«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Le prix Jean Hamburger 2008

Mairie de Paris
[11/02/2010]
Ce prix distingue un jeune en pleine ascension, c’est un encouragement et une manière de contribuer à asseoir sa crédibilité. Un nouveau « coup de jeune » a été donné en 2008 avec l’abaissement de l’âge des candidats de 50 à 45 ans. Parmi les 27 candidats en lice en 2008, deux ont retenu les faveurs du Jury.

En 2008


Le prix «Jean Hamburger » a été attribué à Edith Heard, chercheuse à l’Institut Curie, pour ses découvertes significatives dans le domaine de l’épigénétique, l’étude des conditions dans lesquelles certains gènes modifient leur expression de façon transmissible sans subir pour autant de modifications de leurs structures élémentaires.
Les travaux de la lauréate 2008, Édith Heard permettront peut-être à terme l’identification de marqueurs pronostiques et diagnostiques, ainsi que la mise au point de traitements spécifiques. Une aide précieuse dans la lutte contre le cancer du sein qui constitue une priorité en matière de santé publique…
Le choix du jury qui entre en résonance avec les préoccupations de la Mairie de Paris qui est partie prenante du dépistage du cancer du sein. Selon Jean-Marie Le Guen, adjoint au Maire de Paris, "dans les dix ans qui viennent, nous allons passer de la prévention de masse non ciblée, tardive à une prévention individualisée, personnalisée, prédictive. C’est l’amorce d’une véritable révolution qui va toucher à la fois la prévention et le soin. La découverte d’Edith Heard participe à cette nouvelle approche."
Edith Heard a reçu un chèque de 25 000 euros.


Edith Heard


Si cette Britannique de 43 ans, a eu une « révélation » pour la génétique durant ses études à Cambridge, ses débuts de carrière l’ont ancré en France. Depuis près de 20 ans, Edith Heard se consacre à l’épigénétique.
L’un des exemples connus est celui de l’inactivation du chromosome X. Ce processus épigénétique concerne l'extinction de l'expression des gènes sur l'un des deux chromosomes X chez les femelles, permettant ainsi l'égalité de l'activité génique liée au chromosome X entre mâles (XY) et femelles (XX). Son équipe a découvert que ce processus se révèle extrêmement dynamique au cours de l’embryogenèse précoce. Leurs travaux ont permis de mieux appréhender certaines étapes critiques de son déroulement.
« Un joli modèle » s’enthousiasme la chercheuse, grâce à l’étude duquel elle a reçu en 2008 la médaille d’argent du CNRS. Ce domaine connaît en outre des développements nouveaux en cancérogenèse. « Nous savons que certains gènes sont inactivés ou réactivés de manière aberrante dans le cancer. L'étude de l'inactivation du chromosome X, pourrait contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes épigénétiques et leur dérégulation dans ces maladies ».
Pour la généticienne, qui vient d’emménager au sein du tout nouveau pôle « Biologie du développement et cancer » de l’Institut Curie, les perspectives médicales sont très prometteuses. « Nous sommes d’ores et déjà en train de mener des études avec des médecins et d’autres chercheurs pour mieux comprendre de quelle manière les dérégulations épi génétiques pourraient être impliquées dans le cancer du sein. Nous voudrions rapidement pouvoir définir si, dans un type de tumeur, on constate certains types de dérégulations particulières au niveau du chromosome X. Nous espérons pouvoir mettre à la disposition des médecins de nouveaux outils, en vue d’un diagnostic plus rapide et d’une aide au pronostic ». Dans ce contexte, « le prix Jean Hamburger représente la reconnaissance de mes pairs. C’est un geste très important pour moi et mon équipe, il va nous encourager à poursuivre nos recherches. D’ici 1 à 2 ans, j’espère que nous aurons une idée du degré d’inactivation du X dans certaines tumeurs. »
Gageons qu’Edith Heard n’en restera pas là.

outils et informations complementaires


Carte interactive
Accéder à la carte interactive - Nouvelle fenêtre Ouvrir
le plan

 Centre d'appel
 Web parisien
 Adjoint(s) concerné(s)
 Administration(s) concernée(s)