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris