«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Enjeux de l'adoption

Crédits photo : Mairie de Paris
[17/10/2006]
L’adoption d’un enfant implique pour ceux qui s’engagent dans cette démarche une prise de conscience de ce que ce mode de filiation et de parentalité peut représenter de spécifique sur le plan éducatif et psychologique.

L’adoption est une mesure de protection de l’enfance destinée à permettre à des enfants qui se trouvent dans une situation d’abandon de retrouver ou d’acquérir une filiation au sein d’un foyer où ils pourront s’épanouir et se développer.

Elle est conçue comme un moyen de donner une famille à un enfant qui en est dépourvu. L’adoption ne saurait donc avoir pour objectif de donner un enfant à une famille qui ne peut accéder à la parentalité par d’autres moyens.

L’enfant adopté sera bien sûr un enfant « différent » de celui que l’adoptant aurait pu concevoir et il devra être accepté comme tel.

C’est dans le regard de l’autre, dans la famille élargie, à l’école, dans la cité que l’enfant adopté et ses parents devront assumer aussi et peut-être surtout cette différence.

Parfois, elle se lira au premier regard, au vu de la simple dissemblance physique immédiatement perceptible qu’impliquent des origines différentes.

Parfois, et ce peut être la situation la plus complexe, elle se vivra de façon moins immédiate, moins évidente, mais ne manquera jamais de constituer un élément incontournable de la parentalité adoptive.

Il ne faut pas cacher ici le premier et le principal danger qui menace cette relation parentale en construction, c’est-à-dire la tentation du secret et du non dit.

La nécessité de révéler très tôt sa situation à l’enfant adopté constitue un élément vital de la réussite de l’adoption.

Plus cette révélation tarde, et plus elle devient difficile.

D’atermoiements en atermoiements, la confrontation avec la réalité peut ainsi être repoussée jusqu'à devenir impossible. Sa découverte fortuite peut être alors de nature à constituer un trouble majeur pour celui qui devra l’affronter.

Il est parfois difficile de trouver les mots, le juste moment pour aborder ces questions avec l’enfant. En cas de doute ou de difficultés, il est toujours possible de faire appel à des professionnels afin d’être aidé dans cette démarche indispensable à la construction d’une parentalité adoptive cohérente et épanouie.

Un enfant adopté a toujours une histoire qui lui appartient et qui, plus ou moins complexe, est marquée par le traumatisme de l’abandon.

Cette histoire et ce parcours, ce qu’il pourra en retrouver à travers la consultation de son dossier administratif, ce qu’il pourra aussi en imaginer forment un socle fondamental dans la constitution de sa personnalité. L’une des tâches primordiales qui incombera à ses parents adoptifs sera de l’assister dans ce travail sur lui-même.

Aux particularités qui s’attachent à la parentalité adoptive, il convient bien entendu d’ajouter celles qui marquent parfois l’adoption d’un enfant né dans un pays ou au sein d’une culture différente de celle de ses parents adoptifs.

Qu’il soit déjà imprégné ou non d’une langue et d’une culture distinctes de celles de ses parents, il devra sans doute vivre avec ce monde réel ou rêvé qui est celui de sa naissance et de ses premiers jours ou de ses premières années de vie.

C’est à ceux qui l’accompagneront de donner à ce pays d’origine et à sa culture la place qui convient.

Soumis à des spécificités dans leur tâche parentale, les adoptants n’en sont pas moins, bien sûr, des parents comme les autres. Ils sont à ce titre tributaires des obligations et des droits liés à l’autorité parentale et à son exercice, à savoir le devoir d’éducation, de protection et de surveillance de l’enfant dans les conditions et le cadre prévus par l’exercice de ce droit.