«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Les égouts parisiens

[25/03/2013]

Gestion, présentation, fonctionnement des égouts de Paris.

 

» Visite des égouts 

 

La gestion des égouts répond à un triple objectif :


· optimiser les conditions d'écoulement des eaux
· entretenir et moderniser le patrimoine
· assurer des missions d'intérêt général : interventions d'urgence, information du public, visite publique des égouts

 

 Optimiser l'écoulement des eaux

 

Nettoyer les égouts

 

Les eaux usées charrient des déchets dont une partie se dépose dans les égouts. Ainsi, ce sont 5 700 m3 de résidus (appelés " bâtards " par les égoutiers) qui sont extraits chaque année du réseau. En service normal, l'absence d'électricité et le confinement des lieux ne permettent pas, pour des raisons de sécurité, l'usage des moteurs. Ce sont donc principalement les techniques mises en place au XIXe siècle par l'ingénieur Belgrand qui sont toujours en vigueur.

 

Le curage des égouts repose donc sur la seule force hydraulique : l'eau, retenue par un barrage artificiel, créée lors de l'ouverture d'une vanne un violent courant qui chasse en aval les dépôts agglomérés.

 

Le réservoir de chasse, dispositif de nettoyage permanent généralement situé en tête de chaque égout élémentaire, se remplit automatiquement avant de libérer brutalement l'eau retenue. Le flot ainsi créé nettoie une portion d'égout. L'eau utilisée est de l'eau non potable.

 

Les collecteurs sont curés au moyen de bateaux-vannes ou de wagons-vannes en fonction de leur taille. Dans les siphons qui passent sous la Seine, c'est une boule de curage qui est introduite et avance lentement, poussée par les eaux en chassant les sables devant elle.

 

Depuis quelques années, la SAP utilise également d'autres matériels :
· des jets d'eau à haute pression sont manœuvrés par les égoutiers pour nettpoyer les petits égouts
· les camions de pompage extraient par aspiration les sables piégés dans les bassins de dessablement installés le long des collecteurs, puis transportent ces sables vers des centres de traitement spécialisés


Connaître le réseau

 

Au total, le réseau des égouts est constitué de plus de 2 400 km de galeries qui sillonnent la ville, soit l'équivalent de la distance Paris - Istanbul.

 

Pour surveiller ces ouvrages et les nettoyer, des équipes d'égoutiers parcourent le réseau. Avec l'utilisation de l'outil informatique, le métier des égoutiers a évolué. Grâce au système d'information géographique TIGRE (Traitement Informatisé de la Gestion du réseau des Egouts), les équipes d'égoutiers relèvent chaque jour l'état physique des ouvrages sur des terminaux de saisie portables. Chaque tronçon du réseau est ainsi inspecté deux fois par an. Les informations sont transmises par lignes téléphoniques vers une base de données où elles sont traitées et archivées.

 

Le service dispose ainsi d'informations en temps quasi réel sur l'état du réseau qui lui permettent de programmer des travaux de génie civil ou de curage suivant le degré d'urgence. Les données recueillies visent à mettre en œuvre une politique cohérente d'entretien du réseau.

 

Gérer l'écoulement des eaux

 

A la fin du XXe siècle, la nécessité d'une gestion maîtrisée des flux s'est imposée. La Ville de Paris à progressivement automatisé le fonctionnement de son réseau d'assainissement en l'équipant d'appareils de mesure (débits, ...) et de vannes de régulation (déviations ou rétention des eaux). L'ensemble est piloté à l'aide d'un poste central informatisé, en liaison permanente avec tous ces équipements ; il porte le nom de G.A.AS.PAR.

 

Le réseau en chiffres:

 2 484 km d'ouvrages dont :

· 142 km d'émissaires et de collecteurs
· 1 533 km d'égouts élémentaires
· 671 km d'ouvrages annexes (bouches d'égout, branchements de regards, branchements particuliers)
· 35 km de déversoirs d'ouvrages
· 103 km de canalisations

 

 

 Entretenir et moderniser le patrimoine

 

La rénovation d'un patrimoine centenaire

 

Les ouvrages pour la plupart construits au cours de la seconde moitié du XIXe siècle ont parfois subi les outrages du temps : tassements de terrain, érosion et corrosion par les eaux usées. Des fissures créent des infiltrations qui polluent le sol, destabilisent le terrain et provoquent d'éventuels effondrements. Un important programme de réhabilitation a été mis en œuvre dans le cadre du 1ier plan de modernisation de 1991.

 

Le diagnostic établi au début des années 90 a montré que 10% des ouvrages étaient très dégradés, 40% moyennement et 50% dans un état correct. Le programme de réhabilitation a ainsi été établi sur vingt ans et devrait totalement être réalisé en 2010 après la rénovation complète de 500 km d'ouvrages.

 

La réfection des usines de pompage

 

Les six usines de pompage construites en même temps que les égouts ont bénéficié d'une modernisation complète de leur équipement.

 

 Assurer des missions d'intérêt général

 

Un réseau " multiservice "

 

Conçus pour recevoir les effluents*, les égouts servent aussi, depuis le XIXe siècle, de galerie technique dans laquelle sont installés différents réseaux de conduites ou de câbles.

 

Les égouts abritent :
· deux réseaux d'alimentation en eau potable et non potable, cette dernière étant destinée au nettoyage des rues et des égouts ainsi qu'à l'arrosage des parcs et jardins
· des câbles de télécommunication publics ou privés
· un réseau de distribution d'eau glacée pour la climatisation des immeubles

 

L'installation en égout permet la pose et l'entretien des conduites ou câbles sans ouverture de fouilles sur la voie publique. Seules les canalisations de gaz, les câbles électriques et les canalisations de chauffage ne sont pas admis pour des raisons de sécurité.

 

Les occupants de la galerie technique reversent chaque année au budget de la Ville de Paris, une redevance (dont le taux est fixé par le Conseil de Paris), afin que la charge financière de l'entretien du réseau soit équitablement partagée entre l'usager de l'eau et les occupants du domaine public.

 

* Effluents : ensemble des eaux usées, des eaux de ruissellement, et des eaux superficielles évacuées par les égouts.


Protéger la ville des inondations

 

En cas d'orages ou de fortes précipitations, la capacité du réseau peut parfois s'avérer insuffisante. Pour éviter des inondations sur la chaussée ou chez les particuliers, des ouvrages existent pour évacuer les eaux en excès directement en Seine.

 

Le réseau parisien d'égouts, grâce à ses ouvrages de grande taille, représente une capacité de stockage importante. La capitale dispose ainsi des moyens d'absorber et d'évacuer une grande partie des précipitations annuelles.

 

Cependant, en cas de fortes pluies, une " soupape de sécurité " a été installée : les déversoirs d'orage. ce sont des galeries qui relient les égouts à la Seine, permettant au trop-plein d'eau d'être rejeté directement en Seine. Un système de vannes permet de ne rejeter que le strict nécessaire, car ces rejets d'eaux non traitées sont polluants.


Si un orage important s'abat alors que la Seine est en crue, l'évacuation du trop-plein ne peut plus avoir lieu par les déversoirs car ceux-ci sont fermés afin d'éviter l'inondation du réseau par l'eau du fleuve. Les pompes des usines "de crue", situées en bord de Seine, prennent le relais pour que le trop-plein soit, malgré tout, déversé dans le fleuve.

 

La gestion en temps réel des écoulements dans le réseau et du stockage des eaux pluviales est réalisée à l'aide du système G.A.AS.PAR. qui permet de :


- connaître l'état hydraulique du réseau
- agir en fonction des événements
- évaluer l'impact des décisions
- prévoir les pluies (via Météo France) et leurs conséquences
- maintenir le bon fonctionnement des appareils

 

Par cette gestion, l'objectif de protection de l'environnement - par la limitation des rejets d'eau d'orage en Seine - est rendu possible tout en évitant l'inondation des chaussées de la Capitale.

 


Au service des Parisiens

 

Au-delà des obligations de communication créées par la réglementation, consciente que la majeure partie de son activité est souterraine, donc inaccessible, la Ville de Paris a développé plusieurs instances de consultation et d'assistance au service de l'usager.

 

24h/24

 

Des équipes d'égoutiers assurent 24h/24, 7 jours sur 7, la permanence des interventions en urgence dans le réseau. Sur simple appel téléphonique, elles se déplacent et formulent un diagnostic rapide ou règlent les problèmes liés aux inondations, engorgements ou objets tombés en égout. Elles assurent des visites de sécurité avec la police autour des bâtiments publics. Elles disposent d'un camion équipé d'un appareil à haute pression et d'une cuve d'aspiration.

Tél. : 01 44 75 22 75

 

Contact avec les professionnels

Les architectes et entrepreneurs sollicitent la section de l'assainissement pour des renseignements sur le raccordement des immeubles à l'égout ou sur des dispositions relevant du règlement d'assainissement de Paris.

 

Information

Un rapport annuel sur le prix et la qualité des services publics de l'eau potable et de l'assainissement est approuvé chaque année par le Conseil de Paris. Il est consultable dans chaque mairie d'arrondissement.

A ne pas manquer… la visite des égouts de Paris.

Pour permettre au public de visiter les égouts de la Ville et de connaître le réseau d'assainissement, des galeries ont été aménagées à proximité du pont de l'Alma. Ce site en activité accueille près de 90 000 visiteurs chaque année.

Lien utile

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris