«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Un moineau peut en cacher un autre

Daniel Plazanet / Mairie de Paris
[25/07/2011]

Oiseau emblématique de Paris, le célébrissime Moineau domestique (Passer domesticus) cache un cousin discret et moins connu, que l’œil attentif pourra à coup sûr identifier.

Description
Le moineau est un petit oiseau trapu, long d’une quinzaine de centimètre. Probablement baptisé moineau par allusion à la teinte général de son plumage qui rappelle la robe de bure des moines, l’oiseau porte un plumage brunâtre strié de noir sur le dos et les ailes, et une robe grise sur la face avant du corps. Le Moineau domestique (Passer domesticus) mâle se différencie de la femelle par un plastron noir évoquant une barbe et une poitrine velue très virile !  La femelle, plus coquette, est dépourvue de cette barbe brune et présente un sourcil couleur fauve nettement tracé.  L’oiseau vit en bandes querelleuses et agitées parmi lesquels on trouve parfois un individu plus rare à Paris : le Moineau friquet (Passer montanus). 

moineau domestique male moineau domestique femelle

Le Moineau friquet, assez semblable à de son cousin « domestique », se distingue par une calotte couleur chocolat et l’absence de bavette noire sur la poitrine.  Mais son critère le plus caractéristique est une tache sombre marquée au centre de ses joues blanches. L’origine du nom de « friquet » remonterait à Pierre Belon (auteur en 1555 de Histoire de la Nature des Oiseaulx) et viendrait du terme ancien : « friquet », qui signifiait « élégant » ou « pimpant ». moineau friquet

Voix
Les moineaux sont tapageurs. Leur cri est un pépiement répété, aux « tship » « tship tship » bien connus, se déclinant en crécelles colériques lors de leurs fréquentes disputes.

Puce environnementPour écouter ces oiseaux... 

Montez le son et cliquez sur les boutons "lecture" ci-dessous.

 

Comportement
Les moineaux sont grégaires et se déplacent en compagnies aventureuses et bruyantes.  Ils sont partout chez eux et n’ont nullement peur des hommes.  On peut les observer lors d’une pause-sandwich prise dans un jardin public, surgissant en bande chapardeuse, avides des miettes abandonnées autour des bancs, qu’ils se disputent dans des éclats de voix et des sautillements fébriles.

S’accordant avec son caractère grégaire et envahissant, une hypothèse étymologique raccorderait l’origine du nom « moineau » non pas à la bure des moines mais à moisnel, synonyme ancien de muissun qui signifiait « celui qui voltige partout et dont on ne se débarrasse pas facilement » (Livory).

Comme beaucoup d’oiseaux, les moineaux apprécient les bains de poussière, improvisés dans les allées des parcs, où ils s’ébrouent pour se débarrasser de leur parasites.
Le soir, les groupes investissent les platanes où ils établissent leur dortoirs pour la nuit.

Alimentation
Munis d’un bec puissant et court, les moineaux se nourrissent naturellement de graines qu’ils peuvent aisément briser entre leurs mandibules. Ils apprécient également les insectes à qui ils donnent la chasse dès le printemps tant au sol qu’en vol.
Reproduction
Les moineaux nichent dans les cavités que leur offrent les arbres et les constructions.  Le Moineau domestique étant attiré par les anfractuosités minérales, on l’observe nicher aussi bien dans les trous de mur, les bouches d’aération ou encore les réverbères. Il niche dans tout Paris mais semble particulièrement régulier dans les 6e, 7e, 18e, 19e et 20e arrondissement. Le Moineau friquet, plus spécifiquement arboricole, cherche, lui, des cavités dans les troncs d’arbres, bien plus limitées en ville que les sites de nidification de son cousin, et il a été identifié comme nicheur dans le parc Montsouris jusqu’en 2005.
Le nid est aménagé des éléments qu’offre la ville : tiges, herbe, laine, plume, parfois tissu et papier.
Les 2 ou 3 pontes de l’année s’échelonnent d’avril à août. Pour chacune d’elles, 5 à 6 œufs sont couverts pendant une 12aine de jours, puis les jeunes nouvellement venus au monde restent au nid environ 16 jours.  Chez le Moineau domestique, les jeunes s’émancipent plus tardivement que chez le friquet et séjournent aux abords du nid pendant encore une 10aine de jours, poursuivant la mère à qui ils réclament la becquée dans de frénétiques frétillements d’ailes. hormis leur attitude immature, les jeunes dont le plumage rappelle beaucoup celui de la femelle, se distinguent des adultes, à la commissure jaune de leur bec.

moineau domestique jeune

En régression ces dernières années, le moineau, très sensible à l’aménagement de la ville, présenterait les signes d’un retour certain dans les secteurs où l’espace vert reprend ses droits. Il a ainsi pu être observé en nette progression, jusqu’à +100% en 3 ans, aux abords de la Porte de Pantin suite au réaménagement de buisson arbustifs avenue Jean Jaurès (d'après étude de Frédéric Malher - coordinateur de l'Atlas des Oiseaux Nicheurs de Paris).

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris