«« retour

Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

De la maison au musée

De la maison au musée

L'appartement

De taille modeste, il comporte cinq pièces:

1. une salle à manger, face à l'entrée
2. la chambre de Balzac, orientée à l'ouest, côté jardin
3. un salon
4. un cabinet de travail, dans l'angle sud-ouest
5. une chambre d'amis, dans l'angle est

Ainsi qu'une cuisine - qui sert aujourd'hui de caisse pour le musée - , et deux petits cabinets.


Puce culture Au sujet de l'escalier dérobé...
 

On raconte qu'il existait un escalier dérobé dans la maison de Passy, escalier que l'écrivain aurait emprunté pour fuir ses créanciers. Mais qu'en est-il vraiment ?
Sur une photographie de René Messager, antérieure à 1949, on peut voir une trappe donnant sur un escalier mais ce dernier ne menait qu'au premier étage. Quant à la trappe, située dans un réduit à droite de la salle à manger, on ne sait pas si elle existait du temps de Balzac. C'est donc par un deuxième escalier, non dérobé, que l'écrivain pouvait s'enfuir par la rue Berton...

La trappe
La trappe, par René Messager, avant 1949. Les musées de la Ville de Paris.
Puce culture Aménagement intérieur


On ne connaît pas beaucoup de documents concernant la maison ou son aménagement intérieur du temps de Balzac. Seuls quelques lettres, contrats et calepins du cadastre nous renseignent aujourd'hui. Étonnamment, l'écrivain n'en fait pas non plus mention dans La Comédie humaine, contrairement à ses autres lieux de résidence. On possède cependant quelques informations intéressantes.


On sait tout d'abord qu'il n'y avait ni véranda ni vestibule en 1840 : on entrait directement par la salle à manger. De plus, la cheminée en faïence qui se trouve dans cette pièce ne fut installée que tardivement, sous Napoléon III.
Quant aux murs, ils étaient tendus de tissu, et plus particulièrement de "perse" dans les chambres (lettre à Mme Hanska, juillet 1842). Le salon enfin était de couleur violette (lettre à Mme Hanska, janvier 1844).

Aujourd'hui, le musée occupe l'ensemble de l'appartement ainsi que le premier étage. Chacune de ses salles est consacrée à un thème relatif à Balzac ou à son oeuvre. Les thèmes retenus et les objets présentés sont régulièrement renouvelés par le biais d'expositions-dossiers.

 
Puce culture
 Le cabinet de travail

C'est la pièce la mieux documentée de la maison, car elle est souvent évoquée dans la correspondance de l'écrivain. Tendue de velours rouge avec des cordons de soie noire (lettre à Mme Hanska, avril 1842), les livres y occupaient une place importante, de même qu'une partie du "bric à brac" que l'écrivain amassait pour son hôtel de la rue Fortunée, acquis en 1846.
Ce cabinet fut partiellement réaménagé dès 1914 à partir du fauteuil et de  la cafetière de l'écrivain.

Cafetière, épreuves corrigées des Illusions perdues et livres de la bibliothèque d´Honoré de Balzac.

Cafetière, épreuves corrigées des Illusions perdues et livres de la bibliothèque d'Honoré de Balzac.

Puce culture Le musée

Il fut créé en 1910 à l'initiative d'un homme : Louis Baudier de Royaumont. La ville de Paris l'acquit ensuite, trente-neuf ans plus tard, mais ne put l'ouvrir au public qu'en 1960, une fois l'ensemble des locataires partis.Toute la maison put alors être affectée au musée.

En savoir plus : » les lettres de Balzac à Madame Hanska

Mise à jour le : 14 février 2013
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris